Le 7 juin 2022 | Mis à jour le 8 juin 2022

Une tapisserie d’Aubusson d’après l’Histoire de Constantin de Rubens redécouverte à Angers

par Diane Zorzi

Estimée à plus de 25 000 euros, une tapisserie exécutée par la Manufacture Royale d’Aubusson au début du XVIIIe siècle d’après une gravure de Rubens sera dévoilée aux enchères le 15 juin à Angers. Cette œuvre exceptionnelle dont les historiens avaient perdu la trace est issue d’une série de tentures dédiées à la vie de l’empereur Constantin.

 

Monté sur un cheval blanc, coiffé d’une couronne de lauriers et vêtu d’un manteau rouge, Constantin s’élance avec son javelot parmi la mêlée de cavaliers, tandis qu’à terre gisent les premiers cadavres. De ce combat sanglant avec Licinius, Constantin sortira triomphant pour s’imposer comme l’unique empereur d’Occident et d’Orient, et fonder Constantinople. Cet épisode de la bataille de l’Hellespont (323-324 après J.-C.) inspira à Pierre-Paul Rubens (1577-1640) une gravure exécutée en 1622 dans le cadre d’une série dédiée à l’Histoire de Constantin, premier empereur chrétien, pour être déclinée en tenture par les ateliers parisiens du Faubourg Saint-Marcel (1627) et ceux du Faubourg Saint-Germain de Raphaël de la Planche (1660). Au siècle suivant, les ateliers d’Aubusson établissent de nouveaux cartons d’après les compositions du maître flamand. « Nous connaissons en particulier en version aubussonnaise La Bataille du Pont Milvius, ainsi que le Baptême de Constantin, mais la bataille de l’Hellespont en version Aubusson était pratiquement inconnue », expliquent les commissaires-priseurs Xavier de La Perraudière et Florian d’Oysonville.

 

Constantin combattant Licinius. Tapisserie faisant partie d’une tenture de L’Histoire de Constantin, Manufacture Royale d’Aubusson. Début du XVIIIe siècle. 290 x 510 cm. Estimée entre 25 000 et 35 000 euros. Expertisée par Nicole Pazzis-Chevalier. 

 

Une tapisserie d’Aubusson estimée à plus de 25 000 euros

Notre tapisserie arbore maints éléments caractéristiques de la production d’Aubusson. Aux frondaisons qui agrémentent la partie droite de la composition s’ajoute sur le pourtour un décor d’arabesques vieil or et de bouquets de roses, une bordure qui pare un autre ouvrage d’Aubusson exécuté d’après la Bataille d’Arbelles de Charles Le Brun. « Nous sommes ici en présence d’une très belle reprise du sujet de Rubens dans les ateliers d’Aubusson au début du XVIIIe siècle », poursuivent les commissaires-priseurs. Avec cette composition en laine et soie, la Manufacture d’Aubusson démontre tout son savoir-faire, parvenant à traduire, au gré des fils, la technique fougueuse et les coloris chatoyants propres aux œuvres de Rubens. Estimée entre 25 000 et 35 000 euros, cette tapisserie sera dévoilée aux enchères le 15 juin à Angers. Lors de cette vente, le Siècle des Lumières sera également représenté par une commode exceptionnelle estampillée d’Etienne Avril (1748-1791) reçu maître en 1774 (estimée entre 10 000 et 15 000 euros). Le lendemain succédera une vacation dédiée aux bijoux et montres comptant parmi ses pièces maîtresses un ensemble de créations iconiques imaginé par René Boivin (1864-1917) et daté autour de 1960, dont un clip en or serti de diamants (25 000 – 35 000 euros) et une paire de bracelets modèle « Nid d’abeilles » sertis de saphirs (50 000 – 70 000 euros).

Enchérir | Suivez les ventes de tableaux, mobilier, objets d’art et bijoux les 15 et 16 juin en live sur interencheres.com

 

Commode marquetée de bois de rose en aile de papillon, amarante, sycomore et filets de citronnier. Estampilles d’Etienne Avril et de jurande JME. Epoque Louis XVI. H. 88,5 – L. 233 – P. 65,5 cm, Estimée entre 10 000 et 15 000 euros.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]