Le 16 mars 2022 | Mis à jour le 23 mars 2022

La vie de château aux enchères

par Clémentine Pomeau-Peyre

Nos régions abritent maints châteaux, manoirs ou hôtels particuliers, renfermant en leur sein des œuvres d’art et objets mobilier raffinés. Les ventes aux enchères redonnent régulièrement vie à ces trésors, invitant à pénétrer dans les plus belles demeures que comptent le patrimoine français. Tour d’horizon des prochaines vacations organisées à travers la France.

 

Premier ensemble de château à visiter : celui du château de Jouac, ancienne demeure de l’artiste Clovis Trouille. « C’est une demeure du XIXe siècle, dans la Haute-Vienne, dont nous vendons l’entier mobilier soit plus de 280 lots. Certains ont appartenu à l’artiste dont une vitrine école de Nancy dans le goût de Majorelle (3 500 – 4 500 euros) ou une tête d’éphèbe par Robert Couturier qui lui avait été offerte (1 500 – 2 000 euros) », précise la commissaire-priseur Claudia Mercier. Le 29 mars prochain, un joli défilé de meubles est au programme : un buffet par Paul Sormani, en placage d’ébène et bois laqué (30 000 – 40 000 euros), une paire de meubles à hauteur d’appui en bois laqué noir par Mathieu Befort (25 000 – 35 000 euros) ou un bureau plat à caissons galbé attribué à Joseph Emmanuel Zwiener (25 000 – 35 000 euros). Du côté des petits lots plus accessibles retenons un service à asperges en faïence de Sarreguemines (40 – 60 euros) ou une série de lustres estimés de 50 à 100 euros, parmi lesquels un petit modèle corbeille, ou un autre en bronze doré orné de flèches. Claudia Mercier évoque l’intérêt des acheteurs pour « ce type d’ensemble cohérent, avec une provenance unique et un bel écrin, avec des lots pour tous les budgets ».

 

Le contenu du château de Vilhemont dans la Sarthe

Xavier Sanson, commissaire-priseur au Mans, est un habitué de ce type de vente. Il est notamment à l’origine, en décembre 2020, de la dispersion de la collection des Princes de Mérode, autrefois propriété des ducs de Clermont Tonnerre, qui a donné lieu à plusieurs préemptions. Sa vacation du 26 mars prochain est plus modeste : « c’est le contenu du château de Vilhemont, dans la Sarthe, qui comprend beaucoup de jolis portraits, des cadres Régence, de l’argenterie, des pendules, des fauteuils Louis XV et Louis XVI », énumère le commissaire-priseur. A noter également dans la vente une petite gouache représentant une scène de chasse à cour par Karl Reille (1 200 – 1 800 euros), ou un rare pichet anthropomorphe par Thuilant en faïence du XIXe siècle (5 000 – 8 000 euros). Xavier Sanson souligne que « dans ces ventes de grandes maisons, nous accomplissons toujours un important travail de recherche dans les anciens inventaires afin de retracer au plus près l’origine des objets ». Des recherches qui encouragent et rassurent les acheteurs toujours amateurs d’objets venus de belles collections.

 

 

De la Bretagne à la Corrèze

Autre ambiance à venir dans la vente de François Nugues le 24 mars prochain à Laval, puisqu’il s’agit de la vente des greniers d’un château breton. « Ces objets n’ont pratiquement pas été manipulés depuis deux générations, s’amuse le commissaire-priseur. Nous avons retrouvé des petits lots assez insolites tels qu’un casque colonial (proposé en lot avec d’autre couvre-chefs pour 100 à 200 euros), des boîtes de soldats de plomb (100 – 300 euros), ou un habit de préfet du Second Empire (100 – 200 euros) ». Cet inventaire de trésors de greniers ne saurait être complet sans l’indispensable malle Louis Vuitton (300 à 500 euros). Le catalogue offre également une belle sélection de miroirs à pareclose (500 – 1 000 euros), en trumeau (500 – 1 000 euros) ou plus simple en bois doré (300 –  500 euros), ainsi qu’une bibliothèque de billard en chêne à deux corps (1 000 – 2 000 euros)… « Mais également des gravures, des tableaux, des sièges du XVIIIe siècle, de la vaisselle et des objets de vitrine, des choses très classiques dans ces ventes ». Le commissaire priseur précise que les archives du château et sa bibliothèque seront proposés ultérieurement dans une vente cataloguée. La dernière étape de notre tour des châteaux, nous mène en Corrèze le 10 avril prochain, où Charles Gillardeau dispersera le contenu d’un château connu dans la région pour avoir abrité l’une des dernières princesses d’Annam. 

Enchérir | Suivre les prochaines ventes de château sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une montre Cartier centenaire aux enchères à Paris

Le 10 avril 2024 | Mis à jour le 11 avril 2024

Une rare montre de gentleman Cartier datée autour de 1911 sera présentée aux enchères chez Vermot et Associés le 16 avril à Paris. Dans son état d’origine, avec une charmante […]