Le 11 décembre 2023 | Mis à jour le 23 février 2024

Porsche : le marché reprend son souffle 

par Camille Pinet

La période automnale est traditionnellement plus calme sur le front des enchères. La raréfaction des ventes profite cependant aux lots proposés, puisque les invendus se sont faits beaucoup moins nombreux. 

 

Article rédigé en partenariat avec le magazine Speedster

 

Après la vague des grandes ventes d’été comptant des centaines de Porsche à la vente et celles à venir des ventes de février, le marché des enchères a connu cet automne un moment plus calme. Une fois n’est pas coutume, c’est en France que l’activité a été la plus soutenue grâce aux traditionnelles vacations de fin d’année des trois spécialistes Artcurial le 22 octobre, Osenat le 12 novembre et Aguttes le 26 novembre.

Les tendances fortes du marché se sont une nouvelle fois confirmées avec notamment les belles enchères remportées par les 911 S et la 356 C en état d’origine à restaurer proposées par Aguttes. Des scores d’autant plus remarquables que les deux voitures n’étaient pas dotées de leur moteur d’origine. Les exemplaires de série proposés par les trois maisons ont d’ailleurs presque tous trouvé preneur, preuve que les nombreux invendus enregistrés cet été étaient le symptôme d’une offre sans doute un peu trop généreuse. Les modèles de compétition ont remporté moins de succès, seule la 3.0 RS reconstruite à partir d’une SC par Porsche Classic Lorient trouvant preneur. Ces exemplaires s’adressent il est vrai à une clientèle beaucoup plus restreinte. Quoiqu’il en soit, le montant des adjudications reste stable dans l’ensemble, avec toujours une plus-value pour les faibles kilométrages et les états d’origine parfaits.  

 

Une Porsche 911, exemplaire de course historique 

L’appétit grandissant pour les courses historiques et le prix stratosphérique des modèles à palmarès d’origine justifie la préparation d’exemplaires dédiés à partir de modèles de série d’époque. A partir d’une SC, le centre Porsche Classic a réalisé une préparation complète du moteur, rénové la transmission, installé des trains roulants neufs et un arceau Mater, entre autres travaux. De plus en plus nombreux, ces projets permettent de courir à moindre coût avec des exemplaires fiables. C’est ce qui explique l’enchère finale dans la fourchette haute de l’estimation, la deuxième adjudication la plus élevée de la vente d’automne d’Aguttes.  

 

911 3.0 RS « FIA ». Exemplaire pour course historique. Réalisé à partir d’une SC 1977 par Porsche Classic Lorient. Passeport technique FIA valable jusqu’en 2032. Estimée entre 220 000 et 280 000 euros. Adjugée 262 708 euros par Aguttes le 26 novembre 2023.

 

Une Porsche Targa Orange Tangerine

Décidément, les autos jamais restaurées en état d’origine, aussi perfectibles soient-elles, continuent d’enflammer les enchères. Cette 2.2 S a stationné dans les rues parisiennes durant des années avant d’être stockée dans un box sans jamais avoir été rénovée. Sa couleur Orange Tangerine d’origine a sans doute joué sur l’intérêt que lui ont porté les enchérisseurs malgré son moteur emprunté à une 2.2 E Sportomatic. Cet exemplaire qui nécessite une restauration complète a doublé son estimation moyenne. 

 

911 2.2 S Targa 1972. Moteur de 2.2 E. 2 195 cm3 – 155 ch. 4 961 exemplaires. Etat d’origine à restaurer entièrement. Arrêtée depuis les années 2000. Estimée entre 25 000 et 35 000 euros. Adjugée 63 596 euros par Aguttes le 26 novembre 2023.

 

Une Porsche 356 en état d’origine 

Encore un modèle non restauré et sans son moteur d’origine, remplacé dans les années 1980 par celui d’une 356B. Après 20 ans sans rouler, elle a fait l’objet d’une révision qui lui permet de rouler à nouveau mais nécessite une restauration complète, notamment en raison de l’état de sa carrosserie. Son intérieur conserve cependant une belle patine. En dépit des travaux à prévoir, cet exemplaire a atteint son estimation haute, nouveau témoignage de la plus-value des modèles en état d’origine. 

 

Porsche 356C 1964. Moteur de 356B. 16 685 exemplaires. Arrêtée depuis 20 ans. État d’origine à restaurer. Estimée entre 30 000 et 50 000 euros. Adjugée 49 340 euros par Aguttes le 26 novembre 2023.

 

Une des dernières Porsche 914 

Compte-tenu de la rareté du modèle, s’offrir une 914-6 qui plus est d’origine française est une opportunité rare. L’exemplaire proposé par Osenat de 1972 est l’une des toutes dernières de la production. Elle cochait de nombreuses cases avec son moteur « matching », sa configuration de teinte conforme à son origine, la restauration totale dont elle a fait l’objet à partir de 2016 et sa récente révision. Cet exemplaire a dépassé son estimation ce qui un vrai succès, le marché des 914 restant un peu poussif ces dernières années. 

 

914/6 1972. 1 991 cm3 – 110 ch. 3 318 exemplaires produits. Restauration complète. Matching Numbers. Estimée entre 50 000 et 60 000 euros. Adjugée 61 200 euros par Osenat le 12 novembre 2023.

 

Une Carrera GT au record mondial 

C’est le record mondial de la période pour une Porsche. Cette Carrera GT Jaune Fayence confirme l’appétit du marché pour ce modèle dont la côte a triplé en dix ans. Même s’il n’a atteint que la fourchette basse de son estimation, son prix d’adjudication reste en phase avec les adjudications récentes de Carrera GT, souvent nettement moins kilométrées. 

 

Carrera GT 2005. 5 733  cm3 – 612 ch. 1 270 exemplaires. 14 000 km d’origine. Historique complet, carnet, état excellent. Embrayage refait en 2019. Estimée entre 1,37 et 1,60 million d’euros. Adjugée 1,545 million d’euros par RM Sotheby’s.

 

Une Porsche 928, première série 

Il est rare que des 928 première série « de base » atteignent des enchères aussi élevées mais cet exemplaire d’origine française avait tout pour séduire avec sa transmission manuelle, son kilométrage bas, son très bel état cosmétique et les 32 000 euros de factures récentes consenties par son propriétaire. 

 

Porsche 928 1982. 4474 cm3 – 240 ch. 17 521 exemplaires. Origine française, 50 645 km. 32 000 euros de factures récentes. Estimée entre 40 000 et 60 000 euros. Adjugée 42 912 euros par Artcurial Motorcars le 22 octobre 2023.

 

Une Porsche 964 de compétition à palmarès

C’était la tête d’affiche de la vente « Sur Les Champs » d’Artcurial Motors du 22 octobre. Cette Porsche 964 RSR 3.8 de 1993 vendue neuve aux Etats-Unis y a couru entre 1994 et 1997 et remporté la sixième place au général des 24H de Daytona 1996. Depuis, elle a traversé l’Atlantique, fait l’objet d’une restauration très soignée depuis le châssis redressé jusqu’au moteur, dont les culasses et la distribution ont été rénovées. Ce modèle de course à palmarès possédait même son immatriculation française. Il n’a cependant pas trouvé preneur.

 

964 3.8 Carrera RSR. 3 744 cm3 – 365 ch. 51 exemplaires. 6ème aux 24 Heures de Daytona 1996. Restauration complète à grand frais. Estimée entre 900 000 et 1,2 million d’euros. Invendue par Artcurial Motorcars le 22 octobre 2023.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi