Le 4 juin 2024 | Mis à jour le 4 juin 2024

Un rare fauteuil d’apparat aux enchères dans l’Aisne

par Diane Zorzi

Un rare fauteuil d’apparat daté autour de 1840 sera vendu aux enchères par la commissaire-priseur Sophie Renard le 20 juin à Brasles, dans l’Aisne. Il pourrait émaner des ateliers de la maison Beurdeley, l’une des plus importantes dynasties de fabricants de meubles de luxe du XIXe siècle.

 

Avec sa riche garniture de bronzes finement ciselés, dessinant des frises de palmettes et de rais de cœur, une figure de Diane en buste, des masques de Zéphir ou encore des profils de rythons à tête de chien, ce siège a tout d’une commande prestigieuse. Pour l’expert Jean-Baptiste Cottanceau, il pourrait s’agir d’un travail, daté autour de 1840, émanant des ateliers de la maison Beurdeley, l’une des plus importantes dynasties de fabricants de meubles de luxe active de 1818 à 1895.

 

Rare fauteuil d’apparat en acajou et placage d’acajou. Travail français vers 1840. Possiblement de la maison Beurdeley. Dimensions : hauteur 110 cm ; largeur : 74 cm, profondeur : 60 cm. Estimation : 8 000 – 12 000 euros.

 

Un fauteuil tiré d’un modèle gravé dans le Recueil de décorations de Percier et Fontaine

Installés tour à tour rue Saint Honoré et à l’angle du boulevard des Italiens, les Beurdeley se démarquèrent au XIXe siècle par la qualité de leurs montures en bronze et reçurent de nombreuses commandes officielles, œuvrant notamment à l’enrichissement du Garde-Meuble impérial. Pour confectionner leurs meubles, ces trois générations de fabricants s’inspiraient de modèles anciens. Notre fauteuil est d’ailleurs directement tiré d’un modèle gravé au sein du « Recueil de décorations intérieures » de Percier et Fontaine qui, à sa publication en 1802, posait les principes d’une décoration néoclassique puisant dans l’étude de l’antiquité, à rebours des vicissitudes de la mode. « On retrouve également dans ce recueil, ajoute l’expert, un grand fauteuil de même type présentant des consoles d’accotoirs au lion ailé monopode réalisées en bronze doré ». Portant une estampille apocryphe de Georges Jacob, notre fauteuil arbore une structure en acajou et placage d’acajou, et un large dossier en hémicycle, reposant sur quatre pieds arqués. Il sera vendu avec une estimation comprise entre 8 000 et 12 000 euros. Une évaluation raisonnable, à lire l’expert pour qui ce siège « fut sans aucun doute l’objet d’une commande spéciale et unique »

Enchérir | Suivez la vente du fauteuil d’apparat le 20 juin en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

25 ans de ventes Michelin à Clermont-Ferrand

Le 16 juillet 2024 | Mis à jour le 16 juillet 2024

Les 19 et 20 juillet à Clermont-Ferrand, la maison Vassy & Courtadon accueillera la 25e édition de sa vente Michelin. Retour sur un parcours sans faute, suivez les guides !

Albert Clouard, le nabi clandestin aux enchères à Brest

Le 12 juillet 2024 | Mis à jour le 12 juillet 2024

A l’occasion de sa vente annuelle dédiée aux écoles bretonnes et à l’art moderne, la maison Thierry-Lannon & Associés dévoilera aux enchères le 20 juillet à Brest une toile réalisée […]

Jeux Olympiques : à vos marques, prêts, enchérissez !

Le 10 juillet 2024 | Mis à jour le 10 juillet 2024

Il n’est pas nécessaire d’être sportif de haut niveau pour participer aux nombreuses ventes aux enchères organisées ce mois-ci autour des thèmes du sport et des olympiades. Le point sur […]