Le 23 juin 2014 | Mis à jour le 23 juin 2014

Les enchères font un nouveau « sceau » en Asie

par Interencheres

[Lot du jour] Après les belles enchères enregistrées lors de la récente semaine de l’art asiatique, un nouvel objet de prestige fait son apparition dans les ventes aux enchères françaises. Il s’agit d’un sceau impérial chinois mis en vente le samedi 28 juin 2014, à Marseille et sur le Live d’Interencheres.
.

Maître Renaud Mazzella a découvert ce sceau dans une famille qui le détient depuis le début du XXe siècle. Cette pièce en jade légèrement céladon est, selon l’expert Akio Seto, très difficile à dater. L’art du sceau, objet permettant d’apposer la signature impériale, se développe réellement sous le règne des Empereurs Kangxi (1654-1722) et Qianlong (1711-1799). Ces souverains sont d’ailleurs représentés sur ce sceau à travers quatre caractères Kangxi sculptés en bas relief en guise d’empreinte, et les quatre faces présentent un texte de l’Empereur Qianlong en caractères dorés.

.

Celui-ci est un poème, intitulé Liu tiao bian, écrit en 1754 lors du second voyage d’inspection de l’Empereur Qianlong en Mandchourie. Il décrit l’objectif de la construction d’un rempart en terre de 1 300 kilomètres de long délimitant le vaste domaine réservé aux Mandchous. Deux dragons adossés en jade, symboles impériaux de la dynastie Qing, sont également sculptés sur le dessus de l’objet.

.

Estimé de 15 000 à 20 000 euros, ce sceau de 8 centimètres de haut risque d’atteindre des sommets. Des porcelaines impériales, une canne en corne et d’autres objets asiatiques seront également présentés à la vente.

.
Lien vers l’annonce de cette vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]