Le 1 juin 2022 | Mis à jour le 1 juin 2022

Un surtout de table d’Emile Puiforcat renoue avec les heures glorieuses de l’orfèvrerie Louis XVI

par Bertille Montagne

Le 4 juin à Rennes, la maison de vente Ouest Enchères Publiques célèbrera les grandes heures de l’orfèvrerie française avec un surtout de table en argent renouant avec le style Louis XVI. Estimée à plus de 5 000 euros, cette pièce élégante est signée du célèbre orfèvre parisien Emile Puiforcat.

 

Pièce incontournable des tables bourgeoises, le surtout a fait son apparition sous le règne de Louis XIV lors d’une réception donnée par le duc d’Orléans en l’honneur de l’ambassadeur anglais Portland. Cette pièce « dormante » prend place au centre de la table et accueille les salières, boîtes à épices et bougeoirs. « Le contexte de son apparition obéit à une raison pratique : le service à la française et son abondance de mets. Lors de la rotation des plats ne demeurent sur la table que les épices. Naît alors l’idée de créer un espace fixe qui va devenir un merveilleux prétexte aux extravagances décoratives les plus folles pour les orfèvres du XVIIIe siècle », détaille le commissaire-priseur Pierre-Guillaume Klein qui présentera aux enchères le 4 juin à Rennes un surtout de table tripartite en argent de style Louis XVI.

 

Emile Puiforcat, jardinière et surtout de table tripartite en argent de style Louis XVI, 6.5 x 66 cm, profondeur : 42.5 cm. Estimation : 5 000 – 6 000 euros.

 

Un surtout de table d’Emile Puiforcat de style Louis XVI

Recherché à l’origine pour ses qualités utilitaires, le surtout s’impose rapidement comme un ornement de table à part entière, plébiscité des milieux aristocratiques et bourgeois. Au fil des époques, les orfèvres enrichissent ou simplifient leur décor, suivant l’évolution des goûts. Ainsi, le style rocaille s’épanouit sous le règne de Louis XV à travers les créations de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750), avant que, sous Louis XVI, la maison Christofle & Cie ne livre des pièces marquées par le style néo-classique. « Sous l’Empire, cet objet de luxe se dote de miroirs propres à émerveiller les yeux des convives en reflétant la lumière des flambeaux. Une tradition dans laquelle s’inscrit tout naturellement le célèbre orfèvre parisien Emile Puiforcat, fondateur en 1820 de la maison éponyme », note le commissaire-priseur. Estimé entre 5 000 et 6 000 euros, le surtout de table présenté aux enchères arbore ainsi des miroirs et un décor caractéristique du style Louis XVI, avec ses pilastres cannelés, guirlandes de laurier et médaillons perlés. « L’orfèvre installé rue Chapon à Paris fait revivre ici les grandes heures de l’orfèvrerie française dans un style Louis XVI grandiose. Les amateurs de belles tables seront servis. » A noter que ce trésor d’orfèvrerie sera vendu aux côtés d’une huile sur toile attribuée à David Vinckboons (1576-1633) et d’un portrait d’homme à l’orientale donné à Andréa Soldi (1703-1771). 

Enchérir | Suivez la vente de mobilier, argenterie et tableaux le 4 juin en direct sur interencheres.com

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]