Le 17 octobre 2017 | Mis à jour le 3 juillet 2018

Pourquoi cette lanterne est-elle si recherchée ?

par Diane Zorzi

Lanterne magique polychrome Aubert représentant « La Leçon de choses », estimée 5 000 – 5 500 euros. Mise en vente par Maître Marie-Laure Thiollet vendredi 20 octobre à Argenteuil et sur le Live d’Interencheres.

Cette lanterne Aubert est magique, mais elle est surtout extrêmement rare. A l’occasion de sa mise en vente à Argenteuil et sur le Live d’Interencheres vendredi 20 octobre 2017, découvrez tous ses atouts…

 

Un décor polychrome rare

Les lanternes magiques fabriquées par Aubert sont nombreuses sur le marché et trouvent régulièrement acquéreur pour quelques dizaines ou centaines d’euros. Mais certains modèles affolent les enchères. « Deux types de lanternes Aubert sont particulièrement recherchées : celles à forme comme la Tour Eiffel ou encore Bouddha, et les cylindriques présentant un décor, à l’image de cette lanterne (photo ci-contre) qui sera mise en vente le 20 octobre 2017 par Maître Marie-Laure Thiollet et qui est un véritable objet de collection », explique Christophe Goeury, expert en photographies de collection et de cinéma.

A défaut d’arborer une forme originale, cette lanterne accueille sur son corps une frise polychrome représentant « La Leçon de choses », où l’on découvre un maître d’école autour de ses élèves. « Il est extrêmement rare de retrouver un décor polychrome aussi bien conservé, avec des couleurs qui ont résisté au temps.»

 

 

 

 

 

Une lanterne jouet inventive

Les premières lanternes magiques remontent au XVIIe siècle, vers 1659. Qualifiées d’abord de « lanterne de peur », elles sont inventées par le scientifique et astronome hollandais Christian Huygens (1629-1695) et consistent à projeter, à travers un objectif, des images peintes à la main sur des plaques de verre. Un siècle plus tard vers 1789, le physicien et aéronaute français Étienne-Gaspard Robert dit Robertson (1763-1837) imagine un fantascope pour ses fantasmagories. Les Parisiens se pressent alors au théâtre du couvent des Capucines pour assister à ses projections pré-cinématographiques. « Robertson imagine des théâtres d’ombre représentant des fantômes pour faire peur au public. » Quelques années plus tard, en 1842, Louis Aubert ouvre un magasin à Paris et conçoit les premières lanternes jouets. « Elles étaient réservées à des familles aisées et s’adressaient aux enfants. »

Cette lanterne révèle le savoir-faire qui fit la renommée de la maison Aubert. « Ses couleurs vives et son décor ludique étaient censés attirer les enfants », poursuit l’expert. Les contes de Charles Perrault et les figures grotesques défilaient alors sous leurs yeux émerveillés. « Afin que ces jeunes spectateurs ne se brûlent pas au contact du métal chauffé à la lampe à pétrole, un avertissement fut inscrit sur la lanterne : Enfants n’y touchez pas’. »

 

 

Témoin des plus belles heures de Louis Aubert

Réalisée en 1880, cette lanterne s’inscrit dans la plus belle période de production de Louis Aubert. Son atelier est racheté en 1884 par Auguste Lapierre qui avait ouvert un commerce de lanternes dix-huit années plus tôt. Mais sa renommée est telle que son rival lui laisse le soin de poursuivre son travail et lui reprend ses plus belles créations, avant de ne fusionner véritablement les deux entreprises qu’en 1891. C’est le temps qu’il faudra à Louis Aubert pour obtenir la consécration d’une vie. Sa lanterne Tour Eiffel lui vaut ainsi la médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1889. Une véritable apothéose que préparait déjà cette lanterne au décor polychrome que Christophe Goeury n’hésite pas à hisser au niveau des plus belles lanternes françaises. Estimée entre 5 000 et 5 500 euros, elle ne manquera pas d’attirer l’attention des connaisseurs et de surprendre les plus curieux.

 

Retrouvez toutes les informations sur la vente…

 


 

A noter qu’une Lanterne Tour Eiffel d’Aubert (photo ci-dessous) a été adjugée 26 000 euros par la Galerie de Chartres le 8 avril 2017 :

 

 

Aubert, Lanterne magique Tour Eiffel en fer blanc estampé or, rehaussé vert avec son optique et son rare socle, format porte-bougie. Bel état d’usage. H. 35 cm.

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Augustin Lesage, l’esprit de l’Egypte antique

Le 21 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

Le 23 octobre à Saint-Omer, Elodie Peeren présentera aux enchères une toile exceptionnelle d’un artiste emblématique de l’art brut, le mineur, peintre et médium, Augustin Lesage. Cette grande composition hiéroglyphique […]

Une vente aux enchères de NFT organisée à Paris

Le 19 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

La maison de vente Boischaut présentera aux enchères plus de 70 NFT le 23 octobre à Paris et en live sur Interencheres. Cette vacation est l’une des premières en France […]