Le 28 juillet 2020 | Mis à jour le 28 juillet 2020

Albert Gleizes : un projet de décoration pour l’Institut des Arts et Métiers aux enchères à Bordeaux

par Alexandra Flory

A l’occasion d’une vente de tableaux, mobilier et objets d’art datés du XVIIe au XXe siècle, un projet de décoration d’Albert Gleizes, pour l’Institut des Arts et Métiers, sera mis aux enchères le 19 septembre à Bordeaux. Réalisée vers 1937 et baptisée Projet Villon : Quatre figures légendaires du siècle, la gouache retrace le travail qu’entreprend l’artiste tout au long de sa carrière, à mi-chemin entre le post-impressionnisme et le Cubisme.

 

Peintre, dessinateur, graveur et philosophe, Albert Gleizes (1881-1953) est l’un des fondateurs oubliés du Cubisme, mais aussi une figure influente pour l’Ecole de Paris. C’est en 1911 que l’artiste rencontre Jean Metzinger chez les frères Duchamp qui convient dans leur petite maison à Puteaux, peintres, écrivains, critiques, et mathématiciens, étroitement liés au Cubisme et bientôt surnommés « Groupe de Puteaux ». L’approche post-cubiste de ces derniers se fonde volontairement en opposition au groupe que forment Picasso, Braque et leur marchand Kahnweiler, dont l’histoire a gravé les noms dans le marbre. Dès 1912, Gleizes rédige avec Metzinger le premier traité « Du cubisme », point d’entrée des deux artistes au sein du mouvement de renommée désormais internationale. Le groupe de Puteaux, également appelé Section d’or, organisa à partir de 1912 un Salon auquel participent les deux peintres, mais également Kupka, Léger, Picabia, Duchamp refusé au Salon des indépendants, André Lhote et Alexander Archipenko. Soucieux de se distinguer de leurs opposants de Montmartre, les artistes fondent leur œuvre sur des principes mathématiques tels que le nombre d’or, dont ils tirent leur nom, la chronophotographie de Muybridge, la quatrième dimension, la géométrie non-euclidienne, mais aussi sur des mouvements artistiques divers, s’inspirant aussi bien du Futurisme que de l’art africain.

 

Albert Gleizes (1881-1953). Projet Villon : Quatre figures légendaires du siècle, circa 1937. Gouache. 50 x 65 cm (30 x 60,5 cm). Mis en vente par Briscadieu le 19 septembre 2020 à Bordeaux. Estimation : 4 000 – 7 000 euros.

 

Une composition cubiste scientifique

Lorsque Gleizes rencontre les membres de la Section d’or, son style pictural alors impressionniste puis plus analytique, change au contact de ses confrères tel Metzinger. L’artiste commence par décomposer les formes en facettes et adopte une palette sombre, composée de bruns et de verts. Peu après, à mesure qu’il se rapproche des membres scientifiques du groupe, le style cubique l’emporte sur l’œuvre du peintre qui devient alors l’un des fondateurs du mouvement. La présence du « mathématicien du cubisme » Maurice Princet au sein du groupe influence considérablement les travaux de ses membres. En effet, ceux-ci prennent en compte le nombre d’or ainsi que les principes de rotation et translation au sein de leur composition, intégrant par la même occasion quelques principes du Futurisme. Le dynamisme et la simultanéité ici ébauchés, puis développés par Sonia et Robert Delaunay, se retrouvent au cœur du Projet Villon, dont l’arrière plan abstrait semble mouvant.

Bien qu’il s’essaya à l’abstraction, Gleizes retourne inlassablement à une forme de figuration allusive. Ainsi, les figures à chercher se mêlent au décor. Celui-ci est de plus en plus souvent composé de cercles rotatifs permettant de relier les quatre parties en une unique fresque, mais aussi de plans verticaux et obliques, glissant les uns sur les autres. C’est ce système basé sur le rythme qui donne à la composition du mouvement et à l’œil du spectateur, du dynamisme.

 

Eléments cubistes du décors.

 

Quatre figures légendaires du siècle 

A travers ce projet de fresque, Gleizes en vient à nous conter l’histoire de quatre figures majeures de l’Histoire, autant réelles que mythologiques. Le choix de ces figures tient au contexte de création du projet. En effet, la fresque, dont le projet n’a pas abouti, était une commande destinée à l’auditorium de l’Institut des Arts et Métiers. Le peintre prend parti de dépeindre quatre figures, dont il estime qu’elles représentent l’idée d’équilibre entre les lois de la nature et l’ingénierie humaine. Ainsi, la gouache donne à voir les hommes ayant essayé de voler bien avant l’invention de l’avion : de Vinci et ses machines volantes, Aladin et son tapis, Sinbad et ses hommes-oiseaux, mais aussi Icare et ses ailes de cire. Chacun de ces hommes s’est vu choir dans la quête de l’envol, prouvant ainsi que parfois, les arts et métiers ne savent défier les règles de la nature. Le projet n’ayant finalement pas vu le jour, Gleizes reprendra plus tard ce thème de la dualité entre l’ingénierie et la nature.

 

Les Quatre figures légendaires du siècle : Léonard de Vinci, Aladin, Simbad et Icare.

 

Une palette post-impressionniste

Avant sa période cubiste, Gleizes est un peintre du paysage post-impressionniste. Ses premières œuvres autodidactes, apparaissant vers 1901, s’inspirent à la fois de Pissaro et Sisley. Le Projet Villon marque un retour vers une forme de figuration, comme il a pu le faire à ses débuts, mais également un retour vers la gamme de couleur de la fin du siècle précédant. L’auteur développe ici une palette à la fois colorée et pâle avec des tons pastels variés. Les éléments les plus cubiques de la composition, tels que la géométrie, les translations et le décor, apparaissent dans des tonalités bleues, mauves et roses, tandis que les personnages et éléments figuratifs se distinguent dans des couleurs plus vives telles que le rouge et le orange. Ces oppositions de saturations entre les couleurs guident le regard du spectateur vers les éléments centraux de l’histoire que nous raconte son auteur.

 

Palette post-impressionniste.

 

Enchérir | Découvrez le Projet Villon d’Albert Gleizes en vente le 19 septembre à Bordeaux

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]