Le 7 avril 2020 | Mis à jour le 10 avril 2020

Adjugé ! La saga des Rouillac

par Diane Zorzi

Un coffre de Mazarin transformé en bar, un bronze réalisé clandestinement par Camille Claudel, une pendule automate à oiseaux chanteurs ayant appartenu à la dame d’honneur de Marie-Antoinette… Pour tromper l’ennui en ces temps de confinement, Aymeric Rouillac invite chaque jour, sur ses réseaux sociaux, les internautes à revivre l’une des découvertes marquantes qui rythment depuis plusieurs décennies le quotidien de sa famille, une dynastie de commissaires-priseurs installée dans le Val de Loire. Autant d’histoires extraordinaires réunies en un livre, publié en décembre dernier : Adjugé ! la Saga des Rouillac. Décryptage…

 

Installée dans le Val de Loire, la famille de commissaires-priseurs Rouillac collectionne depuis trente ans les découvertes les plus exceptionnelles. Réunies le temps d’un ouvrage, Adjugé ! La saga des Rouillac, elles se lisent tel un recueil d’histoire de l’art mêlant au piquant d’une enquête policière le sensationnel d’un livre des records. « Cela fait bien longtemps que je voulais publier ce livre, détaille Aymeric Rouillac. Les catalogues de ventes sont froids et ne donnent pas à voir les histoires fantastiques qui se cachent derrière chaque découverte. Dans cet ouvrage richement illustré et élaboré de manière chronologique, chaque objet prend vie au fil des siècles et dévoile, pour la première fois, les secrets de sa vente. »

 

Une histoire derrière chaque découverte

Invité à pénétrer les coulisses de ces ventes aux enchères, le lecteur découvre ainsi que derrière les adjudications millionnaires et records se cachent les histoires les plus stupéfiantes. A commencer par la découverte rocambolesque du coffre de Mazarin acheté par le Rijksmuseum d’Amsterdam en juin 2013 après être réapparu lors de l’inventaire d’un pavillon du Val de Loire. « Lorsque mon père refuse aimablement un verre de porto après l’inventaire, son cœur palpite au moment où la propriétaire, écartant la télévision et soulevant un grand drap, sort un vieux cherry du bar, raconte Aymeric Rouillac. Il découvre ce coffre tombé dans l’anonymat, après être passé incognito à travers les siècles pour arriver chez les enfants d’un ingénieur pétrolier. »

 

Coffre en laque or de Mazarin, Japon, c. 1640. Adjugé à 7,31 millions d’euros en 2013.

 

Ce meuble monumental, en laque incrusté d’or et de lamelles d’argent, avait été acquis aux enchères par Mazarin en 1658 à Amsterdam. « Il y conservait les précieux diamants qui ornent la couronne de France ! Marie-Anne Mancini, une des nièces du cardinal, en avait hérité et l’avait transmis à sa progéniture, jusqu’à ce que, ruiné par la révolution, son lointain héritier, le septième duc de Bouillon, ne soit contraint de s’en séparer aux enchères en 1801. Il est alors acquis par l’Anglais William Beckford et arrive Outre-Manche, comme nombre des plus belles collections françaises, saignées par le changement de régime. Il quitte les collections familiales avec la vente des collections du palais d’Hamilton en 1882, et disparaît dans l’anonymat de la campagne anglaise pendant la Seconde Guerre mondiale, réapparaissant dans le Val de Loire un siècle plus tard. » Adjugé à 7,31 millions d’euros le 9 juin 2013, ce coffre, que ses propriétaires, ignorant sa valeur, avaient baptisé de « coffre à papa », avait été troué de tasseaux de bois pour y entreposer des bouteilles d’alcool. « Un bar à papa qui, entre-temps, est devenu le meuble en laque le plus précieux… et le plus cher au monde ! »

 

 

C’est encore par des enchères millionnaires que s’achevait l’histoire étonnante d’une gourde impériale servant à ses propriétaires de cendrier, ou celle du Christ méditant des frères Le Nain découvert en 2018 dans une maison sans histoire. « Nous avions été contactés par une septuagénaire vendéenne qui vendait des vieilleries sur Internet et avait un doute sur un tableau offert par sa grand-mère dans les années 1950 », explique Aymeric Rouillac. A l’issue d’un véritable jeu de piste, les commissaires-priseurs et leurs experts du cabinet Turquin reconnaissaient finalement le style de trois peintres majeurs du XVIIe siècle : les frères Le Nain. Quelques mois plus tard, la toile, classée Trésor national par le ministère de la Culture, s’envole à 3,6 millions d’euros.

En savoir plus | Le chef d’œuvre des frères Le Nain adjugé à 3,6 millions d’euros à Montbazon

 

Frères Le Nain, Le Christ enfant méditant sur les instruments de la Passion. Adjugé à 3,6 millions d’euros en 2018.

 

Des œuvres inédites révélées chaque année au château d’Artigny

« Comment appeler cet art qu’ont les commissaires-priseurs à redonner vie aux objets que les familles leur confient ? » « Cela s’appelle le flair, le talent, ou encore le métier : chacun choisira », répond dans la préface l’historien et journaliste David Gaillardon. « C’est ainsi, la maison “Rouillac & fils” possède les secrets des alchimistes d’antan, pour le plus grand bonheur de ses clients. » Et ils sont nombreux chaque année à venir découvrir les nouveaux trésors que présente depuis 1989 Philippe Rouillac, rejoint il y a une dizaine d’années par son fils Aymeric, à l’occasion de la très médiatisée vente aux enchères Garden-Party. Organisée un temps au château de Cheverny, elle se joue désormais au château d’Artigny à Montbazon et si l’on ignore encore si la date du prochain rendez-vous, fixée au 7 juin, sera maintenue, nul doute que cette 32e édition sera une nouvelle fois l’occasion pour les collectionneurs, amateurs et curieux de découvrir des objets inédits, perdus depuis des siècles, et qui, par leurs histoires, éclairent un pan de notre Histoire.

Voir les œuvres vendues en 2019 au Château d’Artigny

 


 

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]