Le 5 mai 2021 | Mis à jour le 20 mai 2021

Une peinture inédite de Pierre Soulages adjugée 1,6 million d’euros à Montpellier

par Renaud Hebert

Une toile de Pierre Soulages peinte en 1975 a été adjugée 1,6 million d’euros le 8 mai à Montpellier. Inédit sur le marché, le tableau a été acheté par un collectionneur européen. 

 

Natif de Rodez, Pierre Soulages entretient un lien particulier avec la ville héraultaise. Il y visite régulièrement le musée Fabre au sortir de la guerre, et rencontre son épouse Colette Llaurens à l’École des beaux-arts de Montpellier. Le musée Fabre, auquel Soulages avait fait une donation exceptionnelle de vingt toiles, abrite aujourd’hui l’une des plus belles collections de l’artiste. Le 8 mai dernier, Soulages était cette fois à l’honneur à l’occasion d’une vente de prestige organisée à l’Hôtel des ventes de Montpellier. Bertrand de Latour et Jean-Christophe Giuseppi présentaient aux enchères une huile sur toile inédite, détenue jusqu’alors par des collectionneurs montpelliérains, qui en avaient fait l’acquisition auprès d’une galerie de la ville au milieu des années 1970.

 

Une huile sur toile bleue et noire de 1975

Peinture 16 avril 1975 témoigne d’une période singulière dans l’œuvre de Soulages, située entre les années de jeunesse des « broux de noix » et « l’outrenoir » de l’ultime période. D’épaisses bandes noires verticales recouvrent de belles nuances de bleu, qui réapparaissent par endroits au gré des mouvements de « raclages ». Restreinte, la gamme chromatique acquiert une grande puissance expressive, dans un subtile mélange entre opacité et transparence. Le tableau est répertorié et reproduit au catalogue de Pierre Encrevé, l’illustre historien d’art spécialiste de l’œuvre de Soulages.

 

 

Une œuvre inédite acquise par un collectionneur européen

Le 8 mai à Montpellier, il a fallu quinze minutes pour départager neuf enchérisseurs souhaitant acquérir cette huile inédite de Pierre Soulages. Estimée entre 500 000 et 800 000 euros, la toile, présentée dans un état « sortie d’atelier », a finalement été adjugée 1,6 million d’euros à un collectionneur privé européen. Ce résultat correspond à la cote d’un artiste prisé, auquel de nombreuses expositions sont consacrées chaque année, du Louvre au Centre Pompidou. A noter que le record pour un tableau de Soulages a été réalisé en 2018 à New York, avec un prix au marteau de 8 077 474 euros pour Peinture 186 x 143 cm, 23 décembre 1959. Plus récemment, un tableau provenant de la collection de Léopold Sédar Senghor avait été acquis pour 1,5 million d’euros à Caen.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]