Le 23 octobre 2017 | Mis à jour le 23 octobre 2017

Coups de cœur de commissaires-priseurs

par Interencheres

Un bouquet en porcelaine de Meissen du XVIIe siècle totalement avant-gardiste à Saint-Omer, de vêtements de navigateurs célèbres pour rendre hommage aux sauveteurs des mers à Vannes et un témoignage unique du tout premier vol habité à Bordeaux, découvrez les coups de cœur de trois commissaires-priseurs dans leurs prochaines ventes des 28 et 29 octobre 2017.

.

Un bouquet du XVIIIe avant-gardiste

Lys blancs, tulipes, jonquilles, primevères, anémones émergent d’une rocaille blanche rehaussée de dorure. Ce rafraîchissoir est entièrement réalisé en porcelaine de Meissen, en Saxe, et date des années 1750-1755. « Le fait que ces fleurs ne soient pas montées sur une structure, comme du fil de fer, qu’elles soient entièrement réalisées « en pleine pâte » en porcelaine est totalement avant-gardiste pour l’époque. Une prouesse technique unique ! », détaille Maître Elodie Peeren-Saint Omer qui dirigera les enchères dimanche 29 octobre 2017 à Saint-Omer et sur le Live d’Interencheres. Estimé de 1 000 à 1 200 euros, ce récipient, qui servait à rafraîchir les boissons, provient de la succession du comte d’Epinay, descendant de Prosper d’Epinay (1836-1914), sculpteur des familles princières au XIXe siècle. Il réalisa notamment les bustes de Napoléon III, de l’Impératrice Eugénie et celui d’Elisabeth d’Autriche dite Sissi.  > Lien vers l’annonce de vente

.

.

Des vêtements marins à saisir

Cap sur le Morbihan ! A l’occasion des 50 ans de la Société nationale de sauvetage en mer (Snsm), le département breton se mobilise pour saluer le travail des 7 000 sauveteurs volontaires qui assistent chaque jour les marins et les plaisanciers sur tout le littoral français. Du 27 au 30 octobre 2017 au Salon du Mille Sabords, organisé chaque année au Port du Crouesty à Arzon et dédié au marché du bateau d’occasion, des témoignages, des visites et des animations 3D vous plongeront dans l’univers de ces secouristes de mer. Vous pourrez même enfiler leurs tenues grâce à la vente aux enchères solidaire de vêtements marins dimanche 29 octobre. Maître Jack-Philippe Ruellan dispersera les salopettes, les vestes ou encore les polos de navigateurs français tels que Thomas Coville, Yann Helies, ou Armel Le Cléac’h avec des estimations allant de 10 à 400 euros.  > Lien vers l’annonce de vente.

.

.

Une gravure du premier vol habité

Cette gravure à l’eau forte coloriée du XVIIIe siècle représente le tout premier vol habité d’un aérostat à air chaud. Le 19 septembre 1783, le ballon des frères Montgolfier quittait le sol de Versailles avec à bord un mouton, un coq et un canard suspendu, atteignant jusqu’à 480 mètres. « Ce fut un épisode très important de l’aéronautique auquel assistèrent le Roi Louis XVI et la Reine, explique Michel Convert, expert en livres anciens. Il y a eu plusieurs tirages de cet événement, mais cette vue optique en est la première gravure originale. Elle servait à garder en mémoire ce moment historique, à une époque où la photographie n’existait pas encore. Elle est dotée d’un texte écrit à l’envers et devait ainsi être observée dans le miroir, afin de profiter d’un effet de profondeur. » Estimée entre 1 200 et 1 500 euros, cette pièce rare appartenait à un collectionneur passionné d’aéronautique qui rassembla durant 60 ans un ensemble éclectique, des premiers témoignages aériens jusqu’à la conquête spatiale. Sa collection sera mise aux enchères par Maître Antoine Briscadieu samedi 28 octobre 2017 à Bordeaux et sur le Live d’Interencheres. > Lien vers l’annonce de vente.

.

.

Haut de page

Vous aimerez aussi