Le 15 juin 2021 | Mis à jour le 17 juin 2021

Près de 500 montres Lip aux enchères à Besançon

par Interencheres

A l’occasion de la 7e édition des « 24 heures du temps », près de 500 montres Lip seront vendues aux enchères le 18 juin à Besançon et en live sur Interencheres. Le commissaire-priseur Jean-Paul Renoud-Grappin fait revivre, le temps d’une vente, l’histoire de cette célèbre marque horlogère bisontine.

 

C’est un événement exceptionnel pour tous les amateurs et collectionneurs de la marque emblématique de l’horlogerie bisontine. Jean-Paul Renoud-Grappin dispersera, le 18 juin à Besançon et en live sur Interencheres, pas moins de 460 montres Lip, provenant de deux collections franc-comtoises. Créée en 1867 à Besançon, la marque Lip est à l’origine d’avancées technologiques majeures. En 1904, ce fleuron de l’industrie horlogère française lance, en collaboration avec Pierre et Marie Curie, les premiers cadrans phosphorescents permettant de lire l’heure dans le noir. Dans les années 1950-1960, les premiers modèles électriques et étanches voient le jour. Le petit atelier familial fondé par Emmanuel Lipmann devient, sous l’impulsion de Fred Lipmann, le premier horloger de France. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise compte 1 500 employés et produit 300 000 montres par an. Mais l’Empire Lip se heurte aux évolutions du marché horloger, marqué par l’arrivée du quartz. Fred Lip passe la main en 1971. Après plusieurs tentatives de reprises, la marque change à nouveau de direction en 2015. Philippe Bérard, le fondateur de la Société des montres bisontines, rapatrie la fabrication à Besançon et confie la direction à son fils, Pierre-Alain Bérard, qui impulse une nouvelle dynamique et permet à Lip de renouer avec son succès d’antan. 

 

Des modèles emblématiques du savoir-faire horloger français

Le 18 juin, les collectionneurs retrouveront une sélection de modèles emblématiques qui ont forgé la réputation de la marque horlogère française. Parmi eux, la montre en or Lip T18 datée de 1940 se démarque. Produite à un nombre d’exemplaires limité entre 1935 et la fin des années 1950, ce modèle luxueux, doté d’un bracelet lézard noir avec boucle ardillon en métal doré, fut imaginé par Lip, en collaboration avec une autre maison d’excellence, Hermès. Cette montre fut offerte à Winston Churchill à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, en remerciement des services rendus à la France par la Grande-Bretagne. Le modèle qui sera présenté aux enchères porte le numéro 5 et est estimé entre 1 000 et 1 500 euros. A ses côtés, un modèle de Lip Electronic R27 sera également offert à la vente. Cette montre mythique fut la première électrique à être présentée et brevetée en 1952, avant une commercialisation en décembre 1958, sous la direction de Fred Lip. Le modèle présenté aux enchères est daté de 1958-1960 et estimé entre 1 000 et 1 100 euros.

 

 

Des montres au design atypique

Avec ces modèles luxueux, Jean-Paul Renoud-Grappin présentera une sélection de montres originales, aux estimations attractives. Estimée entre 250 et 300 euros, la montre Lip Stop, dite Lip Parking, a la particularité de posséder un minuteur de soixante minutes, permettant à son propriétaire d’échapper aux contraventions en vérifiant le temps restant avant de remettre des pièces dans le parcmètre. D’autres modèles misent sur un design atypique. Dans les années 1970, Lip entre de plain-pied dans l’ère moderne en faisant appel à sept designers célèbres tels que Rudolf Meyer, Marc Held et Roger Tallon. Ce dernier imagina vingt-quatre modèles pour Lip de 1974 à 1996. Parmi eux, la Lip Mach 2000 Moon témoigne du travail du designer qui dessina des objets cultes de l’industrie, à l’instar du Minitel ou du logo de la SNCF. Roger Tallon rompt avec l’apparence classique de la montre-bijou, en adoptant une forme en D et en ajoutant des boutons poussoirs colorés, évoquant le monde de l’aéronautique. L’une de ces montres au design avant-gardiste sera proposée à la vente avec une estimation comprise entre 220 et 300 euros, aux côtés de deux Lip rétrograde dotées d’un look tout aussi innovant (estimées entre 280 et 300 euros). Datés des années 1972-1973, ces deux modèles atypiques à heures sautantes bouleversent notre manière de lire l’heure. A noter que d’autres marques de prestige s’inviteront également à la vente, avec des modèles signés Jaeger-Lecoultre, Péquignet, Hublot ou Chopard

Enchérir | Suivez la vente des montres Lip le 18 juin en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]