Le 9 avril 2021 | Mis à jour le 23 avril 2021

Un paysage italien de Corot en vente à Montpellier

par Renaud Hebert

Un tableau de Corot sera présenté aux enchères par Bertrand de Latour et Jean-Christophe Giuseppi le 8 mai prochain à l’Hôtel des ventes Montpellier-Languedoc. Estimé entre 150 000 et 250 000 euros, ce paysage de veine néoclassique est un témoignage rare des années de formation italiennes du peintre de l’Ecole de Barbizon.

 

Pionnier de l’Ecole de Barbizon, Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875) est également connu pour ses paysages classiques teintés d’idéalisme et de nostalgie. Ceux-ci ont forgé sa réputation lors des premiers temps de sa carrière, après sa formation auprès d’Achille Etna Michallon et Jean-Victor Bertin. Réalisé en juin 1834, Deux moines sur la terrasse du Palais Doria à Gênes fournit un exemple fameux de la construction du style de Corot. Le peintre y manifeste son goût pour les paysages italiens, ses recherches sur la lumière, ainsi que l’atmosphère idyllique propre à son œuvre.

 

Un paysage typique des voyages italiens de Corot

Corot perpétue la tradition du Grand Tour initiée au XVIIIe siècle, séjournant en Italie à trois reprises afin d’affiner sa maîtrise technique et de découvrir de nouveaux paysages. « Camille Corot a puisé en Italie une source d’inspiration remarquable à une époque où la péninsule faisait plus que jamais partie de l’itinéraire de nombreux artistes qui venaient y parfaire leur formation », détaillent les experts du Cabinet Brame et Lorenceau. Corot a trente-huit ans lorsqu’il réalise cette huile sur toile, lors de son deuxième voyage en Italie. Le tableau de Montpellier est ainsi le fruit de pérégrinations entre la Toscane et la Vénétie, et constitue l’une des sept représentations connues de Gênes peintes ou dessinées par Corot.

 

L’expression de la touche de Corot

Corot peint en plein air, sur le vif, « faisant déjà preuve à l’époque d’un bel équilibre entre spontanéité et idéalisme », précisent les experts. Deux moines semblent contempler la cité de Gênes, depuis la terrasse du Palazzo di Andrea Doria dont on distingue la balustrade ouvragée ainsi que le jardin à l’italienne en arrière-plan. « Sur leur gauche, émergeant au cœur d’un beau ciel azur, on note la blancheur éclatante de l’église San Tommaso, détruite 50 ans après le séjour de Corot », souligne le commissaire-priseur Jean-Christophe Giuseppi. Corot s’inscrit ici dans la tradition du paysage néoclassique, qu’il magnifie par une technique libre et vaporeuse, « alliée à une composition claire et à une touche synthétique ». Une atmosphère idyllique se dégage ainsi de la toile, marquée par l’harmonie de la composition mêlant nature, architecture et petits personnages comme suspendus dans le temps.

 

Une toile rare estimée entre 150 000 et 250 000 euros

Cette vue de Gênes constitue un témoignage rare des voyages de formation italiens de Corot, aujourd’hui particulièrement recherchés. L’évolution du goût néoclassique ici exprimé, préalable à la fondation de l’Ecole de Barbizon, pourrait séduire certaines institutions françaises et les nombreux amateurs du peintre français. Les experts indiquent que ce petit format « fit partie de la vente de l’atelier de Corot à sa mort en 1875, comme en témoigne le cachet sur le châssis ». Il était conservé dans une collection privée suisse depuis 1957. Son apparition sur le marché, aux côtés d’une peinture de Pierre Soulages et d’un paysage de Bernard Buffet, est un événement rare pour les collectionneurs. A noter que le record de vente pour une œuvre de Corot est également un paysage italien. L’huile sur toile Venise, vue du Quai des Esclavons, réalisée en 1845, avait largement dépassé son estimation pour s’envoler à 7,6 millions d’euros (frais compris) à New York en 2018. Plus récemment, La Cascade de Terni a trouvé preneur pour 395 877 euros au marteau.

Enchérir | Suivez la vente du tableau de Corot le 8 mai en live sur interencheres.com

 

Camille Corot (1796 – 1875), « Deux moines sur la terrasse du Palais Doria à Gênes ». Juin 1834. Huile sur toile. Cachet de la vente Corot en bas à droite. Sur le châssis : cachet de cire rouge de la vente Corot. 25 x 36,5 cm. Estimation : 150 000 – 250 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les objets publicitaires vintage ont la cote

Le 4 mai 2021 | Mis à jour le 7 mai 2021

Plaques émaillées, cartons, objets de bistrot, affiches… La publicité a investi de nombreux supports tout au long du XXe siècle. Tour d’horizon d’un marché qui se renouvelle.