Le 2 décembre 2022 | Mis à jour le 2 décembre 2022

Monet à Etretat : l’une des premières toiles du peintre impressionniste ressurgit à Rennes

par Diane Zorzi

Peinte en 1864 par Claude Monet, alors âgé de 24 ans, une vue des falaises d’Etretat sera vendue aux enchères le 5 décembre à Rennes. Cette œuvre de jeunesse révèle les premiers pas du peintre impressionniste sur les côtes normandes.

 

« L’an dernier, en ce même pays, j’ai souvent suivi Claude Monet à la recherche d’impressions. Ce n’était plus un peintre, en vérité, mais un chasseur. […] Je l’ai vu saisir une tombée étincelante de lumière sur la falaise blanche et la fixer à une coulée de tons jaunes qui rendaient étrangement le surprenant et fugitif effet de cet insaisissable et aveuglant éblouissement. » A Etretat, Guy de Maupassant observe Claude Monet (1840-1926) qui, devant les falaises, saisit en quelques coups de pinceau les changements du ciel, au gré des heures et saisons. « Et le peintre, en face du sujet, attendait, guettait le soleil et les ombres, cueillait en quelques coups de pinceau le rayon qui tombe ou le nuage qui passe, et, dédaigneux du faux et du convenu, les posait sur sa toile avec rapidité », écrit encore l’auteur du Horla au détour de La vie d’un paysagiste, un texte publié dans Gil Blas en 1886. Ce travail sur le motif, Claude Monet le doit à Eugène Boudin qui, après avoir remarqué ses caricatures, l’encourage à étudier à Paris, avant de poser son chevalet sur les côtes normandes. « Si je suis devenu peintre, c’est grâce à Boudin », reconnaît l’artisteDe cette période d’apprentissage à Etretat, où Monet peint aux côtés de ses amis Pissarro, Jongkind, Manet, Sisley ou Courbet, seules trois toiles sont connues. L’une d’elles animera les enchères le 5 décembre à Rennes, avec une estimation comprise entre 300 000 et 500 000 euros. 

 

Une vue d’Etretat peinte par Claude Monet en 1864

Dans cette toile datée de 1864, Monet, alors âgé de 24 ans, joue déjà des effets de lumière, usant de la touche virgule qui s’épanouira au cours de la décennie suivante avec son Impression Soleil Levant. La falaise, la mer et le ciel sont les acteurs principaux de ce tableau dans lequel quelques rares vacanciers dessinent, de leurs silhouettes, de petites tâches noires. « D’après le critique d’art Gustave Geffroy, c’est là qu’il a pris les couleurs de l’air, le secret des brouillards . Ce n’est pas la fidélité à la réalité qui passionne Monet mais les jeux de lumière. C’est la nature qui prévaut malgré la présence de quelques personnages suggérés sur la plage », détaille la commissaire-priseur Carole Jézéquel. A Etretat, Monet trouve une source d’inspiration inépuisable. « Ici mon cher, c’est adorable et je découvre tous les jours des choses plus belles. C’est à en devenir fou tellement j’ai envie de tout faire, la tête m’en pète », écrit-il à son ami le peintre Bazille dans une lettre de 1864. Dans cette station balnéaire, ancien petit port de pêche, le peintre impressionniste bénéficie de conditions climatiques idéales, le temps normand en perpétuel changement lui offrant un terrain de jeu privilégié pour saisir ses impressions devant le motif. De cet ancien petit port de pêche, Monet livrera plus tard quelques quatre-vingt tableaux entre 1883 et 1886.

Enchérir | Suivez la vente de tableaux et sculptures des XIX, XX et XXIe siècles le 5 décembre en live sur interencheres.com

 

Claude Monet (1840-1926), « Etretat, porte et falaise d’Aval », 1864, huile sur toile rentoilée, 28 x 50 cm. Estimée entre 300 000 et 500 000 euros.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

De rares alguiers du XIXe siècle aux enchères à Brest

Le 3 février 2023 | Mis à jour le 3 février 2023

La phycologie sera à l’honneur lors de la vente aux enchères organisée par Yves Cosquéric, en collaboration avec Tiphaine Le Grignou, le 7 février à Brest. Trois ouvrages dédiés à […]