Le 21 décembre 2023 | Mis à jour le 22 décembre 2023

Des peintres normands aux bijoux : des ventes éclectiques pour le Nouvel an

par Magazine des enchères

Des tableaux, d’Eugène Boudin à Gérard Schlosser, un bronze de José-Maria David, une montre Audemars Piguet, un vase Gallé… Le 1er janvier, à Honfleur et Saint-Valéry-en-Caux, les commissaires-priseurs débuteront l’année en enchères, avec une sélection très éclectique. Tour d’horizon…

 

En Normandie, le nouvel an se fête en enchères ! Le 1er janvier, Bruno Roquigny à Saint-Valéry-en-Caux, et Bernard Brunet à Honfleur, organiseront leurs premières ventes de l’année. Éclectiques, ces vacations font néanmoins la part belle à leur région, avec un ensemble de vues de Honfleur, Fécamp, Étretat, Le Havre, Rouen ou encore Saint-Malo.

 

D’Eugène Boudin à Albert Lebourg, les peintres normands à l’honneur

Lorsque l’on évoque les vues normandes, un nom vient d’emblée à l’esprit, celui d’Eugène Boudin (1824-1898) qui, né à Honfleur, a initié le motif en plein-air sur ses terres d’origine. Du précurseur de l’impressionnisme, Bernard Brunet dévoile une Scène de marché au lavis et aquarelle (2 500 à 3 500 euros), ainsi qu’un dessin au crayon d’un Pêcheur sur la Grève portant le cachet de la collection Louveau à Honfleur (400 à 500 euros). Bruno Roquigny présente quant à lui une aquarelle et gouache donnant à voir de Jeunes enfants et leur mère devant leur maison (3 000 à 5 000 euros), ainsi qu’une huile sur panneau figurant une Vache dans la prairie (10 000 à 15 000 euros). 

Avec Eugène Boudin, un autre enfant du pays s’invite au catalogue de la vente d’Honfleur : Albert Lebourg (1849-1928) qui, bien qu’originaire de l’Eure, est représenté ici avec une vue parisienne du Quai Voltaire sous la neige (12 000 à 14 000 euros) et des Voiliers à la Rochelle (12 000 – 15 000 euros). Une représentation du Phare à Honfleur par André Hambourg, d’un Coucher de soleil dans la baie du Mont Saint-Michel par Félix Planquette, de La plage de Villerville par Karl Daubigny, et d’un Retour de pêche à Etretat par René de Saint Delis, complètent, au sein des deux ventes, la section dédiée aux peintures normandes. 

 

 

Des ventes éclectiques : de la peinture classique aux bijoux

Si la Normandie est à l’honneur, nos deux vacations se distinguent par leur éclectisme. Nouvel an oblige, il convient de faire plaisir au plus grand nombre… La peinture académique sera au rendez-vous avec, à Saint-Valéry-en-Caux, un portrait (7 000 – 12 000 euros) caractéristique du travail de Carolus-Durand (1837-1917), dont la carrière de portraitiste auprès de la haute société de la Troisième République lui valut d’être qualifié de « peintre mondain ». A Honfleur, un Portrait de jeune femme (3 000 – 4 000 euros) évoquera aux connaisseurs le travail d’un autre portraitiste emblématique du XIXe siècle, Franz Xaver Winterhalter. L’art d’après-guerre et contemporain ne sera pas en reste : à Honfleur, Gérard Schlosser côtoiera Jean Miotte et Charles Pasqua. Les amateurs de sculptures ne manqueront pas, quant à eux, la Panthère de José-Maria David (1944-2015), dont le traitement réaliste et la vivacité d’exécution ont souvent valu à l’artiste d’être comparé à Rembrandt Bugatti.

A Honfleur, comme à Saint-Valéry-en-Caux, les pièces maîtresses restent néanmoins les montres et bijoux. Bernard Brunet présente une bague ornée d’une émeraude, évaluée entre 28 000 et 30 000 euros, tandis que Bruno Roquigny dévoile une montre de sport Audemars Piguet estimée entre 42 000 et 60 000 euros. Deux lots phares qui seront accompagnés de bijoux plus accessibles, ainsi que de nombreux livres, meubles et objets d’art, à l’instar de miroirs, verreries, pendules ou ménagères, estimés à partir de 50 euros. Citons un miroir à décor de cabochons par Mithé Espelt (1 500 à 2 500 euros), une ménagère Christofle contenant 99 pièces (800 à 1 200 euros), une table Tulipe par Eero Saarinen (6 000 à 8 000 euros) et une pendule en bronze à deux patines or et argent (800 à 1 200 euros). Enfin, la vente s’achèvera par un ensemble de verreries Art nouveau signées dont un étonnant vaporisateur Daum (400 à 800 euros), un vase Émile Gallé (300 à 450 euros) et une coupe polylobée à décor de violette par Daum (400 à 800 euros).

Enchérir | Suivez les ventes d’Honfleur Enchères et de Roquigny le 1er janvier en live sur interencheres.com

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une montre Cartier centenaire aux enchères à Paris

Le 10 avril 2024 | Mis à jour le 11 avril 2024

Une rare montre de gentleman Cartier datée autour de 1911 sera présentée aux enchères chez Vermot et Associés le 16 avril à Paris. Dans son état d’origine, avec une charmante […]

Les outsiders de l’art aux enchères à Paris

Le 3 avril 2024 | Mis à jour le 5 avril 2024

Le 10 avril, la maison de vente Tajan mettra en avant les inclassables de l’histoire de l’art, des artistes du XXe siècle n’ayant jamais appartenu à un courant, mais qui […]