Le 27 novembre 2023 | Mis à jour le 4 décembre 2023

D’Albert Marque à Thuillier, un défilé de poupées anciennes aux enchères à Chartres

par Clémentine Pomeau-Peyre

Près de 450 poupées anciennes dispersées en une journée : la vente du 2 décembre organisée par la Galerie de Chartres est conçue pour rassembler les collectionneurs. Au programme, une rare poupée de caractère Albert Marque, deux bébés Thuillier, des poupées parisiennes et de nombreux accessoires recherchés.

 

[Mise à jour, 4 décembre 2023] La poupée Albert Marque, éditée vers 1915 à 100 exemplaires, a été adjugée 102 480 euros (frais inclus). 

 

« Dans chaque vente de poupées anciennes, nous proposons entre 450 et 500 lots, sur une journée, explique Elsa Gody-Baubau, c’est un rendez-vous pour les collectionneurs nationaux et internationaux qui viennent en salle pour voir les lots en vrai et apprécient aussi de se rencontrer ». Dans ce domaine, les photos, même de très bonne qualité, ne suffisent pas à rendre la couleur délicate des biscuits, les détails des vêtements… La commissaire-priseur de la Galerie de Chartres connaît bien le profil de ces passionnés : « les amateurs de poupées rares, qui donnent les plus gros prix ont plutôt entre 50 et 60 ans, alors que sur les modèles plus accessibles, les collectionneurs sont plus jeunes, la trentaine ou la quarantaine. Les celluloïds intéressent autant les femmes que les hommes, et pour les poupées parisiennes, il s’agit souvent de passions partagées en couple ».

 

Albert Marque, Thuillier… les marques rares ont la cote

Au catalogue de la vente, la poupée de caractère Albert Marque, estimée entre 60 000 et 100 000 euros, se situe sans aucun doute dans la première catégorie. Il n’existe de ce modèle qu’une centaine d’exemplaires, tous fabriqués dans les ateliers de Sèvres vers 1915. « Albert Marque était un sculpteur, il a créé le moule en quatre parties permettant de réaliser la tête de cette poupée, des yeux en sulfure, un petit nez retroussé… Elle a aussi été habillée par la couturière Jeanne-Victorine Magaine-Lacroix », détaille la commissaire-priseur.

Toujours parmi les lots issus de marques peu courantes sur le marché, les deux bébés Thuillier, estimés entre 12 000 et 18 000 euros. André Thuillier réalise ses premières poupées en 1876, avec une tête en biscuit, des yeux en sulfure, un corps articulé et des vêtements sophistiqués (sous-vêtements, robe en lin, gants, chapeau…).

Les poupées parisiennes inscrites au catalogue se démarquent également par leur garde-robe soignée : une robe à traîne, des bottines en cuir à talons, une coiffe en dentelle (1 800 à 2 500 euros), jusqu’à une robe de mariée en soie (1 200 à 1 800 euros).

 

 

Des accessoires de poupées très recherchés 

« Les robes, accessoires et meubles de poupées font également partie des lots recherchés, avance Elsa Gody-Baubau, c’est tout particulièrement vrai pour les chaussures ». Il faudra compter entre 50 et 80 euros pour une paire de chaussures en cuir Eden Bébé, et 20 à 30 euros pour un piano de poupée ou un petit meuble de toilette équipé de sa garniture de toilette miniature.

Ces accessoires intéressent souvent les collectionneurs américains ou hollandais, qui viennent s’approvisionner sur un marché français très actif. La commissaire-priseur s’en réjouit : « beaucoup de belles marques françaises ont fabriqué des poupées, et dans les greniers ou les vieilles maisons, les gens retrouvent parfois la poupée de la grand-mère ou de l’arrière-grand-mère, et nous l’apportent sans se douter du prix qu’elle peut atteindre en vente ! »

Enchérir | Suivez la vente de poupées de collection le 2 décembre en live sur interencheres.com

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi