Le 12 mars 2014 | Mis à jour le 13 mars 2014

En vacances avec Maurice Denis

par Interencheres

Les œuvres de l’artiste nabi traitant de sa vie privée sont plutôt rares et passent donc rarement sur le marché. Hasard du calendrier : deux toiles représentant ses enfants seront bientôt mises aux enchères à l’occasion de deux ventes à Paris et à Rouen.    

.

Le visage serein de cette femme, la douceur du garçon qu’elle enlace, le lien charnel qui semble les unir, de nombreux indices du tableau ci-contre laissent imaginer que nous sommes en train d’observer une mère avec son enfant. Mais au lieu d’une maternité, le titre de cette toile « La grande sœur » indique que nous assistons plutôt à une scène fraternelle.

.

Maurice Denis (1870-1943) a en effet peint sa troisième fille Anne-Marie en compagnie de son petit frère François, le dernier de la fratrie né en 1915. Père de neuf enfants, le peintre nabi aimait représenter sa descendance sur la plage de Perros-Guirec, la station balnéaire bretonne où toute la famille se retrouvait pendant les vacances. Tombé sous le charme du lieu, l’artiste fait alors l’acquisition en 1908 d’une maison, la Villa Silencio, qui bénéficie selon lui de la « plus belle vue du monde »… Comme le rappelait la récente exposition organisée en 2012 par le musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye sur ses œuvres bretonnes : « La Bretagne représente pour Maurice Denis un lieu d’inspiration artistique, d’épanouissement familial et de recueillement spirituel. »

.

Les tableaux évoquant la vie privée de Maurice Denis s’avèrent plutôt rares sur le marché, la majorité des œuvres du peintre traitent en effet de sujets religieux. Cette rare scène de sa vie de famille sera mise aux enchères le dimanche 16 mars 2014 par Maîtres Max Wemaëre, Arnaud de Beaupuis, Christian Denesle à Rouen, avec une estimation de 50 000 à 70 000 euros.

.

Hasard du calendrier, nous retrouverons le petit François Denis toujours sur la plage de Perros-Guirec, accompagné d’une autre de ses grandes sœurs, Madeleine, le mercredi 26 mars 2014 à Paris à l’occasion de la vente par la maison Millon d’un autre tableau du peintre, estimé de 20 000 à 30 000 euros.

.

Tout comme « La grande sœur », cette « Petite plage bleu » a été peinte en 1917. Le parti pris du cadrage, qui déporte les sujets principaux sur le côté gauche du tableau, rappelle les expérimentations photographiques menées par l’artiste à cette époque.

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]