Le 10 août 2023 | Mis à jour le 14 mars 2024

De fer et de feu : les dagues Dumonthier

par Michel Fradin

Les armes dites « à système » produites au XIXe siècle et au début du XXe siècle recèlent des trésors d’inventivité et, pour certaines d’entre elles, conservent une image quelque peu féroce. L’expert Michel Fradin nous présente les dagues-pistolets Dumonthier.

 

Dans l’histoire des armes à feu, le XIXe est le siècle de toutes les innovations majeures à l’origine des armes de poing ou d’épaule en usage aujourd’hui. Maintes inventions fleurissent autour de 1850, visant à améliorer la puissance de feu, la vitesse du tir, la vitesse de rechargement, la maniabilité ou encore l’association de l’arme à feu et de l’arme blanche. On voit ainsi apparaître des revolvers et pistolets à canons multiples, à barillets à deux rangées de cartouches ou à systèmes d’ouverture et d’éjection plus ou moins efficaces, ainsi que des combinaisons de canons rayés et de canons lisses ou d’une arme à feu et d’une arme blanche (couteaux de poche-pistolets, poignards-revolvers, cannes-épées-revolvers ou association d’un poing américain avec un revolver et, pour faire bonne mesure, avec une lame de couteau pliable).

Si la liste des inventions est infinie, la plupart de ces armes étaient néanmoins jugées trop fragiles et complexes à utiliser. Aussi, elles n’eurent qu’un succès commercial limité et restèrent le plus souvent sagement rangées dans leurs étuis ou coffrets. Ces armes, désignées par le nom générique de « systèmes », sont donc relativement rares aujourd’hui et bénéficient d’un fort intérêt de la part des collectionneurs. Ces derniers apprécient leur inventivité mécanique, la qualité de leur fabrication ou encore leur traitement esthétique. Ces armes, destinées à l’origine à une clientèle aisée, ont en effet un aspect parfois impressionnant et sont souvent dotées de riches ornements.

 

Dague Dumonthier à système de 2 pistolets de chaque côté de la lame – queues de détentes rétractables dans la poignée, forte lame à gouttière avec son inscription gravée « DUMONTHIER 194 rue ST MARTIN à Paris » vers 1850. Rare dans cette longueur (52 cm). Adjugée 3000 euros par Chauviré et Courant le 30 avril 2022 à Angers.

 

Dumonthier et les armes combinées

Parmi les armuriers les plus réputés du XIXe siècle, Joseph-Célestin Dumonthier à Paris s’était fait une spécialité des armes combinées. Sous le Second Empire, deux de ses armes, notamment, ont acquis une réputation flatteuse due à la robustesse de leur conception et à leur qualité de fabrication. La première était un revolver-coutelas. Il s’agissait d’un revolver à broches classique, mais dont le canon était foré dans l’épaisseur d’une forte lame de poignard, formant ainsi un ensemble monobloc solide, alors qu’à l’époque les autres objets de ce type utilisaient une fine et courte lame de couteau soudée sous le canon du revolver. N’évoquons pas l’encombrement d’un tel ensemble et la difficulté à le transporter dans la poche…

 

Dague-pistolet Dumonthier de luxe. Poignée-crosse à deux plaquettes de métal argenté, à décor strié en oblique. Pommeau enrichi d’un décor de trophées de chasse. Garde à quatre quillons ciselés de tête de chien dont deux mobiles servant de chiens. Lame droite à gouttière centrale gravée sur les deux faces de rinceaux feuillagés, signée au talon, « Dumonthier et Chartron 194 rue St Martin Paris ». Fourreau en cuir naturel à deux garnitures en argent à décor en suite et de rubans. T.B.E. Vers 1850/1860. Lame : 52,5 cm. Adjugée 3000 euros par Osenat le 2 avril 2023 à Fontainebleau.

 

La dague-pistolet Dumonthier

L’autre arme combinée de Dumonthier, probablement la plus réussie esthétiquement et correspondant à un vrai besoin, était une dague de chasse-pistolet produite entre 1850 et 1870. Elle était destinée à « servir » le grand gibier, cerf ou sanglier, en donnant un coup au cœur, selon la tradition. Mais en conditions de chasse un grand cerf ou un vieux sanglier peuvent ne pas se montrer très coopératifs et représentent un danger mortel…pour le chasseur cette fois-ci. Il peut donc être très utile, dans ces circonstances, de disposer d’une arme à feu pour mettre une distance de sécurité entre le chasseur et l’animal et lui tirer le coup fatal.

A cette fin, Dumonthier allait associer à la forte lame de sa dague deux canons de calibre 9 mm de puissance suffisante, d’autant que le tir se pratiquait à une distance de quelques pas. L’idée n’était pas neuve. De telles dagues-pistolets existaient depuis le XVIIIe siècle, mais elles utilisaient des mécanismes à silex fragiles et encombrants. L’innovation majeure de Dumonthier fut d’utiliser les deux quillons formant la garde de la dague comme chiens à percussion assurant la mise à feu des pistolets. Ces deux quillons articulés s’arment indépendamment l’un de l’autre. Ils sont actionnés par un ingénieux système de détentes qui, au repos, sont dissimulées dans la poignée et sortent une fois les chiens armés. Ce mécanisme permettait ainsi de tirer sélectivement avec l’un ou l’autre des deux canons.

Les deux canons très rapprochés de la lame n’alourdissent que très peu l’arme et permettent de la loger dans un fourreau qui reste assez élégant. L’arme ne se distingue finalement d’une dague classique que lorsqu’elle est tirée du fourreau. Gageons que le propriétaire d’un tel objet devait, en révélant son mécanisme, susciter la surprise de ses partenaires de chasse…

 

Dague pistolet à percussion système Dumonthier, deux coups. Lame droite à gouttière à deux canons ronds de part et d’autre, poinçonnée « Dumonthier ». Longueur : 32 cm, B.E. Vers 1850. Adjugée 3584 euros par Ader le 28 sept 2021 à Paris.

 

La poignée en corne ou en métal, cannelée et en forme de crosse de pistolet, masque complètement le mécanisme et les détentes. La lame droite, à double tranchant et gouttière centrale, rappelle celle des « Kindjals » caucasiens. Les chiens invisibles au repos, le fourreau de forme dodue et gainé de cuir, s’inscrivent pleinement dans l’esthétique de l’époque, marquée par l’orientalisme. D’ailleurs, le Proche-Orient et les Balkans furent un marché important pour Dumonthier. Ces régions, où l’arme était une composante à part entière du costume masculin, apprécièrent particulièrement ce bel objet comme arme de défense individuelle, la chasse n’y étant pas pratiquée de la même façon qu’en Europe.

Aujourd’hui ces armes sont relativement rares sur le marché et séduisent toujours par leur inventivité et leur esthétique. Elles fédèrent aussi bien les amateurs de « systèmes » que les amateurs de vénerie. L’une d’elles, à poignée en corne brune et détente unique, sera vendue aux enchères par Véronique Ingels le 8 septembre prochain à Roanne, avec une estimation de 1 800 à 2 200 euros.

 

Dague de chasse système Dumonthier à percussion. Epoque seconde moitié du XIXe siècle. Longueur totale 32,5 cm, lame de 21. Catégorie D2. Estimé entre 1 800 et 2 200 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

25 ans de ventes Michelin à Clermont-Ferrand

Le 16 juillet 2024 | Mis à jour le 16 juillet 2024

Les 19 et 20 juillet à Clermont-Ferrand, la maison Vassy & Courtadon accueillera la 25e édition de sa vente Michelin. Retour sur un parcours sans faute, suivez les guides !

Les mascottes, quand la sculpture rencontre l’automobile

Le 12 juillet 2024 | Mis à jour le 12 juillet 2024

De René Lalique à Rembrandt Bugatti, les mascottes automobiles ont inspiré de nombreux artistes au cours des années 1920 et 1930. Conçues à l’origine pour habiller les calandres, elles sont […]

Jeux Olympiques : à vos marques, prêts, enchérissez !

Le 10 juillet 2024 | Mis à jour le 10 juillet 2024

Il n’est pas nécessaire d’être sportif de haut niveau pour participer aux nombreuses ventes aux enchères organisées ce mois-ci autour des thèmes du sport et des olympiades. Le point sur […]

Un rare masque Batcham aux enchères à Joué-lès-Tours

Le 28 juin 2024 | Mis à jour le 1 juillet 2024

Découvert dans le cadre d’une succession tourangelle, un masque « Tsema ’bu » dit « Batcham » de l’ouest du Cameroun, sera dévoilé aux enchères le 29 juin à Joué-lès-Tours. Seule une vingtaine de […]