Le 1 juin 2021 | Mis à jour le 10 juin 2021

La folle épopée du Rubens anglais volé par les nazis

par Diane Zorzi

À l’occasion de leur Garden Party annuelle, les Rouillac racontent la folle épopée d’un Rubens anglais offert par Napoléon III à son médecin, avant d’être volé par les nazis et d’échapper à un incendie de l’Armée rouge… Retour sur l’histoire captivante de ce chef-d’œuvre qui sera présenté aux enchères le 6 juin au château d’Artigny à Montbazon, près de Tours.

 

Au XVIIe siècle, aucun artiste ne fut autant sollicité par les cours européennes que Rubens (1577-1640). Ce « prince des peintres » sut gagner la confiance des souverains, tant par ses talents artistiques que par sa conversation, son aisance sociale et sa vivacité d’esprit. C’est ainsi qu’il reçoit de Philippe IV d’Espagne une mission diplomatique de tout premier ordre : il est chargé de rétablir la paix entre son royaume et l’Angleterre. Rubens s’exécute et rejoint l’île en 1629. Le charme discret de la campagne anglaise, « digne de l’intérêt de tout gentleman », inspire au peintre d’Histoire parmi ses premiers paysages, à l’instar d’une vue panoramique de la Tamise hérissée de monuments londoniens. Sous son pinceau vibrant, la lumière s’embrase sur les flots et les nuées. Le peintre aborde le genre du paysage avec la même vitalité qu’au sein de ses scènes d’Histoire, dépeignant avec agilité l’atmosphère évanescente des terres anglaises.

 

Un paysage transformé en hommage à l’Angleterre

De retour à Anvers, après avoir été fait chevalier par le roi Charles Ier qui lui offrit une somptueuse épée ornée de diamants, Rubens agrandit sa petite vue de la Tamise qui devient alors un hommage à l’Angleterre. Sur un fond de gris, teintés de verts, que viennent rythmer de larges tâches rouges, des personnages, aux attitudes fougueuses, se déploient désormais, dans un espace ponctué d’arbres aux feuillages tourmentés. Le paysage décrit désormais la légende de Saint Georges terrassant le dragon. Mais, ainsi qu’il plaça Henri IV sous le regard bienveillant de Jupiter et Junon dans son tableau célèbre de 1622-1625 (Le Portrait de Marie de Médicis présenté à Henri IV, musée du Louvre), Rubens mêle ici le mythe à l’Histoire, dépeignant le chevalier sous les traits de Charles Ier qui, sorti victorieux du combat avec le dragon, apparaît comme celui qui a su rétablir la paix civile. En 1634, le portrait héroïque est expédié au souverain britannique, par l’intermédiaire de l’ambassadeur Endymion Porter. Le tableau est aujourd’hui encore la propriété de la famille royale qui le conserve précieusement dans les collections du château de Windsor. Mais avant que le tableau ne quitte les Flandres, Rubens confia à son atelier la réalisation de trois copies. L’une d’elle, la plus grande, compte parmi les pièces maîtresses de la Garden Party des Rouillac, tandis que les deux autres ont disparu.

A lire aussi | Une toile de Monet en vente en Touraine à l’occasion de la Garden Party des Rouillac

 

Atelier de Pierre Paul Rubens (Siegen, 1577 – Anvers, 1640), Allégorie avec Saint Georges et le dragon dans un paysage, huile sur toile. Haut. 168 ; Larg. 248 cm. Estimation : 60 000 – 80 000 euros.

 

Le cadeau de Napoléon III volé par les nazis

La vente aux enchères de cette toile de l’atelier de Rubens est un petit miracle lorsque l’on connaît son parcours, digne des plus folles épopées. Notre toile est référencée en 1843 dans la vente de la collection d’Alexandre Aguado, marquis de Las Marismas. Ce riche banquier, propriétaire de château Margaux, détenait des chefs-d’œuvre, à l’instar de la Vierge de Raphaël qui fait aujourd’hui la fierté du Musée Condé à Chantilly. L’Allégorie avec Saint Georges et le dragon séduit nul autre que Napoléon III qui l’offre au docteur Germain Sée, avec qui il partage des moments de vie intime – il est le médecin qui ausculte l’empereur en secret et lui apprend le mal dont il souffre.

Le tableau demeure dans la famille de celui-ci jusqu’au 8 mai 1944 où il est brutalement volé par les nazis, lors des opérations de spoliation de Möbel-Aktion. Il intègre le Jeu de Paume, mais n’est pas revendu sur le marché de l’art parisien. Il rejoint le château de Nikolsburg, au sud de la Moravie, où Hitler a fait entreposer plusieurs milliers d’œuvres d’art pillées, regroupées dans la mine de sel d’Altaussee, en Autriche. « À défaut d’envahir l’Angleterre, les chefs nazis s’emparent ainsi de son allégorie par Rubens », fait remarquer Aymeric Rouillac. La toile change de place en février 1945 pour rejoindre le château de Kögl en Allemagne. Un miracle qui lui permet d’échapper à l’incendie qui ravage, quelques semaines plus tard, Nikolsburg, lors des combats avec l’armée Rouge. À la fin de la guerre, elle fait partie des cinq millions d’œuvres d’art sauvées par le groupe d’historiens américains des Monument Men. Elle est rapatriée en France et restituée à la famille de Germain Sée, en 1950.

 

Une toile estimée à plus de 60 000 euros

L’année suivante, la toile, alors baptisée La Présentation, change à nouveau de main, lors d’une vente aux enchères orchestrée par le célèbre commissaire-priseur Maurice Rheims. Elle est achetée par Adèle Reymann, une réfugiée hongroise à qui elle est dérobée en 1967, avant de ressurgir à Paris, un an plus tard. « Un Rubens inconnu découvert à Paris », titre Le Figaro le 1er février 1968. La toile anime de vifs débats entre les historiens, certains prétendant qu’elle serait l’originale, tandis que la reine d’Angleterre ne conserverait qu’une copie. La distinction n’est pas aisée lors que l’on sait qu’un tiers des œuvres de l’atelier de Rubens étaient des modèles peints que reproduisaient grandeur nature ses assistants, à l’instar des talentueux Van Dyck ou Jordaens, et sur lesquels le peintre apportait ses touches finales. En 1976, l’œuvre est finalement attribuée à l’atelier de Rubens lors d’une vente aux enchères à l’Hôtel Meurice, où elle est achetée par une galerie parisienne qui la vend à son tour à un amateur. Les descendants de ce dernier ont décidé de lui faire goûter à nouveau à l’excitation des ventes aux enchères. L’Allégorie avec Saint Georges et le dragon dans un paysage, estimé entre 60 000 et 80 000 euros, sera vendu à l’occasion de la prestigieuse Garden Party organisée chaque année au château d’Artigny, à Montbazon. Nul doute que la folle épopée de notre toile devrait se dénouer en un dernier coup d’éclat, sous le marteau tenu de concert par Aymeric et Philippe Rouillac.

Enchérir | Suivez la Vente Garden Party des Rouillac les 6 et 7 juin sur interencheres.com

Haut de page

Vous aimerez aussi