Le 15 février 2024 | Mis à jour le 26 février 2024

Les Fischof-La Foux, la collection d’un couple romanesque aux enchères à Paris

par Magazine des enchères

Les 21 et 22 février à Paris, la maison Osenat dispersera le mobilier et les souvenirs de Raymond et Suzanne Fischof-La Foux, un couple dont la vie mondaine a été consacrée aux arts et à la culture. Les fonds récoltés lors de la vente seront reversés à la fondation des Petits Frères des Pauvres.

 

[Mise à jour, 26 février 2024] La table de milieu a été adjugée 390 000 euros (frais inclus), tandis que Mimosas de Moïse Kisling trouvait preneur à 260 000 euros sur une estimation de 60 000 à 80 000 euros. Le collier transformable M. Gérard a changé de main pour 1 100 000 euros. 

 

Deux jours seront nécessaires pour disperser les quelques 350 lots issus de la collection des époux Fischof-La Foux. L’ensemble reflète « l’histoire romanesque d’un couple qui a partagé sa vie entre Paris et Monte-Carlo, habitant avenue Foch dans la capitale, et séjournant trois mois par an à l’Hôtel de Paris… Il faut imaginer ce que devait être l’arrivée de Suzanne Fischof-La Foux à la descente du train bleu, avec tout le personnel l’attendant sur le quai », évoque le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat.

Le couple se marie dans les années 1950, Raymond Fischof-La Foux est alors propriétaire d’une agence de publicité, il va bientôt posséder le journal le Moniteur et sera également conseiller de François Mitterrand. De son côté, Suzanne mène après son mariage une vie très mondaine, de l’organisation de réceptions prestigieuses aux promenades de chien avec Grace Kelly, en passant par ses amitiés avec des artistes. Moïse Kisling (1891-1953), qui est un proche, signe un portrait d’elle figurant dans la vente (30 000 à 50 000 euros), ainsi qu’une huile sur toile représentant ses mains (20 000 à 30 000 euros), et deux autres toiles figurant des mimosas (60 000 à 80 000 euros) et un paysage de Sanary (30 000 à 50 000 euros).

 

 

Tableaux, meubles, bijoux… : tout un art de vivre !

Les Fischof-La Foux décorent leur appartement de 350 m2 de l’avenue Foche avec beaucoup de goût, piochant dans l’art italien avec une table de milieu à décor en pietra dura du XVIIe siècle (20 000 à 30 000 euros), dans les arts décoratifs français avec une paire de candélabres en bronze doré fin XVIIIe – début XIXe (6 000 à 8 000 euros), mais également dans les arts étrangers comme le montre la paire de vases chinois époque Jiaqing (1796-1820) en porcelaine émaillée bleue (3 000 à 5 000 euros). Et puisqu’ils cultivaient l’art de recevoir, il faut signaler quelques pièces d’art de la table : service de verres Douai de Baccarat (600 à 800 euros) ou fontaine à thé en argent poinçon Minerve (600 à 800 euros).

 

 

« Madame Fischof-La Foux a été couverte de cadeaux par son mari, c’était une femme très élégante », apprécie Jean-Pierre Osenat. Il n’a pas hésité à consacrer une journée complète de vente à ses bijoux, le 22 février. Elle couvre 109 lots au total, bon nombre venus de grands joailliers : collier transformable Van Cleef & Arpels en corail, turquoise, chrysoprase, améthystes et diamants (70 000 à 100 000 euros), paire de boucles d’oreilles Mauboussin avec rubis, émeraudes et saphirs gravés (10 000 à 15 000 euros) ou encore une boîte Cartier en or rose (5 500 à 8 500 euros). Raymond Fischof-La Foux n’est présent dans cette vente que par trois paires de boutons de manchette (300 à 500 euros la paire), dont une avec ses initiales. Ce très bel ensemble sera exposé au George V à Paris, là où Raymond et Suzanne Fischof-La Foux se sont mariés, et le produit de la vente est destiné à la fondation des Petits Frères des Pauvres.

Enchérir | Suivez la vente des collections du couple Fischof-La Foux les 21 et 22 février en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une montre Cartier centenaire aux enchères à Paris

Le 10 avril 2024 | Mis à jour le 11 avril 2024

Une rare montre de gentleman Cartier datée autour de 1911 sera présentée aux enchères chez Vermot et Associés le 16 avril à Paris. Dans son état d’origine, avec une charmante […]

Les outsiders de l’art aux enchères à Paris

Le 3 avril 2024 | Mis à jour le 5 avril 2024

Le 10 avril, la maison de vente Tajan mettra en avant les inclassables de l’histoire de l’art, des artistes du XXe siècle n’ayant jamais appartenu à un courant, mais qui […]