Le 13 octobre 2017 | Mis à jour le 30 avril 2019

Une toile orientaliste inédite de Georges Brétegnier

par Diane Zorzi

Mise à jour du 19 octobre 2017 : la toile de Georges Brétegnier a été adjugée à plus de trois fois son estimation haute fixée à 15 000 euros. Un professionnel étranger a poussé les enchères jusque 50 000 euros.

Une toile de Georges Brétegnier (1860-1892) jamais passée en vente publique sera mise aux enchères par Maître Dufrèche mercredi 18 octobre 2017 à Besançon et sur le Live d’Interencheres. Estimée entre 12 000 et 15 000 euros, elle témoigne du savoir-faire d’un maître orientaliste du XIXe siècle trop peu connu.

 

Une œuvre rare sur le marché

Exposé au Salon de 1890, ce grand tableau d’1 mètre 30 de largeur signé Georges Brétegnier est présenté pour la toute première fois en vente publique. « C’est une découverte exceptionnelle, s’enthousiasme Octavie Bordet de l’étude de Maître Dufrèche. La porte de la Kasbah de Tanger était conservée précieusement dans une collection particulière alsacienne depuis très longtemps. Elle n’était connue que par une reproduction dans le catalogue du Salon. Plus personne ne l’avait vue depuis. »

Georges Brétegnier est un artiste particulièrement rare sur le marché. En effet, il décède à l’âge de 32 ans, laissant derrière lui une production limitée. Les collectionneurs n’ont ainsi pas manqué l’occasion de s’offrir une de ses toiles lorsqu’Une audience du Pacha à Tanger de 1887 fut mise en vente à Londres en 2013, poussant les enchères jusqu’à 216 000 euros.

 

Une vue de la Kasbah de Tanger

Georges Brétegnier fait partie de ces peintres voyageurs qui rejoignirent l’Afrique du Nord pour en dépeindre les paysages et la vie quotidienne. « Passant par l’Espagne, il arrive à Tanger en décembre 1884 et intègre l’équipe qui accompagne la mission française du ministre Feraud. En 1887-1888, il visite la Tunisie, l’Algérie, puis Tanger, Rabat et Tétouan, retrouvant lors de ce séjour ses amis, les peintres Louis-Auguste Girardot et Jules-Alexis Muenier. » Là-bas, il croque les habitants, photographie les scènes de rue et s’imprègne des paysages et des monuments, avant de les coucher sur la toile une fois à l’atelier.

C’est ainsi qu’au nord du Maroc, à Tanger, il peint cette fameuse porte de la Kasbah, une forteresse construite au XVe siècle par les Portugais. De ses maîtres Jean-Léon Gérôme et Ernest Meissonier, il retient le goût du détail, adoptant une touche lisse quasi photographique. « Lors de ses voyages, il développe une réelle passion pour les jeux d’ombres et de lumière. » Sous un ciel d’un bleu azurin, des personnages vêtus de couleurs vives se détachent d’un camaïeu lumineux de beige et ocre.

 

Du Maroc à la Franche-Comté

« Outre ce talent à représenter des vues du Maghreb, il a également peint des scènes de Franche-Comté ». C’est d’ailleurs sur cette terre natale, à Besançon, que l’œuvre de Tanger sera mise en vente par Maître Dufrèche mercredi 18 octobre 2017. « La Franche-Comté compta de nombreux peintres voyageurs, comme le prouve l’œuvre orientaliste de Paul Elie Dubois (1886-1949), artiste originaire de la région, qui sera également mise en vente. Estimée entre 1 500 et 2 000 euros et datée de 1928, elle offre une superbe vue du Hoggar en Algérie. »

 

 

 

Georges Brétegnier (Héricourt, 1860 – Paris, 1892). La porte de la Kasbah de Tanger. Huile sur toile. Signée en bas à droite et datée 1890. 100 x 130 cm. Provenance : collection particulière (Alsace). 

 

 

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une Porsche Panamera hybride quasi-neuve en vente à Rennes

Le 26 novembre 2021 | Mis à jour le 26 novembre 2021

A la requête de l’AGRASC, l’Agence de gestion et recouvrement des avoirs saisis et confisqués, la maison de vente Gauducheau-Jézéquel présentera aux enchères une Porsche Panamera 4 E-Hybrid exceptionnelle, immatriculée […]