Le 2 juillet 2020 | Mis à jour le 3 juillet 2020

Les petits secrets des ventes du Crédit Municipal

par Clémentine Pomeau-Peyre

Depuis leur retransmission en live, les ventes des crédits municipaux attirent de plus en plus de particuliers, avides de bonnes affaires et peu familiers du monde des enchères. Décryptage et tour d’horizon des ventes de l’été...

 

Régulièrement annoncées sur le site Interencheres par des commissaires-priseurs de toute la France, les ventes aux enchères issues des crédit municipaux ne se ressemblent pourtant pas toujours. Elles ont en commun d’être très majoritairement composées de bijoux, d’or, de monnaie et de montres. Cela est dû à la provenance des lots puisqu’il s’agit d’objets mis en gage auprès des crédit municipaux, contre l’octroi d’un prêt. A noter que les listes de ventes peuvent de ce fait connaître des variations jusqu’au dernier moment, puisque les particuliers peuvent venir récupérer leurs biens tardivement.

 

Montre de gousset en or. 93.8 g. Estimation : 800 – 1 000 euros.

 

Des ventes majoritairement composées de bijoux, d’or, de monnaie et de montres

Quelques ventes des crédits municipaux, organisées au mois de juillet, nous ont permis de faire le tour des spécificités. Première chronologiquement, le 10 juillet, la vente de bijoux de l’Hôtel des ventes Giraudeau de Tours. Bertrand Jabot organise quatre ventes de ce type par an, « avec environ 90 % de bijoux et montres, le reste étant composé de maroquinerie type Vuitton ou Hermès, de sculptures, de tableaux…” Le processus est toujours le même : les lots sont récupérés la veille de l’exposition et présentés au public à l’hôtel des ventes, exception faite des lingots, des lots de pièces d’or ou de diamants de grande valeur qui restent au coffre. Le 10 juillet prochain, les 234 lots se déclineront en colliers, chaînes de montres, pendants d’oreille, bracelets et lots d’or vendus au poids, avec des estimations comprises entre 10 euros, pour un lot de fourchettes à dessert en métal argenté, et 3 000 euros pour un collier en or de 119,87 g.  Le commissaire-priseur souligne que “certains de ces lots sont vendus à charge de contrôle, c’est à dire que, venant de l’étranger, ils ne portent pas les poinçons habituels ; il faut donc, lorsqu’ils sont vendus, que nous les emportions au service de garantie pour apposer le poinçon.” Depuis environ quatre ans, ces ventes sont disponibles sur le live, principalement pour attirer des particuliers : “Les professionnels, qui achètent l’or au poids préfèrent la vente physique pour ne pas avoir à tenir compte des 3 % de frais supplémentaires du live.

A lire aussi | Rembrandt, Soulages, Picabia : le Crédit Municipal de Paris organise une vente exceptionnelle de plus de 160 œuvres d’art

 

Travail italien des années 1950-1960. Broche fleur stylisée deux ors 750 mil. Estimation : 400 – 600 euros.

 

Des ventes retransmises en live pour attirer un plus large public

A Nice le 21 juillet, Patrick Rannou-Cassegrain inclut une quarantaine de lots issus du Crédit Municipal dans sa vente de mobilier et objets d’art. Dès le lendemain, il organise une double vente de bijoux : la première partie est dédiée aux lots du Crédit Municipal, la seconde, aux lots volontaires de l’étude. “Nous avons une ou deux ventes de ce type par mois, et deux fois par an, des ventes avec des objets et des tableaux”. Les bijoux sont exposés sous vitrine et vendus dans les locaux du Crédit Municipal de Nice (situé juste en face de l’Hôtel des ventes Nice Riviera), alors que les ventes d’objets ont lieu à l’étude. Pour Patrick Rannou-Cassegrain, le public est très différent de son audience habituelle : “des marchands professionnels, mais aussi beaucoup de particuliers qui pensent faire une bonne affaire, ce qui est bien sûr plus ou moins vrai selon les ventes…” Ces personnes s’intéressent plus volontiers à la qualité des bijoux, aux ciselures, aux signatures… Ils achètent le bijou pour ce qu’il est et pas uniquement pour son poids en métal précieux. Le commissaire-priseur envisage de passer ces ventes sur le live prochainement, pour leur permettre d’atteindre un plus large public.

A lire aussi | Les ventes du Crédit Municipal de Paris disponibles en live

 

Bracelet en or 750 mil à maillons articulés lisses et facettés. 58.9 g.

 

A Toulouse, deux ventes bijoux sont organisées coup sur coup les 22 et 23 juillet sous le marteau de Marc Labarbe, mais dans les locaux du Crédit Municipal. La première journée seront dispersés les lots les plus importants, avec notamment une bague “Vous et Moi” en or gris ornée d’un diamant taille ancienne de 4,35 carats (estimée 20 000 – 28 000 euros), une montre Girard Perregaux pour Ferrari (1 200-1 500 euros) ou une ceinture en or ornée de pierres (6 000- 6 500 euros). Le lendemain, de très belles pièces, mais de valeur moindre prendront le relais.

A noter que quatre nouvelles ventes Crédit Municipal sont déjà annoncées pour la rentrée, et que ce chiffre devrait rapidement augmenter.

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]