Le 6 juillet 2021 | Mis à jour le 6 juillet 2021

Royal Dux Bohemia : une collection de porcelaines Art nouveau dispersée dans l’Indre

par Diane Zorzi

Le 11 juillet à Saint-Maur, dans l’Indre, Anne Meillant-Jamet dispersera une collection de porcelaines de la manufacture Royal Dux Bohemia. Cet ensemble d’une centaine de pièces de style Art nouveau dévoile les plus belles heures de la fabrique fondée près de Prague à la fin du XIXe siècle.

 

Si l’Art nouveau inspira maintes manufactures de porcelaine, de Sèvres à Limoges, une fabrique née en Bohème en fit sa spécialité. Fondée en 1853 à Dux, près de Prague, et rachetée en 1862 par l’artiste Eduard Eichler, la Royal Dux, encore aujourd’hui en activité, connut son heure de gloire au début du XXe siècle, à travers ses productions librement inspirées de la nature. Avec la collaboration de designers de renom, à l’instar d’Alois Hampel, la manufacture, installée à Berlin en 1898, livre des vases, figurines et bibelots d’une qualité remarquable, donnant la primauté aux courbes et arabesques. La vente, organisée le 11 juillet prochain à Saint-Maur et en live sur Interencheres, dévoile un florilège de cette production avec la dispersion d’une centaine de pièces de la manufacture Royal Dux d’un style résolument Art nouveau. 

 

Un florilège de porcelaines Art nouveau

Les porcelaines de la collection font la part belle aux figures féminines. Leurs courbes sensuelles ou les ondulations de leur chevelure dessinent les contours d’un vase, d’une coupe ou d’un miroir, agrémentés d’arabesques et de motifs tirés de la nature, à l’instar de branches de pruniers, de grappes de raisin, de coquillages, de colombes ou de flots agités. Plusieurs pièces ont été volontairement laissées en biscuit de porcelaine, révélant toute la finesse des détails. La manufacture Royal Dux connut un grand succès à travers ces porcelaines non émaillées, rehaussées de dorures et de touches de peinture polychrome. Si le lot phare de la vente est un ensemble de trois vases balustres, estimé entre 2 500 et 3 000 euros, les enchérisseurs auront le choix parmi cent dix pièces, estimées à partir de 40 euros. A noter que la vente sera précédée la veille par la dispersion de bouteilles de vin, de flacons de parfum et d’objets de mode, et suivie d’une vente de tableaux floraux et de pièces de mobilier provenant du château de la Lienne

Enchérir | Suivez la vente des porcelaines de la manufacture Royal Dux Bohemia le 11 juillet en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]