Le 22 avril 2021 | Mis à jour le 29 avril 2021

La collection d’instruments à vent de Patrick Delile aux enchères à Vichy

par Diane Zorzi

Le 1er mai à Vichy, Etienne Laurent dispersera l’une des plus belles collections privées d’instruments à vent. Cet ensemble exceptionnel de trompettes et cornets antérieurs à la Seconde Guerre mondiale fut réuni par Patrick Delile, un musicien passionné, connu des spécialistes et collectionneurs de cuivres.

 

Patrick Delile est de ces musiciens avides de sensations, troquant volontiers une trompette Besson pour une King américaine, afin de colorer ses mélodies de nuances nouvelles. Cette quête perpétuelle le conduisit à rassembler durant une vingtaine d’années un ensemble impressionnant de cornets à pistons et trompettes, constituant dès 1980 l’une des plus belles collections privées au monde d’instruments à vent, dont il livra pour le journal Larigot de précieuses descriptions techniques, assorties d’appréciations personnelles sur leur qualité musicale.

 

Des instruments à vent français et américains antérieurs à la Seconde Guerre mondiale

Principalement composée d’instruments français et américains antérieurs à la Seconde Guerre mondiale, la collection de Patrick Delile est le fruit de recherches minutieuses. Délicatesse de la facture et de la finition, plaisir de jeu, tenue de l’instrument et qualités musicales… Autant de critères d’acquisition exigeants que ce musicien amateur s’efforce de tenir, sélectionnant les cuivres des facteurs les plus prestigieux et inventifs tels Besson et Couesnon en France ou Conn, King, Martin et Olds aux Etats-Unis. « Cette quête a amené Patrick Delile à établir des liens privilégiés avec des collectionneurs du monde entier, dont beaucoup d’Américains, et ce bien avant l’ère du numérique. Ses contacts lui ont permis de parfaire sa collection avec des pièces rares et difficiles à trouver en France. Avec ses amis collectionneurs américains, il échangeait volontiers des instruments français contre des modèles Bach, Conn, King et d’autres facteurs américains », détaille le commissaire-priseur Etienne Laurent. Aux côtés des instruments français et américains, un cornet duplex en laiton à quatre pistons customisé par Itaru Oki en 1992 étonne quant à lui par sa forme des plus atypiques (estimé entre 600 et 800 euros). « Patrick Delile laisse derrière lui une merveilleuse collection, dont une partie sera dispersée aux enchères le 1er mai à Vichy, afin que ces instruments, dans un état de conservation remarquable, soient encore joués, et aimés à leur juste valeur, par des musiciens passionnés. »

 

 

Une guitare signée Alexandre Voboam

A l’occasion de la dispersion de la collection Delile, Etienne Laurent présentera également un important ensemble d’instruments à cordes pincées, dont un précieux témoignage du XVIIe siècle, une guitare signée Alexandre Voboam (estimée entre 20 000 et 30 000 euros). « Cet instrument est exceptionnel du fait de son état très proche de celui d’origine. Somptueusement décorée, cette guitare rend compte de l’estime dont jouissait l’instrument sous le règne de Louis XIV. Le soin apporté à chaque détail confirme sa haute destination. Plus qu’un objet de pratique musicale, elle devient le symbole du rang social, du bon goût et du raffinement de son propriétaire », détaille Etienne Laurent. Issu de la prestigieuse dynastie Voboam, le luthier livre ici une création virtuose, entre stylisation et naturalisme, portant une attention particulière à la représentation des feuilles et de leurs ramifications dans le traitement décoratif des moustaches. « L’instrument a été pensé comme une œuvre d’art, destinée à être jouée, mais également montrée. Comble du luxe, la rosace réalisée en parchemin s’étend sur trois étages. Ce travail minutieux et délicat indique la haute position sociale dont était issu le commanditaire. Il n’est ainsi pas surprenant que ce type de guitare ait séduit les peintres des XVIIe et XVIIIe siècles, à commencer par Watteau, Van Loo ou encore Nattier. La guitare est désormais digne de figurer sur les portraits d’apparat. »

Enchérir | Suivez la vente d’instruments à vent et cordes pincées le 1er mai en live sur interencheres.com

 

Guitare baroque d’Alexandre Voboam faite à Paris, seconde moitié du XVIIe portant une inscription sur un cartouche incrusté dans la tête sur lequel il est inscrit Alexandre VOBOAM Paris 1600 ??. Estimation : 20 000 – 30 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les objets publicitaires vintage ont la cote

Le 4 mai 2021 | Mis à jour le 7 mai 2021

Plaques émaillées, cartons, objets de bistrot, affiches… La publicité a investi de nombreux supports tout au long du XXe siècle. Tour d’horizon d’un marché qui se renouvelle.