Le 14 janvier 2016 | Mis à jour le 14 janvier 2016

BD : Nestor Burma mène l’enquête

par Interencheres

banniere-modeletardi

[Lot du jour] Popularisé par la télévision des années 1990 avec la série éponyme portée par Guy Marchand, Nestor Burma est considéré comme le premier détective privé de la littérature française. Personnage créé par l’écrivain Léo Malet, il apparaît pour la première fois en 1943 dans son roman 120, rue de la gare. Samedi 23 janvier 2016, à Villefranche-sur-Saône et sur le Live d’Interencheres, Maître Gérald Richard proposera aux enchères une planche originale de l’adaptation en bande dessinée de ce roman, réalisée par Jacques Tardi.
.
« Célèbre pour avoir réalisé Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Tardi est un adepte du dialogue littéraire, explique l’expert Laurent Debœuf. Léo Malet, au contraire, confie dans une interview n’avoir pas de grande affinité avec la bande dessinée, mais la découverte de l’œuvre de Tardi le fait changer d’avis. Les deux auteurs se rencontrent, scellent le projet et c’est en 1988 que paraît l’adaptation de 120, rue de la gare. »
.


À gauche : Planche originale de Tardi, 120, rue de la gare. Est. 10 000 à 12 000 euros
À droite : Album 120, rue de la gare, 1988, avec dédicace. Est. 150 à 200 euros

.
Réalisée à l’encre de chine, gouache et encadrée sous verre, cette planche originale figure Nestor Burma, le regard alerte et songeur, près d’une mystérieuse femme, armée d’un revolver, dont le véritable nom ne sera révélé qu’à la fin de l’intrigue. Estimée 10 000 à 12 000 euros, cette planche originale est une ébauche de la couverture définitive. « Une ébauche très aboutie, précise le commissaire-priseur, puisque peu de détails divergent de la version finale. » En effet, les différentes retouches restent relativement discrètes : la forme du lampadaire, les contours de la fumée, la diffusion de la luminosité, la présence de la virgule dans le titre et le regard de la jeune femme font partie des rares points à relever lorsque l’on compare cette planche à l’album définitif (est. 150 à 200 euros).
.
Perçu comme l’un des grands classiques de Tardi, 120, rue de la gare est truffé de références à son entourage personnel et professionnel. Au fil des pages figurent ainsi les paysages de Lyon, ville natale de l’artiste, Léo Malet lui-même ainsi qu’Adrienne Krikorian, première libraire de bande dessinée à Lyon et juré du grand prix du Festival d’Angoulême de 1985 qui avait décerné le premier prix à Tardi.
.
Cette collection provenant du même vendeur, photographe et ami de Tardi, la vente compte quelques albums dédicacés par l’artiste, mais aussi de nombreuses figurines de Tintin (est. de 20 à 2 000 euros), des gouaches et planches originales de Pierre Joubert (est. de 600 à 2 000 euros) et plusieurs albums de Goscinny et Uderzo (est. 50 à 150 euros).
.
.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un paravent de Nguyen Gia Tri aux enchères à Tarbes

Le 19 novembre 2021 | Mis à jour le 19 novembre 2021

Le 23 novembre à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, Henri Adam présentera aux enchères un panneau exceptionnel du maître laqueur vietnamien Nguyen Gia Tri. Daté de 1941, il dévoile une vue […]

La cote des objets Lalique, des bijoux aux verreries

Le 17 novembre 2021 | Mis à jour le 19 novembre 2021

Le marché des objets Lalique, ce sont à la fois des bijoux d’exception adjugés à plusieurs centaines de milliers d’euros et des petites figurines en verre vendues à moins de […]