Le 27 mars 2024 | Mis à jour le 28 mars 2024

Design brésilien : les noms à connaître

par Magazine des enchères

Seul pays d’Amérique du Sud à avoir développé une importante tradition de design, le Brésil se fait connaître dans ce domaine depuis une vingtaine d’années. Tour d’horizon de ses principaux protagonistes, de Caldas à Tenreiro.

 

Le design brésilien est né au début du XXe siècle, mais il est resté longtemps peu connu de ce côté du globe. C’est sous l’impulsion d’antiquaires passionnés et de maisons de vente telles que Piasa, précurseur dans ce domaine, qu’il est importé en Europe. « La grande époque du design brésilien, c’est entre 1950 et 1980 environ, et les premiers designers à se faire connaître ont des origines européennes, explique Frédéric Chambre, directeur de la maison Piasa. Ce marché s’ouvre à l’international depuis une vingtaine d’années, et de manière plus affirmée depuis environ 10 ans ».

Ses caractéristiques sont intimement liées au climat du Brésil. Pays chaud et humide, dans lequel le métal ne vieillit pas très bien, et où les bois exotiques sont parfaitement adaptés. Peu de luminaires du fait d’un ensoleillement permanent… Contrairement aux design finlandais par exemple ! « Mais toujours des meubles très réfléchis, très pensés, en termes de fonctionnalité, de confort et d’esthétique », ajoute le directeur de Piasa.

 

De Caldas à Niemeyer, les grands noms du design brésilien

« José Zanine Caldas est un architecte de grand talent, j’ai visité une de ses maisons au Brésil, pour laquelle il a imaginé un système de lattes de parquet amovibles, ce qui permet de créer naturellement des courants d’air, c’est fabuleux », souligne Frédéric Chambre. Les pièces phares de Caldas ont un aspect un peu brut, à l’image de son fauteuil confident Namoradeira dit « Confident », modèle créé dans les années 1980, en pequi, ou de sa série de meubles Denuncia qui comprends chaise, tabouret, banc avec des formes organiques. Ce nom de Denuncia est celui du mouvement lancé par Caldas dans les années 1960 pour dénoncer la surexploitation forestière. Caldas s’est formé sur le tas, notamment en créant des maquettes d’architecture pour Oscar Niemeyer (1907-2012).

Lui est peut être le plus connu des designers brésiliens : Niemeyer a imaginé et construit la capitale Brasilia, et pour citer une référence française, le siège du Parti Communiste Français place du colonel Fabien à Paris. Ses créations oscillent entre inspiration brésilienne et style international. Le fauteuil et ottoman modèle Brazilia en cuir créé en 1975 s’échange autour de 10 000 à 15 000 euros sur le marché.

 

José Zanine Caldas (1919-2001), Namoradeira Fauteuil dit « confident » Pequi Plaque « Zanine ». Modèle créé dans les années 1980. H 76,5 × L 107 × P 63,5 cm.

 

De Scapinelli à Tenreiro, le design brésilien sous influences européennes

Comme son nom le laisse entendre, Giuseppe Scapinelli (1911-1982) est un artiste brésilien d’origine italienne. Né à Modène, il s’installe au Brésil en 1948 pour y mener une carrière riche puisqu’il s’intéresse à tout : il est peintre, sculpteur, céramiste, galeriste et designer ! Il mêle volontiers le verre et le bois, sur des tables accompagnées de chaises et fauteuils en Caviuna, son bois de prédilection. Une grande table de salle à manger, avec huit chaises modèle Cosmos peut être estimé 25 000 à 35 000 euros. « Le marché autour de Scapinelli peut être un peu compliqué, alerte Frédéric Chambre, il y a eu beaucoup d’éditions successives, il faut rester prudent et privilégier un canal de vente comme les enchères où les objets sont expertisés par des professionnels ».

 

Giuseppe Scapinelli (1891-1982), Cosmos. Table de salle à manger et huit chaises Caviuna, verre, laiton, fixé sous verre par Demarchis et textile. Modèle créé en 1961. H 78 × L 214 × P 108 cm (table) H 101,5 × L 43 × P 44 cm (chaises).

 

Poursuivons avec Joaquim Tenreiro (1906-1992), dont le mobilier « se caractérise par sa sobriété et sa grande qualité d’exécution. Le choix des matériaux naturels témoigne quant à lui de la formation d’artisan et d’ébéniste qu’a reçue l’architecte ». Parmi ses pièces les plus connues, la chaise à trois pieds Cadeira de três pès, créée en 1947 et dont l’estimation dépasse les 100 000 euros, sa bibliothèque créée en 1954 en imbuia, mélaminé et laiton (comptez 20 000 à 30 000 euros) ou sa chaise longue en imbuia et cannage de 1947 (entre 50 000 et 70 000 euros). « Il a toujours été assez recherché, et les prix montent pour ses pièces plus rares », analyse Frédéric Chambre.

 

Joaquim Tenreiro (1906-1992), Cadeira Baixa. Paire de chauffeuses Peroba et cannage. Modèle créé en 1950. H 80 × L 53 × P 56 cm.

 

D’origine polonaise, Jorge Zalszupin (1922-2020) est arrivé à Rio en 1949. Il va travailler avec Niemeyer, et surtout créer l’Atelier à Sao Paulo, pour fabriquer des meubles design. Cette marque reste aujourd’hui une référence dans le modernisme brésilien. Ses productions organiques mettent en valeur les bois précieux avec des finitions impeccables. Piasa a récemment adjugé une table de salle à manger ovale en imbuia, béton et métal laqué 45 000 euros.

 

Jorge Zalszupin (1922-2020), Capri. Suite de six tables d’appoint. Métal laqué et marbre. Édition l’Atelier. Modèle créé vers 1959-1965. H 29 × L 57 × P 57 cm.

 

Sergio Rodrigues (1927-2014) a travaillé avec Niemeyer, Tenreiro et Caldas. Il pensait que : « Le meuble n’est pas seulement la forme, pas seulement le matériau qui est fabriqué, mais aussi quelque chose à l’intérieur. C’est l’esprit de la pièce. C’est l’esprit brésilien. Ce sont les meubles brésiliens ». Un principe qu’il a démontré avec sa création la plus célèbre, la chaise du Shérif en cuir et bois largement diffusée dans le monde et dont le prix se situe entre 1 000 et 1 200 euros environ.

Enchérir | Suivez les prochaines ventes de design sur interencheres.com

 

Sergio Rodrigues (1927-2014), Banco mucki. Banc Imbuia. Édition Oca. Modèle créé vers 1958. H 34,5 × L 301,5 × P 80 cm.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les outsiders de l’art aux enchères à Paris

Le 3 avril 2024 | Mis à jour le 5 avril 2024

Le 10 avril, la maison de vente Tajan mettra en avant les inclassables de l’histoire de l’art, des artistes du XXe siècle n’ayant jamais appartenu à un courant, mais qui […]

5 choses à savoir sur Émile Gallé

Le 26 mars 2024 | Mis à jour le 26 mars 2024

Fondateur de l’Ecole de Nancy, Émile Gallé a révolutionné l’art de son temps en innovant du point de vue des formes, des décors et des techniques. Retour sur l’un des […]