Le 10 novembre 2022 | Mis à jour le 18 novembre 2022

Une vue de Florence inédite de Gaspar van Wittel adjugée 427 000 euros à Laval

par Interencheres

Une vue de Florence inédite peinte autour de 1694 par l’artiste néerlandais Gaspar van Wittel sera vendue aux enchères le 17 novembre à Laval par les commissaires-priseurs François Nugues et Fabien Drouelle. Estimée entre 150 000 et 200 000 euros, elle dévoile une vue réaliste et bucolique de la capitale toscane au XVIIe siècle.

 

[Mise à jour du 18 novembre] Estimée entre 150 000 et 200 000 euros, la vue de Florence de Gaspar van Witell a trouvé preneur à 350 000 euros au marteau, soit 427 000 euros avec les frais. L’identité de l’acquéreur n’a pour l’heure pas été révélée. 

 

Gaspar van Wittel (1653-1736) compte parmi les premiers peintres de vedute italiennes, ces vues réalistes, minutieusement détaillées, des villes, héritées des maîtres du siècle d’or néerlandais, tels Jacob van Ruisdael et Vermeer. Né aux Pays-Bas, le peintre s’éprend de la Ville éternelle où il s’installe définitivement en 1675. Il ne quitte sa terre d’adoption qu’en de rares occasions. Il séjourne deux ans à Naples où il œuvre au service du duc de Medina Celi de 1699 à 1701, voyage dans le Nord de l’Italie et marque une étape à Florence en 1694. De la capitale toscane, il livre plusieurs vedute dont une toile inédite qui, provenant d’un château du Val de Loire, sera la pièce maîtresse de la vente de Laval enchères le 17 novembre prochain.

 

Une vue réaliste et bucolique de Florence

Dans cette huile sur toile aux notes bucoliques, les monuments les plus connus de la ville de Florence se distinguent à l’horizon au milieu de la campagne italienne où cheminent des jeunes femmes, ainsi qu’un berger et ses troupeaux. Cette représentation réaliste offre une vision quasi documentaire de la ville des Lys, dont on peut distinguer un florilège des monuments les plus célèbres, à l’instar de Santa Maria del Fiore ou du clocher de Saint-Marc. La peinture s’inscrit dans une approche topographique, donnant à voir une vue panoramique de la ville que le spectateur peut dès lors embrasser d’un seul regard. « Cette grande toile représente Florence depuis la « via bolognese », l’ancienne voie qui reliait Florence à Bologne à travers le Mugello, détaillent les experts du cabinet Turquin. A gauche, on reconnaît le « Pont-Rouge » qui tire son nom de l’ancien pont en briques sur la rivière Mugnone et permettait l’accès à la ville au nord par la Porta San Gallo, visible en arrière-plan. Cette œuvre est typique des grandes vues qu’aimaient rapporter de leur Grand tour les amateurs et collectionneurs anglais ou français. » Une autre version de dimensions inférieures à celle-ci et présentant quelques infimes variations est aujourd’hui conservée dans la collection du Duc du Devonshire à Chatsworth. Le dessin préparatoire relatif à la fois au tableau de Chatsworth et à notre Vue de Florence se trouve quant à lui au musée de San Martino à Naples.

Gaspar van Wittel, pionnier des védutistes

Avec ses vedute, Gaspar van Wittel reçut les faveurs de l’aristocratie et de la noblesse romaines, comptant entre autres clients prestigieux les Albani, Colonna ou Ottoboni. Ses peintures auront une influence décisive sur les védutistes de la génération suivante, à l’instar d’Anton Canal, dit Canaletto, et Francesco Guardi. Ces artistes du XVIIIe siècle auront recours, sur le modèle des maîtres néerlandais, au procédé de la camera obscura, dont Lucas Carlevarijs (1663-1730) a initié l’usage en Italie, afin de pouvoir retranscrire avec une précision inégalée et pré-photographique les monuments, les paysages et l’animation de la péninsule italienne.

Enchérir | Suivez la vente de mobilier et objets d’art du 17 novembre en live sur interencheres.com

 

Gaspar van Wittel dit le Vanvitelli (1653 – 1736). Vue de Florence. Toile. Hauteur : 86,5 cm. Largeur : 173 cm. Estimation : 150 000 – 200 000 euros. Expertisé par le cabinet Turquin.

Haut de page

Vous aimerez aussi