Le 15 juin 2021 | Mis à jour le 23 juin 2021

Roelandt Savery, le maître flamand du portrait animalier

par Interencheres

Un tableau du maître flamand Roelandt Savery sera vendu aux enchères le 21 juin à Roubaix par la maison May Associés. Figurant l’Arche de Noé, la toile dévoile le talent de Savery pour la représentation d’animaux au sein de paysages à la végétation luxuriante.

 

Né à Courtrai, Roelandt Savery (1576 – 1639) est un peintre de la Renaissance réputé pour sa maîtrise des sujets animaliers. Alors qu’il fuit sa ville natale en proie aux conflits religieux, ses pérégrinations le conduisent successivement à Haarlem, Bruges, puis Prague entre 1603 et 1613. A la cour de Rodolphe II, il découvre la formidable ménagerie du monarque. Il est ainsi confronté à un bestiaire exotique d’une rare diversité, qu’il étudie afin de renforcer le naturalisme de ses compositions. « Après une brillante carrière de peintre de cour, il rejoint les Pays-Bas en 1618 et s’établit à Utrecht où il connaît un énorme succès, principalement grâce au genre dont il s’est fait une spécialité : les paysages minutieux aux couleurs vives, où nichent une multitude d’espèces animales », détaille l’expert René Millet. L’Arche de Noé qui sera présentée à la vente le 21 juin à Roubaix et en live sur Interencheres illustre la faculté du peintre flamand à livrer de véritables portraits d’animaux.

 

Le paradis des animaux

Avec ce tableau, Roelandt Savery suit la tradition iconographique relative à l’épisode du livre de la Genèse. Le navire émerge dans le fond de la composition, tandis que l’attention est portée sur les divers animaux représentés au premier plan. Ceux-ci incarnent l’ensemble de la Création divine, par la figuration d’une multitude d’espèces différentes, rares pour l’œil du XVIIe siècle. Au sein d’une luxuriante végétation émergent des lions, autruches, cerfs, et même un dodo. La précision de la touche de Savery est telle que chaque animal pourrait faire l’objet d’un portrait indépendant. « Savery fut le premier à peindre un animal isolé, créant ainsi le genre du « portrait » d’animal, poursuit l’expert. Il excella dans la peinture de fleurs et fut un grand dessinateur, comme en témoigne la vingtaine de dessins longtemps rassemblés sous le patronyme du « Maître des Paysages de Montagnes », ou attribués à Breughel l’Ancien ». Notre tableau est inspiré de plusieurs études d’animaux dont le maître flamand s’inspire pour ses peintures tout au long de sa carrière. 

 

Roelandt Savery (Kortrijk 1576 – Utrecht 1639), L’Arche de Noé. Huile sur toile. 50,5 x 41 cm. Estimée entre 40 000 et 60 000 euros.

 

Un tableau du XVIIe siècle flamand estimé entre 40 000 et 60 000 euros

Les œuvres de Roelandt Savery sont recherchées sur le marché. Si le record a été établi pour une nature morte, les thèmes bibliques et animaliers sont particulièrement plébiscités. En 2017, une représentation du Paradis a dépassé son estimation de 15 000 euros pour atteindre un prix au marteau de 810 000 euros en Allemagne. Plus proche de la composition qui sera présentée à Roubaix, Les animaux sortant de l’arche de Noé, une huile sur toile réalisée en 1619, avait été cédée pour 736 000 euros (frais compris) à Paris en 2004. A son tour, l’Arche de Noé, estimée entre 40 000 et 60 000 euros, devrait attirer de nombreux amateurs de peinture flamande et animalière.

Enchérir | Suivez la vente du tableau de Savery le 21 juin en live sur interencheres.com

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]