Le 31 janvier 2024 | Mis à jour le 1 février 2024

Top 10 des œuvres d’art les plus chères vendues en 2023 sur Interencheres

par Diane Zorzi

Un panneau du primitif italien Lorenzetti, un chef-d’œuvre sculpté par François Anguier, un portrait de Lavinia Fontana… Le sol français a vu en 2023 ressurgir de nombreux trésors oubliés, avec à la clé des enchères passionnées, confirmant le dynamisme de l’art ancien qui, cette année, se distinguait par la montée en puissance du XVIIIe. L’art d’après-guerre a également tiré son épingle du jeu, avec une adjudication record enregistrée pour une toile du Japonais Kazuo Shiraga et l’arrivée sur le marché d’une console très rare de Diego Giacometti. Retour en images sur les dix plus belles adjudications enregistrées en 2023 par les commissaires-priseurs d’Interencheres.

 

1. Un panneau du primitif italien Pietro Lorenzetti adjugé 3,034 millions d’euros

La maison de ventes Tajan a vendu, le 13 décembre dernier, deux tableaux de Pietro Lorenzetti (documenté à Sienne de 1306 à 1345), un artiste aussi rare que majeur pour la peinture à fond d’or de l’École Siennoise du début du XIVe siècle. Ces deux panneaux sur bois de peuplier, représentant Saint Silvestre et Sainte Hélène, étaient jusqu’alors inconnus et provenaient de l’ancienne collection d’Alfred Ramé. Ils ont été acquis en 1860 à Paris par ce haut magistrat passionné d’archéologie et d’histoire, et étaient conservés depuis par ses descendants. Ils faisaient probablement partie d’un grand retable composé de cinq ou sept panneaux, qui fut démembré comme nombre d’entre eux, passés de mode au XVIIIe siècle et dispersés au XIXe siècle. Les deux panneaux ont été vendu séparément et ont respectivement trouvé preneur à 3 034 800 et 1 657 600 euros, une différence justifiée par l’état de conservation exceptionnelle du portrait de Saint Silvestre.

 

[A gauche] Pietro Lorenzetti (documenté à Sienne de 1306 à 1345), Saint Silvestre. Peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de bois rectangulaire au fil vertical, entouré d’un cadre doré moderne. H : 70 cm ; L : 36,5 cm. Expert : cabinet Turquin. Adjugée 3 034 800 euros par Tajan le 13 décembre à Paris. 

2. Une maquette en terre cuite de François Anguier préemptée pour 2,552  millions d’euros par le Louvre

La maison Osenat présentait le 18 juin à Versailles, dans le cadre de sa vente « Les Grands Siècles », un chef-d’œuvre de la sculpture du XVIIe siècle : une maquette préparatoire au monument funéraire de Jacques de Souvré (1600-1670) réalisée par François Anguier (1604-1669). Cette terre cuite, expertisée par le cabinet Lacroix – Jeannest, avait bénéficié d’une analyse de datation par thermoluminescence, attestant d’une cuisson autour de 1670. Elle représente l’un des plus grands hommes de guerre, ayant servi Louis XIII et Louis XIV, sous les traits d’un homme dénudé, musclé et sensuel. Elle a été préemptée par le musée du Louvre pour 2,552 millions d’euros, un record mondial pour une œuvre de François Anguier.

 

François Anguier (1604-1669). Monument funéraire de Jacques de Souvré (1600-1670). Avant 1667. Maquette préparatoire en terre cuite originale. Expert : cabinet Lacroix – Jeannest.  Adjugée 2, 552 millions d’euros par Osenat le 18 juin 2023 à Fontainebleau. Préemptée par le musée du Louvre. 

 

3. Record mondial pour le chapeau légendaire de Napoléon adjugé 1,932 million d’euros 

Un chapeau porté par Napoléon autour de 1810 animait la vente de la collection Empire de Jean Louis Noisiez organisée par Jean-Pierre Osenat le 19 novembre à Fontainebleau. Cet accessoire légendaire, en feutre taupé dit « castor noir » et de forme traditionnelle « à la française », était orné de la cocarde brodée tricolore – blanche au centre, rouge à l’extérieur. Il fut conservé, jusqu’à la fin du XIXsiècle, dans la famille du colonel Baillon (1776-1840) qui fut affecté en qualité de fourrier au Palais de l’empereur de 1806 à 1815. Il a été adjugé 1,932 million d’euros, dépassant le précédent record obtenu par le bicorne de l’empereur qui avait été acquis par un industriel sud-coréen pour 1,884 million d’euros en 2014 chez Osenat.

 

Légendaire chapeau de l’empereur Napoléon Ier, de forme traditionnelle dite à la Française. Epoque Premier Empire, vers 1810. Adjugé 1,932 million d’euros par Osenat le 19 novembre 2023 à Fontainebleau.

 

4. Une toile de Kazuo Shiraga adjugée 1,86 million d’euros

A l’occasion de la vente Garden party annuelle des Rouillac, une toile de Kazuo Shiraga (1924-2008) s’est envolée à 1,86 million d’euros, un record pour l’artiste japonais. Elle a été adjugée à un collectionneur étranger après une bataille d’enchères opposant une vingtaine de téléphones. Jamais vue depuis plus de trente ans, cette œuvre T. 34  réalisée en 1962 est l’illustration historique de « l’action painting avec les pieds », une pratique révolutionnaire que l’artiste, membre du groupe Gutaï, met au point dans les années 1950. Shiraga a en effet exécuté T. 34 suspendu à une corde et répartissant la matière colorée avec ses pieds, une performance physique dans le goût innovant des sixties. 

 

Kazuo Shiraga (Japonais, 1924-2008). T. 34, 1962. Toile, signée et datée en bas à gauche. Hauteur : 80,2 cm. Largeur : 116,1 cm. Adjugée 1,86 million d’euros par Rouillac le 4 juin 2023 à Montbazon.

 

5. Une commode ayant appartenu à Louis XV et estampillée de Charles Cressent adjugée 1,83 million d’euros

A Saint-Germain-en-Laye, le 25 novembre, une commode ayant appartenu à Louis XV et estampillée de l’ébéniste Charles Cressent (1684-1768) a été adjugée 1,83 million d’euros, confirmant le retour en force du mobilier XVIIIe. Son numéro à l’encre du Garde-meuble de la Couronne avait permis de l’identifier comme étant la commode de la chambre du roi Louis XV au château de la Muette.

 

Commode à palmes et fleurs en satiné et marqueterie de croisillons, et bronzes ciselés et dorés. Par Charles Cressent (1685-1768). Epoque Louis XV. Hauteur : 89 cm – Largeur : 149 cm – Profondeur : 66 cm. Adjugée 1 832 800 euros par Saint Germain en Laye Enchères le 25 novembre 2023 à Saint Germain en Laye.

 

6. Record mondial pour un portrait de Lavinia Fontana adjugé 1,55 million d’euros

Une autre enchère millionnaire animait cette année la vente Garden Party des Rouillac : un portrait insolite de Lavinia Fontana (1552-1614) adjugé 1,55 million d’euros. Ce tableau, jusqu’alors inconnu des historiens de l’art, représentait Antonietta Gonsalvus, une petite fille issue d’une famille atteinte d’une maladie très rare, l’hypertrichose, consistant en une pilosité faciale surabondante. Ce portrait psychologique virtuose a multiplié par plus de trois le précédent record mondial de Lavinia Fontana.

 

Lavinia Fontana (1552-1614). Portrait d’Antonietta Gonsalvus. Huile sur toile, 54,5 x 47 cm. Expert : Stéphane Pinta du cabinet Turquin. Adjugée 1,55 million d’euros par Rouillac le 4 juin 2023 à Montbazon.

 

7. Une toile d’Edgar Degas adjugée 1,024 million d’euros  

Une Fillette portant des fleurs dans son tablier peinte par Edgar Degas (1834-1917) autour de 1860-1862 a été adjugée 1,024 million d’euros par Vermot & Associés le 13 décembre à Paris. Cette toile, répertoriée au catalogue raisonné, est connue des historiens de l’art. Elle fut vendue lors de la dispersion de l’atelier de Degas le 6 mai 1918 à la Galerie Georges Petit à Paris. 

Edgar Degas (1834-1917). Fillette portant des fleurs dans son tablier, vers 1860-1862. Huile sur toile, cachet vente Degas en bas à droite. 73,3 x 55,7 cm. Adjugée 1,024 million d’euros par Vermot & Associés le 13 décembre 2023 à Paris.

 

8. Un rare vase Shangping de l’époque Qianlong adjugé 868 000 euros 

Un rare vase en porcelaine de Chine daté de l’époque Qianlong (1736-1795) s’est envolé à 868 000 euros le 16 décembre à Lorient, sous le marteau de la commissaire-priseur Dorothée Galludec. Il arborait une forme Shangping qui, apparue à l’époque Yongzheng (1723-1735), a connu son apogée sous le règne de l’empereur Qianlong. Ce vase provenait de l’ancienne collection du commandant Joseph Auguste Bonfils (1847-1904), un polytechnicien et chef d’escadron d’artillerie de marine qui fut affecté en Cochinchine, au Tonkin, puis en Chine, et qui fut nommé officier de la Légion d’honneur en 1896. Il demeurait jusqu’alors dans la même famille, transmis au fil des héritages. 

 

Rare vase Shangping en porcelaine Doucai. Chine, dynastie Qing, marque et époque Qianlong (1736-1795). Expert : Philippe Delalande. Adjugé 868 000 euros par Arvor Enchères le 16 décembre 2023 à Lorient.

 

9. Une œuvre de jeunesse de Lé Phô adjugée 819 000 euros

Provenant d’une collection particulière du sud de la France, une œuvre de jeunesse peinte en 1932 par l’artiste vietnamien Lé Phô (1907-2001) a été adjugée 819 000 euros chez R&C le 7 juillet à Marseille. Représentant une Jeune vietnamienne alanguie, cette huile sur toile avait été rapportée d’Indochine dans les années 1940 par le père de l’actuel propriétaire, ancien militaire affecté dans l’armée française à Hanoï.

 

Le Pho (1907-2001). Jeune vietnamienne alanguie. 1932. Huile sur toile. Signée, datée 11.1932 et située Hanoï en bas à gauche. 110,5 x 170,5 cm. Adjugée 819 000 euros par Maison R&C le 7 juillet 2023 à Marseille.

 

10. Une rare console de Diego Giacometti adjugée 676 080 euros

Une rare console de Diego Giacometti (1902-1985) a trouvé preneur pour 676 080 euros le 2 décembre à l’Hôtel des ventes d’Avignon. Cette console aux crochets asymétriques fut acquise par l’Américaine Margaret Louise Brozek vers 1966-1968 directement auprès de Diego Giacometti par l’intermédiaire d’Henri Samuel, un collaborateur de Jacques Grange. Un modèle très rare, à rapprocher, avec une légère variante, d’une console figurant, justement, dans la collection d’Henri Samuel. 

Diego Giacometti (1902-1985). Collection Margaret Louise Brozek, née Feist (1935-2020), Ménerbes (Vaucluse). « Console aux crochets asymétriques » vers 1966-68, très légère variante de la console figurant dans la Collection Henri Samuel. Expert : Emmanuel Eyraud. Adjugée 676 080 euros par l’Hôtel des Ventes d’Avignon le 2 décembre 2023 à Avignon.

 


Tous les prix sont indiqués frais de vente inclus.

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Chloë Collin : « Le graffiti est un marché porteur. »

Le 29 février 2024 | Mis à jour le 29 février 2024

Chloë Collin anime depuis six mois les ventes d’art contemporain de la maison Pierre Bergé & associés. Elle a organisé une première session dédiée au graffiti, un marché naissant qu’elle […]