Le 27 avril 2017 | Mis à jour le 3 août 2018

Les trois coups de marteau de la semaine

par Interencheres

actu-banniere-modeleL’adoration pour les fers à dorer, l’engouement pour le mobilier indo-portugais et l’enthousiasme des férus de décoration pour une coupe en porcelaine de Sèvres : retour sur trois beaux résultats des ventes aux enchères de la semaine du 17 au 23 avril 2017 (les prix sont indiqués hors frais).

.

Un rare cabinet indo-portugais adjugé 16 500 euros

Très apprécié par les Français jusqu’aux années 2000, le mobilier indo-portugais connaît un regain d’intérêt. Ces meubles produits en Inde à l’époque des comptoirs portugais, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, sont en effet particulièrement appréciés des acheteurs d’Espagne et du Portugal. 

.

Preuve en est, la belle adjudication du 22 avril 2017 à Montpellier : un cabinet en marqueterie incrusté de nacre a été vendu 16 500 euros par Maîtres Aude Andrieu et  Bertrand de Latour, acquis probablement par un collectionneur originaire de la Péninsule Ibérique. « Ce meuble précieux et raffiné, au travail minutieux, était réservé aux classes les plus aisées », détaille Maître de Latour. Par son piétement en forme de pélicans, le cabinet se distingue des productions traditionnelles, pourvues de pieds droits. Plusieurs enchérisseurs au téléphone et en Live se sont ainsi disputés cette pièce rare, acquise finalement par un internaute.

.

.

Succès pour les fers à dorer, adorés par les doreurs sur cuir à 98 %

152659_3c4e0d2e7e1425387f40386c74ef8e6d-1Les artisans doreurs spécialisés dans le cuir, pour les reliures des livres, les sous-mains et autres objets de maroquinerie, amateurs comme professionnels étaient nombreux à participer à la vente aux enchères de fers à dorer qui avait lieu le 23 avril 2017 à Caen sous le marteau de Maître Jean Rivola.

.

« 98 % des lots ont trouvé preneur, la plupart sur le Live. Les plaques armoriées ont été particulièrement plébiscitées, notamment celles aux armes de Louis XV (450 euros en Live), de Charles X (450 euros) et de Marie-Antoinette (420 euros) », détaille le commissaire-priseur. Les 300 lots de fers, roulettes ornées de frises et de rinceaux, plaques et autres outils de dorure provenaient de la collection de Bernard Steff. « Ce célèbre gainier d’art réalisait ses dorures sur cuir, à partir de fers anciens des XVII au XIXe siècle, pour les plus grandes familles d’Europe et du monde, des années 1960 aux années 2010 », complète le commissaire-priseur.

.

La déco XIXe se vend bien : 10 400 euros pour une porcelaine de Sèvres

152659_3c4e0d2e7e1425387f40386c74ef8e6d-1C’est à la suite d’une demande d’estimation par e-mail que Maîtres Florian d’Oysonville et Xavier de la Perraudière ont mis en vente cette coupe en porcelaine de Sèvres, le 19 avril 2017 à Angers. Le parfait état et la qualité d’exécution de la pièce ont séduit les acheteurs qui ont poussé au téléphone les enchères à plus de cinq fois l’estimation basse de 1 800 euros.

.

Datée de 1864 et ornée de scènes de mythologie marine, l’œuvre était également remarquable de par sa grande taille, rare sur le marché. « Elle aurait tout à fait pu être présentée dans une exposition universelle », souligne le commissaire-priseur. Ce beau résultat témoigne de l’engouement actuel des collectionneurs pour les objets d’art. « La décoration attire de nombreux acheteurs et celle du XIXe siècle se vend particulièrement bien ». Nul doute que cette coupe, à l’aspect presque cristallin et aux tons délicats, trouvera à merveille sa place au centre d’une table de son nouvel intérieur.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une Triumph TR3 de 1959 aux enchères à Toulouse

Le 7 décembre 2021 | Mis à jour le 7 décembre 2021

Archétype du roadster britannique, la Triumph TR3 est aussi l’une des automobiles les plus collectionnées et recherchées. Le 8 décembre à Toulouse, la maison Marambat de Malafosse présentera aux enchères […]