Le 22 octobre 2013 | Mis à jour le 22 octobre 2013

Banksy vous souhaite une bonne journée

par Interencheres

[Le lot du jour] Des petits personnages pochés en noir et gris arborent un sourire emprunté au smiley jaune. Cette œuvre signée Banksy, tirée à 500 exemplaires, représente plusieurs soldats alignés de part et d’autre d’un char d’assaut, une belle antithèse entre ces visages et le thème de la guerre.  

.

Privilégiant le graffiti au pochoir, le street artiste le plus connu et le plus anonyme du monde contemporain laisse aussi ses traces sur des toiles. Il y a quelques jours, l’artiste organisait anonymement la vente de ses œuvres devant Central Park à New York : un vendeur anonyme bradait des originaux de Banksy pour la modique somme de 60 dollars… Si vous avez raté cette vente à la sauvette, il est possible de vous procurer une toile de Banksy le vendredi 25 octobre 2013 à Paris. A l’occasion d’une vacation consacrée à l’art contemporain urbain, Maîtres Marielle Digard et Vincent Pastel-Debord proposent aux enchères plusieurs pochoirs de l’artiste de rue, dont cette sérigraphie en couleurs intitulée « Have a nice day ».

.

Voilà la marque de fabrique de Banksy : une image-choc accompagnée d’un slogan percutant. Esprit révolutionnaire, le graffeur britannique utilise les codes du street art afin de dénoncer les injustices, la guerre, la politique ou encore la famine. Cette pièce estimée entre 11 000 et 17 000 euros implique un message anti-militariste clair, souligné par la phrase sérigraphiée au bas de la scène souhaitant une bonne journée à son observateur.

.

Qui est Banksy ? On ne le sait que vaguement. Né à Bristol en 1974, le graffeur ponctue le paysage de Londres à New York, son anonymat devenant aussi une marque de fabrique. Aujourd’hui, si son identité mystère lui permet d’échapper à la justice incriminant la pratique du graffiti, ses œuvres font leur entrée dans le monde des enchères, atteignant parfois les millions. Le 14 février 2008, le premier record est enregistré chez Sotheby’s à New York avec l’œuvre « Keep it spotless », son adjudication s’élevant à 1,7 millions de dollars. Autre exemple avec les 90 000 euros décrochés à Paris au marteau d’Artcurial pour « Flying Copper » en janvier 2013, des graffitis pouvant être définis de patrimoine urbain international.

Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un coffret rustique du XVIIe siècle

Le 17 septembre 2021 | Mis à jour le 17 septembre 2021

Doté d’un assemblage hétérogène d’essences et d’un placage de bois précieux, le coffret étudié par le maître ébéniste Jacques Dubarry de Lassale n’en demeure pas moins rustique dans sa conception. […]

Raymond Guidot, précurseur du design industriel

Le 10 septembre 2021 | Mis à jour le 20 septembre 2021

Des compositions monumentales, des tableaux et des pièces de mobilier imaginés par le précurseur de l’esthétique industrielle, Raymond Guidot, seront réunis sous le marteau de Valérie Régis le 27 septembre […]