Le 14 octobre 2020 | Mis à jour le 14 octobre 2020

Des œuvres du couple Pissarro-Bernard en vente à Nice

par Lucie Rocher

Des œuvres du couple d’artistes Camille Pissarro-Bernard et Jean-François Bernard seront présentées aux enchères par la maison Millon le 15 octobre à Nice et en live sur Interencheres. Le 20 mai dernier, une première vente avait permis de lever le voile sur le travail de ces deux amants, unis par une même passion pour la peinture et les jeux de lumière.

 

Camille Pissarro-Bernard, une femme prédestinée à l’art

Le peintre impressionniste Camille Pissarro a légué à sa petite-fille Camille Pissarro-Bernard (1900-1989), dite « Kikitte », son goût pour l’art et sa maîtrise des jeux de lumière. Très tôt, la jeune femme s’attèle à la peinture, usant d’un coup de pinceau singulier, tout en poursuivant des travaux de couturière, maniant avec brio les aiguilles à travers des canevas parfaitement exécutés.

S’inspirant des lieux de son enfance, entre Eragny-sur-Oise et Moret-sur-Loing, ses œuvres figurent, pour la plupart, des paysages naturels entre forêts et cascades. Mais « Kikitte » se plaisait aussi à représenter des fleurs ou des oiseaux, des peintures qui tels La Mésange bleue (adjugé à 299 euros) et Oiseau sur une branche (adjugé à 468 euros)  séduisaient les amateurs et collectionneurs lors d’une vente organisée le 20 mai dernier par la maison Millon à Nice. Le 15 octobre, une seconde vente se tiendra à Nice et en live sur Interencheres, dévoilant des paysages, des bouquets de fleurs, ainsi que des portraits, un genre plus rare dans la production de Camille Pissarro-Bernard.

 

 

Un couple d’artistes complémentaires

Aux côtés des œuvres de Camille Pissarro-Bernard, seront également présentées des études signées de son amant, Jean-François Bernard (1884-1942), avec qui elle partageait une même passion pour la peinture. De seize ans son aîné, cet artiste s’illustra lui aussi à travers sa grande maîtrise des contrastes et des jeux de lumière. 

 

Jules-François Bernard (1884-1942), ensemble de quatre études de femmes au bain, crayon et mine de plomb sur papier. Estimé 150 – 200 euros.

 

Des coupures de presse et journaux, ainsi qu’un lot de documentation sur les deux protagonistes intéresseront également les curieux ou collectionneurs qui souhaitent explorer davantage l’univers artistique de ce couple complémentaire d’artistes-amants. 

 

Lot de coupures de presse, journaux (Minerva, Vivre Intégralement), catalogue d’exposition et photos concernant Camille PISSARRO, les œuvres de Jules-François BERNARD et Camille PISSARRO-BERNARD. Estimé 80 – 100 euros.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]