Le 16 avril 2021 | Mis à jour le 16 avril 2021

Bernard Séjourné, Ángel Botello, Gesner Abelard : une collection d’art haïtien aux enchères à Paris

par Renaud Hebert

Le 30 avril à Paris, Charlotte van Gaver présentera aux enchères une collection d’art haïtien, dont trois œuvres de Bernard Séjourné et un portrait du « Gauguin des Caraïbes », Ángel Botello.

 

Peu connu en France, l’art haïtien cultive un incroyable éclectisme de thèmes et de styles, avec pour éminents représentants les peintres naïfs qui se sont démarqués par leur spontanéité et leur liberté picturale. Les compositions rivalisent de couleurs et d’originalité stylistique, qu’elles évoquent un paradis perdu ou une simple scène de la vie quotidienne.

 

Aux origines de la peinture haïtienne

L’art pictural haïtien connaît un développement sans précédent au XIXe siècle. Une première Académie de peinture est créée peu après l’indépendance de l’île, en 1804. Peinture religieuse et peinture historique acquièrent alors une fonction émancipatrice, au cœur d’une terre marquée par l’esclavage et les occupations étrangères. L’art haïtien dépasse ainsi le strict cadre matériel, pour revêtir une dimension particulière, propre à exprimer « l’âme du pays ». Populaires, spirituelles, oniriques, les sources d’inspiration sont multiples. Ce contexte voit l’émergence des peintres naïfs, artistes autodidactes s’affranchissant des codes de représentation traditionnels pour développer leur manière personnelle. La couleur est primordiale dans l’expression poétique qu’incarne l’art haïtien, libéré du naturalisme et du carcan de la perspective. La collection d’art haïtien qui sera présentée par Charlotte van Gaver le 30 avril prochain, à Paris et en live sur Interencheres, fournit une belle sélection d’œuvres d’artistes contemporains héritiers des pionniers de la peinture haïtienne des années 1860 et 1870. Ceux-ci revisitent sources d’inspiration populaires et grands thèmes spirituels, en faveur d’un langage pictural toujours spontané, où la couleur est reine.

A lire aussi | 5 choses à savoir sur les peintres naïfs haïtiens

 

Pétion SAVAIN (1906-1973), La marchande de fruits, huile sur panneau d’isorel. Signée, située et datée « Haïti 61 » en bas à gauche. 91 x 60 cm. Estimation : 400 – 700 euros.

 

Des portraits de Bernard Séjourné estimées de 2 500 à 6 000 euros

Né en Haïti dans une famille de planteurs, Bernard Séjourné (1945-1994) explore dans ses œuvres des thèmes traditionnels de l’art haïtien. Chef de file de l’« École de la Beauté » et réputé en France pour avoir dessiné l’étiquette du Château Mouton Rothschild de 1986, Séjourné s’attache à exprimer l’âme de la terre qui l’a vu grandir. Avec Lianes et fleurs, estimé entre 2 500 et 4 500 euros, il livre une vision tout à fait personnelle d’une nature exotique et résolument onirique. Portrait de femme dans un passage et Réminiscence sont deux exemples de portraits, genre privilégié par Bernard Séjourné. Les deux œuvres mettent en scène des femmes aux yeux mi-clos, dont le long cou gracile rythme la composition. Vêtements et paysage idyllique apportent des nuances de couleurs chaleureuses à ces deux portraits énigmatiques et hors du temps.

 

 

 

Une toile d’Ángel Botello estimée à 2 000 euros

Angel BOTELLO (1913-1986), Femme et pichet de fleurs, circa 1983-1985. Huile sur toile marouflée sur panneau. Signée en bas à gauche. 51 x 40 cm. Estimation : 2 000 – 3 000 euros.

La vente mettra également à l’honneur Ángel Botello (1913-1986), surnommé le « Gauguin des Caraïbes », un artiste hispano-portoricain qui a séjourné de longues années en Haïti, en République dominicaine et à Cuba. L’œuvre présentée est une huile sur toile marouflée sur panneau. Elle donne à voir une Femme et pichet de fleurs, un thème tiré de la vie quotidienne qu’Ángel Botello réinterprète en adjoignant à sa peinture naïve des proportions irrégulières, pour livrer une composition mystérieuse et résolument personnelle.

A noter que la vente du 30 avril sera également l’occasion de découvrir les visions bibliques du peintre et sculpteur haïtien Gesner Abelard (né en 1922) ou la ville imaginaire de Préfète Duffaut (1923-2012). Eclectique, la vacation est accessible à tous, les estimations étant comprises entre 40 – 60 euros pour La jeune marchande de pommes de Lyonel Laurenceau (né en 1942) et 4 000 – 6 000 euros pour le Portrait de femme dans un passage de Bernard Séjourné. Autant d’acquisitions qui, au-delà de leur intérêt esthétique, pourraient également se révéler fructueuses à l’avenir, à en juger la progression de la cote de certains artistes haïtiens.

 

 

Enchérir | Suivez la vente de la collection d’art haïtien le 30 avril en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les objets publicitaires vintage ont la cote

Le 4 mai 2021 | Mis à jour le 7 mai 2021

Plaques émaillées, cartons, objets de bistrot, affiches… La publicité a investi de nombreux supports tout au long du XXe siècle. Tour d’horizon d’un marché qui se renouvelle.