Le 1 décembre 2016 | Mis à jour le 1 décembre 2016

Bécassine, une héroïne centenaire

par Interencheres

111 ans… Et pas une ride ! À plus d’un siècle passé, la popularité de l’héroïne bretonne de bande dessinée reste toujours aussi pétulante. Alors qu’un nouvel album est sorti le 19 octobre dernier, une vente aux enchères lui sera consacrée à samedi 3 décembre 2016 par la Galerie de Chartres et sur le Live d’Interencheres.

.

Une collection unique rassemblée pendant 30 ans

Fascinée par les aventures de la petite bretonne née à Clocher-les-Bécasses, dans l’ouest armoricain, et montée dans la capitale, une collectionneuse de poupées du nom d’Hélène Bugat-Pujol a rassemblé environ 150 objets et livres, rares et anciens, datant d’avant la Seconde Guerre mondiale dédiés à Bécassine. Cet ensemble, regroupé en 66 lots, sera dispersé samedi 3 décembre 2016 par la Galerie de Chartres et sur le Live d’Interencheres. Née un quart de siècle avant Tintin, Bécassine, doyenne des héros de bande dessinée, passionne Hélène Bugat-Pujol (auteure d’un livre intitulé Bécassine éternelle) depuis plus de trente ans.

.

.

Bécassine casseuse d’assiettes, réveil matin et poupée russe

Parmi les plus beaux lots de la vente, notons la collection complète de tous les albums en éditions originales (est. 500 à 800 euros), un morceau de planche originale de Joseph Porphyre Pinchon le créateur de l’héroïne (800 à 1 200 euros), ou encore la fameuse Bécassine casseuse d’assiettes de Fernand Martin, jouet qui obtint le Grand Prix du Concours Lépine en 1913 (1 200 à 1 800 euros). La petite bretonne au visage rond se déclinera également en réveil matin, en dés à coudre, en poupées russes et en de nombreuses autres figurines (estimations à partir de 20 euros).

.

.

.

« Sa grande époque reste la Première Guerre mondiale »

Pour Hélène Bugat-Pujol, la grande époque de Bécassine, dont les aventures sont publiées à partir de 1905 dans La Semaine de Suzette, se situe pendant la Première Guerre mondiale. Dès lors, la jeune bretonne qui n’a pas sa langue dans sa poche traverse avec aplomb toute l’histoire du début du XXe siècle. La collectionneuse rappelle en effet que les Éditions Gautier-Languereau, qui éditait la bande-dessinée, fut le premier commerce à avoir été fermé par les Nazis, et que si Bécassine n’a plus eu de bouche après la Libération, c’était que ceux-ci avaient décidé de la faire taire..

Enregistrer

.

.

.

Un faciès qui inspira à Hergé celui de Tintin

becassine3

Il faudra par la suite attendre 1992 pour entendre de nouveau parler d’elle, avec la parution de Bécassine au studio, réalisé à partir de dessins de datant de 1938. « Loin de l’image de la gourde un peu simplette que certains lui prêtent, Bécassine raille la société de son époque. Elle est très volontaire, positive et finalement d’une grande modernité. La tête de Bécassine a d’ailleurs largement inspiré Hergé pour Tintin » explique Maître Jean-Pierre Lelièvre qui dirigera la vente. À plus d’un siècle passé, la popularité de l’héroïne bretonne reste toujours aussi pétulante. Un nouvel album intitulé Les vacances de Bécassine est d’ailleurs sorti le 19 octobre dernier.

.

Lien vers l’annonce des ventes aux enchères

.

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]