Le 13 juillet 2016 | Mis à jour le 15 juillet 2016

Coups de cœur de commissaires-priseurs

par Interencheres

bannierecoupsQuatre panneaux de Vasarely à l’occasion du 110ème anniversaire de sa naissance, les portes de l’usine historique de Michelin à Clermont-Ferrand et une soirée avec le spécialiste pictural des nuits parisiennes figurent au programme de ces coups de cœur de commissaires-priseurs, sélectionnés dans leurs prochaines ventes aux enchères à Honfleur, Clermont-Ferrand, Divonne-les-Bains et toutes diffusées sur le Live d’Interencheres.

.

Quatre Vasarely pour son 110e anniversaire

151202_a94fc578f18f561612d2f44081a6cb48_normale

« Victor Vasarely fête cette année son 110e anniversaire. A cette occasion, la fondation qui porte son nom organise trois expositions à Avignon, Gordes et Aix-en-Provence jusqu’au 22 octobre. Le père de l’Op art (l’art optique) sera également à l’honneur à Honfleur, puisque je mettrai dimanche aux enchères quatre panneaux de bois réalisés par l’artiste, deux identiques à dominante bleue, et deux autres également semblables aux couleurs oranges, roses et brunes.

Ces panneaux de 36 par 36 centimètres font partie d’un tirage de 50 exemplaires, réalisés en 1967. Ils portent l’étiquette de la galerie Denise René, à Paris. Denise René était tombée amoureuse de Vasarely et de ses œuvres. C’est d’ailleurs pour pouvoir les exposer et les promouvoir qu’elle avait ouvert sa galerie de la rue de la Boétie. » Maître Francis Dupuy, à propos de quatre panneaux de Vasarely (1906-1997) mis aux enchères dimanche 17 juillet 2016 à Honfleur et sur le Live d’Interencheres avec une estimation de 1 000 à 1 500 euros.

> Lien vers l’annonce des panneaux

.

.

Les portes de l’usine Michelin

« Tous les employés de l’usine historique de Michelin, à Clermont-Ferrand, ont franchi cette porte. Elle était située à l’entrée du bâtiment administratif de l’entreprise, où les ouvriers se rendaient pour passer des tests d’aptitudes avant d’être embauchés. Porte de l’espoir pour certains, porte de l’enfer pour d’autres (en raison des difficiles conditions de travail à l’époque), elle reste le symbole de l’aventure Michelin. »

« En 1990, des travaux sont entrepris dans l’usine et une société de démolition est alors chargée de faire disparaître la porte. Plutôt que de la démolir, l’un des employés a décidé de la sauver en l’entreposant dans sa grange. Ce souvenir métallique de 280 par 260 centimètres, pour un poids de 640 kilos, pourrait être acheté par un collectionneur ou par un ancien employé Michelin ? » Pierre-Gabriel Gonzalez à propos des portes de l’usine Michelin, mises aux enchères samedi 16 juillet 2016 au casino de Royat près de Clermont-Ferrand et sur le Live d’Interencheres, avec une estimation de 1 800 à 2 200 euros.

> Lien vers l’annonce de vente des portes

.

.

.

Le spécialiste de la vie nocturne parisienne est espagnol

093046_cc52caaaf285efc2efcf00c7dc47e0ff_normale

« Dans la pénombre clairsemée de points lumineux, une silhouette fantomatique semble glisser dans l’air chaud d’une nuit d’été, pour rejoindre la foule qui se presse au « Jardin de Paris », nouvel établissement sur les Champs-Elysées. Nous sommes au tournant des deux siècles, le XIXe et le XXe. »

« Tout change : l’éclairage électrique rend les sorties nocturnes plus faciles et surtout plus féériques, lorsque les halos des lampadaires rythment étrangement les allées des parcs. Paris, ville Lumière. Tout change : la société se transforme, se modernise. 1900 sera l’année de l’Exposition Universelle. Tout change : la peinture avec. Les impressionnistes sont de plus en plus référents. La touche se libère. La couleur s’émancipe de la réalité. Bientôt les fauves rugiront haut et fort. Anglada-Camarasa fait partie de ces nombreux peintres espagnols attirés par Paris à la fin du XIXe siècle. Paris qui cristallise tous ces changements. Chacun d’eux voulait en donner une vision personnelle. A ce titre Anglada-Camarasa est bien le spécialiste de la vie nocturne parisienne. » Maître Cécile Conan-Fillatre à propos du tableau Scène de nuit à Paris (vers 1898-1899) d’Hermengildo Anglada Camarasa (1871-1949) mis aux enchères jeudi 21 juillet 2016 à Divonne-les-Bains et sur le Live d’Interencheres avec une estimation de 60 000 à 80 000 euros.

> Lien vers l’annonce de vente du tableau

.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Deux ventes de vins prestigieux à Cannes

Le 22 avril 2021 | Mis à jour le 22 avril 2021

Les 23 et 24 avril à Cannes, Jean-Pierre Besch proposera aux amateurs une belle sélection de grands vins français et étrangers, ainsi que des alcools rares. La première journée de […]