Le 7 mars 2013 | Mis à jour le 7 mai 2013

Deux toiles de Ladislas Kijno, l’enfant du nord

par Interencheres

Reconnaissables au premier coup d’œil par leur relief en papier froissé ou leur consonance industrielle, deux toiles de « Lad », peintre disparu en 2012, seront présentées le samedi 16 mars 2013 par la maison de ventes lilloise Mercier et Cie.
.

Au premier abord, le tableau figure une composition abstraite constituée de formes géométriques se détachant d’un fond noir. Mais très vite, en détaillant l’agencement de ces cercles, triangles et rectangles tracés à l’acrylique, une mécanique bien huilée semble soudain s’animer au sein d’un ingénieux système de roues et de tuyaux propulsés par des pistons. Mise aux enchères le samedi 16 février 2013 par la maison de ventes Mercier à Lille, cette toile à résonance industrielle est l’œuvre de Ladislas Kijno (1921-2012), un fils de mineur, élevé dans le coron de Nœux-les-Mines dans le Pas-de-Calais.

.
Chacune des œuvres de cet artiste disparu en 2012, « semblent porter le poids de cette terre industrieuse, jusque dans le bleu sombre du fond de la seconde peinture de Kijno présentée dans la même vacation et rappelant la couleur du ciel du nord », selon Marc Ottavi, expert de la vacation. Cette Composition noire sur fond bleu présente d’ailleurs une autre caractéristique du travail du peintre : le froissement du papier. Depuis les années 50, Ladislas Kijno emploie fréquemment cette technique qui consiste à malaxer puis à froisser les toiles préalablement peintes.
.

.

Les toiles en relief et à consonance mécanique de « Lad » passent régulièrement en ventes publique car, de ses débuts figuratifs à son virage aux confins de l’abstraction, Kijno a toujours été très prolixe. Profitant d’une cote stable, confortée notamment par l’exposition de plusieurs de ses œuvres dans les collections publiques de grands musées internationaux (Musée national d’Art moderne de Paris, Musée des beaux arts de Lille, d’Alger, de Dresde, de Santiago du Chili…), les deux compositions proposées à la ventes sont respectivement estimées de 1 800 à 2 200 euros pour Composition II et de 1 700 à 2 000 euros pour Composition noire sur fond bleu.

.

>> Voir l’annonce de vente de ces deux toiles

>> Voir le calendrier des ventes de meubles et objets d’art

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les enchères en mode shopping

Le 11 août 2020 | Mis à jour le 12 août 2020

Des bijoux en vitrine, des portants chargés de vêtements, des sacs à main élégants harmonieusement disposés… Certaines ventes aux enchères n’ont rien à envier aux boutiques de luxe ! Décryptage […]

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]