Le 8 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Deux peintures sur soie de Mai-Thu dévoilées à Besançon

par Interencheres

Le 21 juillet à Besançon, Gérard Dufrèche présentera aux enchères deux peintures sur soie dévoilant le Vietnam rêvé et poétique de Mai-Thu. Réputé pour ses représentations d’enfants, Mai-Thu compte parmi les peintres vietnamiens les plus plébiscités sur le marché.

 

Au musée des Ursulines, à Mâcon, une rétrospective se fait l’écho d’un Vietnam rêvé, retraçant la carrière d’un peintre cher aux habitants de la ville, Mai-Thu (1906-1980). Cette exposition, organisée jusqu’au 24 octobre, célèbre l’œuvre empreinte de délicatesse et de poésie d’un pionnier de l’art moderne vietnamien, épris de culture française. Issu d’une famille aisée et érudite, originaire du petit village de Ro-Nha, au nord du Vietnam, Mai Trung Thứ, dit Mai-Thu, vécut près de quarante années en France. Après une formation à l’Ecole des Beaux-Arts de Hanoï fondée par Victor Tardieu, il visite Paris en 1937, à l’occasion de l’Exposition universelle. Il demeure en France jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle il s’engage dans l’armée. Démobilisé, il séjourne ensuite à Mâcon, où il réalise des portraits des habitants de la ville et perfectionne sa maîtrise de la peinture sur soie. Il livre tout au long de sa carrière des compositions rigoureuses, privilégiant la peinture sur soie, support idéal pour créer de subtiles tonalités de couleurs. Les activités ludiques et pédagogiques d’enfants constituent les thèmes récurrents de son œuvre. Les deux tableaux qui seront présentés aux enchères le 21 juillet à Besançon et en Live sur Interencheres témoignent du talent avec lequel Mai-Thu sut saisir l’atmosphère empreinte de sérénité de son Vietnam natal.

 

Un Vietnam rêvé et poétique

Avec son encre et gouache sur soie Mère et enfants aux cumquats, Mai-Thu livre une version personnelle de l’amour maternel. Un enfant, installé sur la cuisse de sa mère, tente d’attraper un kumquat qu’une petite fille, probablement sa sœur, lui tend. Un jeune garçon, à droite, s’apprête quant à lui à piocher dans un panier rempli de ces gourmandises orangées. Dans cette composition poétique, donnant à voir à l’arrière-plan des cerisiers en fleurs, le peintre saisit le moment de complicité et de tendresse entre une mère et ses enfants. Cette œuvre, acquise en 1980 auprès de la galerie Apesteguy à Deauville par les parents de l’actuel propriétaire, est accompagnée d’une seconde encre et gouache sur soie, Le printemps, dévoilant deux jeunes femmes, aux silhouettes élégantes, prenant place au cœur d’un jardin printanier verdoyant. L’une s’affaire à la cueillette, quand la seconde interrompt sa lecture pour contempler une petite fleur rouge. A nouveau, l’artiste dépeint un Vietnam rêvé et idéal, plongeant le spectateur dans un espace où le temps semble suspendu. Ce tableau a lui aussi été acquis en 1980 auprès de la galerie Apesteguy et fut repris pour l’affiche de la dernière exposition de l’artiste, « L’Univers poétique de Mai-Thu », à la Galerie Vendôme. Les deux œuvres sont magnifiées par leur encadrement que Mai-Thu réalisait lui-même, renforçant ainsi l’unité de ses compositions picturales.

 

MAI TRUNG THU (1906-1980). Mère et enfants aux cumquats. Encre et gouache sur soie collée sur carton souple. Signée au milieu à gauche. 46 x 55 cm. 66 x 77 cm avec cadre original de l’artiste. Estimation : 70 000 – 90 000 euros.

 

Mai-Thu, un artiste plébiscité sur le marché

Mai-Thu compte parmi les artistes vietnamiens les plus plébiscités sur le marché. Un record a été établi avec son Portrait de Mademoiselle Phuong, adjugé 2,6 millions d’euros le 18 avril dernier à Hong Kong. Les deux œuvres du maître vietnamien qui seront proposées aux enchères à Besançon devraient à leur tour séduire les collectionneurs de plus en plus nombreux à s’intéresser à la peinture vietnamienne moderne. Les deux œuvres sont estimées de 60 000 à 90 000 euros. A noter qu’elles seront incluses au Catalogue Raisonné actuellement en préparation par la fille de Mai-Thu.

Enchérir | Suivez la vente des tableaux de Mai-Thu le 21 juillet en live sur interencheres.com

 

MAI TRUNG THU (1906-1980). Le printemps. Encre et gouache sur soie collée sur carton souple. Signée en bas à droite. 50 x 28,5 cm hors marie-louise. 60 x 40 cm avec marie-louise peinte par l’artiste. 65 x 45 cm cadre baguette d’origine. Estimation : 60 000 – 80 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]