Le 14 décembre 2012 | Mis à jour le 4 janvier 2013

4 ventes / 4 minutes : Les ventes en instantané !

par Interencheres

De la vie et la mort au Moyen Âge à l’actualité la plus chaude, à l'image de la manifestation Paris Photo organisée au Grand Palais du 15 au 18 novembre 2012, en passant par la filouterie de la prestigieuse manufacture de porcelaines de Bayeux, qui n'hésitait pas à apposer aux XIXe de fausses marques chinoises au revers de ses plats pour amadouer sa clientèle… Découvrez notre instantané des prochaines ventes aux enchères !

 En off de Paris Photo…

Chaque année au mois de novembre, la Ville Lumière se dote d’une nouvelle épithète : celle de capitale mondiale de l’image, à l’occasion de la manifestation très attendue de Paris Photo qui se tient sous la Nef du Grand Palais du 15 au 18 novembre 2012. En marge de l’événement, une importante vente aux enchères de plus de 300 clichés sera organisée par Maître David Nordmann à l’étude parisienne Ader le 18 octobre juste avant que les collectionneurs de photographies ne repartent aux quatre coins du globe. Atget, Brassaï, Cartier-Bresson… les plus grands artistes de l’image seront représentés, ainsi que tous les procédés photographiques. Antoine Romand expert de la vacation nous présente l’un des plus anciens : le daguerréotype, qui produit une image sur une surface en argent, exposée directement à la lumière.


> Lien vers l'annonce de vente

 

  Lyon, l'autre capitale de la photographie

Avis aux amateurs de photographies actuellement dans la capitale pour assister à Paris Photo : le 18 novembre 2012, dernier jour de l’événement, la maison de ventes Conan Lyon Rive Gauche vous propose d’assister à sa grande vacation de photographies. Car après tout, Lyon n’est qu’à deux heures de train de Paris ! Et le voyage vous permettra de découvrir trois clichés du photographe humaniste Willy Ronis, dont un tirage de 1990 de « Vincent Aéromodeliste » (estimé de 1500 à 1800 euros). 

En plus de cinq photos de Marilyn Monroe (dont trois clichés de André De Dienes estimés de 600 à 800 euros pièce), Maître Cécile Conan-Fillatre vous fera découvrir la coquine collection de Michel Simon… Si les cinéphiles connaissent parfaitement la filmographie de l’acteur-vedette de « Boudu sauvé des eaux » de Jean Renoir et de Drôle de drame de Marcel Carné ; ils ne savent peut-être pas que Michel Simon avait un autre passe-temps : collecter les photographies du début du siècle « érotiques, voire plus », comme le décrit pudiquement la commissaire-priseur… Un ensemble d’une vingtaine de plaques (négatifs sur verre) des années 1900-1920 sera proposé en un seul lot pour une estimation de 1200 à 1500 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  Vie et mort au Moyen Âge

A l’occasion de sa traditionnelle vente Haute Epoque, organisée le 18 novembre 2012 à Louviers, Maître Jean-Emmanuel Prunier nous fait voyager dans le temps jusqu’au Moyen Âge. A travers la seule cuve baptismale en « claire-étoffe » du XVe siècle aujourd’hui connue, et une statue du XIVe siècle provenant du tombeau d’un Doge de Venise ; le commissaire-priseur évoque le temps de la naissance mais aussi de la mort au Moyen Âge. 

Lors de cette vacation, Jean-Emmanuel Prunier rendra également hommage à José de Ribera, avec cette huile sur toile de la plus pure tradition caravagesque et réalisée dans les années 1615 représentant Saint-Jérôme étudiant. Sujet dont le peintre baroque réalisera pas moins de vingt-six variantes tout au long de sa vie.  Cet important tableau (101 x 86 cm), redécouvert en 2005, est conservé depuis le XVIIe siècle dans la même famille. Celle d’un des commanditaires de l’artiste, le comte Juan de Soto y Figueroa, dont le nom est inscrit à la plume au dos de l’œuvre. Estimation : 500 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  Les arts du feu se mettent à table !

Le 18 novembre 2012 à Mayenne, Maître Pascal Blouet organise une vente dédiée aux arts du feu. Au programme de la vacation figure notamment une collection de porcelaines de Bayeux, qui retrace toute l’histoire de cette prestigieuse production, de sa création en 1812 jusqu’à sa fermeture en 1851. Vous pourrez constater la filouterie de cette manufacture, qui n’hésite pas à inventer et apposer de fausses marques chinoises, totalement loufoques derrière ses plats et ses assiettes pour concurrencer l’engouement de l’époque pour les porcelaines asiatiques !

Le commissaire-priseur vous présentera également un exceptionnel « arbre d’amours » en faïence de Nevers datant du XVIIIe siècle, dont une horde de jeunes femmes à marier sont en train de scier le tronc, pour en faire tomber tous les hommes à marier qui s’y sont perchés ! Estimation : de 6000 à 8000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les enchères en mode shopping

Le 11 août 2020 | Mis à jour le 12 août 2020

Des bijoux en vitrine, des portants chargés de vêtements, des sacs à main élégants harmonieusement disposés… Certaines ventes aux enchères n’ont rien à envier aux boutiques de luxe ! Décryptage […]

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]