Le 24 décembre 2014 | Mis à jour le 24 décembre 2014

Quand Gruau croque le boa de Zizi Jeanmaire

par Interencheres

[Le lot du jour] « Mon truc en plumes / C’est très malin / Rien dans les mains / Tout dans le coup de reins », chantait Zizi Jeanmaire avec son légendaire titi accent parisien. Grande, avec « des jambes plus longues que son corps » comme disait Boris Vian, brunette aux cheveux courts, la meneuse de revue ne se séparait jamais de son boa de plumes d’autruche. « Silhouette, traits du visage, coupe de cheveux, la jeune femme représentée sur cette toile à tout l’air d’être Zizi Jeanmaire », détaille Maître Jean-Pierre Besch, qui mettra l’œuvre de René Gruau (1909-2004) aux enchères mardi 30 décembre 2014 depuis Cannes et en direct sur le Live d’Interencheres.
.
Les derniers propriétaires du tableau sont formels : celle qui se cache sous le pseudonyme de « la Parisienne » (le nom officiel de cette huile) serait bien la célèbre vedette de music-hall. Le peintre, que la famille connaissait personnellement, leur aurait d’ailleurs confirmé cette thèse. « René Gruau travailla d’ailleurs pour le chorégraphe Roland Petit, l’époux de Zizi Jeanmaire, notamment pour le ballet « Ciné Bijoux », dont il créa les costumes en 1953 », détaille Maître Besch.
.
Gruau est surtout connu pour ses illustrations de mode et ses publicités légendaires, à l’image du visage de femme avec un bandeau sur les yeux qu’il a réalisé pour le rouge à lèvres « Rouge baiser » de Dior. « En quelques coups de crayons, il réussit à saisir la quintessence de la féminité. Deux yeux en amande et une bouche colorée en rouge, le publicitaire symbolise la femme de manière très schématique. Ce tableau plus aboutit s’avère plutôt rare dans l’œuvre de René Gruau. D’ailleurs son fond est noir, alors que la plupart de ses dessins sont réalisés sur un fond blanc », précise le commissaire-priseur. Maître Jean-Pierre Besch remarque toutefois que, malgré l’aspect plus achevé de la peinture, son auteur a conservé ses habitudes de schématisation : « c’est en effet le grand boa jaune qui forme la silhouette de l’héroïne ! »
.
Si les peintures de René Gruau atteignent aujourd’hui plus de 100 000 euros aux enchères, « la Parisienne » est estimée de 16 000 à 18 000 euros. La mise en vente de ce lot l’avant-dernier jour de l’année, sur la Croisette et plus précisément dans l’écrin festif de l’hôtel Martinez, est l’occasion de clôturer joyeusement 2014, tout en vous souhaitant une boa-nnée 2015 !

Lien vers l’annonce de vente du tableau

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un paravent de Nguyen Gia Tri aux enchères à Tarbes

Le 19 novembre 2021 | Mis à jour le 19 novembre 2021

Le 23 novembre à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, Henri Adam présentera aux enchères un panneau exceptionnel du maître laqueur vietnamien Nguyen Gia Tri. Daté de 1941, il dévoile une vue […]

La cote des objets Lalique, des bijoux aux verreries

Le 17 novembre 2021 | Mis à jour le 19 novembre 2021

Le marché des objets Lalique, ce sont à la fois des bijoux d’exception adjugés à plusieurs centaines de milliers d’euros et des petites figurines en verre vendues à moins de […]