Le 3 juillet 2020 | Mis à jour le 15 juillet 2020

Une sculpture de jeunesse de Calder adjugée à 520 000 euros

par Alexandra Flory

A l’occasion de sa vente d’art moderne du 8 juillet, la maison Millon présentait aux enchères à Paris une sculpture de jeunesse inédite d’Alexander Calder. Restée dans la même collection depuis 1929, elle a été adjugée à 520 000 euros.

 

Daté de 1927, le Nu aux mains croisées du sculpteur américain Alexander Calder (1898-1976), était la pièce phare de la vente d’art moderne organisée par la maison Millon le 8 juillet à Paris et en live sur Interencheres. Estimé entre 150 000 et 200 000 euros, il était proposé à la vente aux côtés d’un Autoportrait de Jeanne Hébuterne (adjugé à 188 500 euros).

Alexander Calder (1898-1976). Nu aux mains croisées (1927), sculpture en bois. H. 106 cm. Signée sur le côté droit « Calder ». Adjugé : 520 000 euros.

 

Une œuvre de jeunesse de 1927

Dès son arrivée en 1926, dans le quartier Montparnasse à Paris, Calder rencontre Picasso, Brancusi, Zadkine et Pascin qui écrira la préface de sa première exposition parisienne en 1929. A cette époque, le jeune Calder sculpte le nu en taille directe dans le bois, un matériau qu’il reprend à plusieurs de ses amis artistes tels que Brancusi (Madame L.R., 1914-1917) ou Zadkine (Maternité, 1912-1914). Si elle s’inscrit dans cette première période, cette œuvre de jeunesse, encore réaliste, annonce dans le même temps le travail à venir de l’artiste, par l’aspect longiligne de la figure féminine. « Vue de profil, la sculpture est une ligne sinueuse d’une hauteur majestueuse, précise Cécile Ritzenthaler experte en art moderne. Calder figure une femme empreinte de pudeur aussi fine qu’une lame. Il sait donner du volume à ce qui est plat et aplatir un volume. Il s’agit là de l’essence de son travail, ce qu’il a mis en pratique avec ses personnages de cirque en fils de fer, mais également avec ses mobiles et stabiles. »

En savoir plus | Cécile Ritzenthaler, expert Art Moderne nous présente un taille directe en bois d’Alexander Calder, de 1927.

 

Une sculpture inédite sur le marché

Les sculptures des premières années parisiennes de l’artiste sont très rares sur le marché, la plupart étant conservées au Whitney Museum ou à la Fondation Calder à New York. Il fallait ainsi compter 520 000 euros (frais compris) pour ce Nu inédit. Conservé dans la même collection privée depuis 1929, il avait été acheté à New York, peu après sa première présentation, lors de l’exposition berlinoise d’Alexander « Sandy » Calder, organisée à la galerie Neumann-Nierendorf. Depuis, il n’était sorti de la collection qu’à deux reprises : en 2007 lors de l’exposition en hommage au couple de marchands suisses Ernst et Hildy Beyeler à Bâle (Suisse) et en 1996 au Donjon de Vez (France) lors de l’exposition personnelle « Calder au Donjon de Vez ». A noter que la la sculpture a fait l’objet d’une expertise de la Fondation Calder et y est référencée sous le numéro A05651.

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]