Le 16 mars 2023 | Mis à jour le 17 mars 2023

De Souverbie à Zadkine : les peintres et sculpteurs du XXe siècle à l’honneur à Versailles

par Clémentine Pomeau-Peyre

La maison Osenat présentera aux enchères le 19 mars à Versailles un florilège de de 242 œuvres d’artistes modernes et contemporains, de Souverbie à Zadkine et Lalanne. Tour d’horizon.

 

Six œuvres de Jean Souverbie

Né à Boulogne en 1891, Jean Souverbie (1891-1981) a été l’élève du peintre Nabis Maurice Denis. Au tout début de sa carrière il s’intéresse au cubisme, mais opte à partir des années 1930 pour une inspiration néoclassique. Côté commandes publiques, il est notamment l’auteur des fresques monumentales allégories des quatre saisons ornant le Conseil Economique Social et Environnemental de Paris. Et pour les commandes privées, ce peintre décorateur a travaillé pour des salons de paquebots ou des décors d’opéras. Les Vénus, baigneuses et autres femmes dénudées comptent parmi ses sujets de prédilection. En témoignent les cinq toiles et la gouache présentées aux enchères le 19 mars à Versailles : Nu allongé (17 000 à 18 000 euros), Femme au panier de fruits (13 000 à 15 000 euros), Figure allégorique (18 000 à 25 000 euros), La mélancolie (18 000 à 25 000 euros), Femme drapée aux colonnes (8 000 à 12 000 euros), Thétis et Jupiter (1 000 à 1 500 euros), autant d’œuvres qui, traitées dans l’esprit des sculptures grecques, illustrent le goût de Souverbie pour l’élégance intemporelle de l’antique qu’il magnifie à travers l’usage de tonalités sourdes. 

 

 

Un bronze et un dessin d’Ossip Zadkine

Deux lots de la vente sont par ailleurs signés d’Ossip Zadkine (1888-1967) : un bronze de 1947 intitulé La Liseuse (44 000 à 46 000 euros) et un dessin d’une figure debout (600 à 800 euros). Ce peintre et sculpteur d’origine biélorusse fait en ce moment l’objet d’une exposition « Une vie d’atelier » à Paris dans le musée qui porte son nom et qui est installé dans son ancienne demeure. Il est considéré comme l’un des plus importants sculpteurs cubistes et ses œuvres sont à la fois recherchées en France, aux États-Unis et en Angleterre. 

 

 

Une composition abstraite de Tancredi Parmeggiani 

Tancredi Parmeggiani (1927-1964) signe quant à lui Senza Titolo, une composition abstraite sur isorel inscrite au catalogue (30 000 à 50 000 euros). Repéré en 1951 par la galeriste Peggy Guggenheim, cet artiste météore de la scène artistique italienne (il meurt à 37 ans en 1964 en se jetant dans le Tibre) a fait partie avec Lucio Fontana du mouvement du « spatialisme » qui réunissait des artistes abstraits. L’œuvre présentée à Fontainebleau est restée entre 1957 et 2006 dans la collection de l’écrivain et metteur en scène américain Alan Ansen.

 

Senza Titolo (Composition abstraite, recto-verso), circa 1954. Tempera sur isorel, recto verso. Signé ‘Tancredi’ (au centre à droite, au recto). 120 x 140 cm. Estimation : 30 000 – 50 000 euros.

 

Deux sculptures de François-Xavier Lalanne

Terminons avec les plus forts lots de la vente : deux sculptures de François-Xavier Lalanne (1927 -2008) estimées entre 100 000 et 150 000 euros. En béton moulé, elles représentent des allégories de la Loi et la Science, représentées par des figures humaines stylisées. Il s’agit de commandes réalisées en 1990-1991 pour le parc du Centre Européen d’Education Permanente. À noter qu’une sculpture de même provenance, en bronze cette fois et figurant l’Enlèvement d’Europe a été adjugée 1,235 millions par Osenat en octobre 2021. 

Enchérir | Suivez la vente d’art moderne et contemporain le 19 mars en live sur interencheres.com ou sur auction.fr

 

[A gauche] François-Xavier Lalanne (1927-2008) La Loi (bras droit posé sur une colonne). Béton moulé. Hauteur: 330 cm. [A droite] La Science (Tête reposant sur la main gauche). Béton moulé. Hauteur: 325 cm. Estimation : 100 000 – 150 000 euros pour chaque sculpture.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un rare fauteuil d’apparat aux enchères dans l’Aisne

Le 4 juin 2024 | Mis à jour le 4 juin 2024

Un rare fauteuil d’apparat daté autour de 1840 sera vendu aux enchères par la commissaire-priseur Sophie Renard le 20 juin à Brasles, dans l’Aisne. Il pourrait émaner des ateliers de […]