Le 11 juin 2014 | Mis à jour le 11 juin 2014

Enchères de haute voltige pour cirque miniature

par Magazine des enchères

[Le lot du jour] Mesdames et messieurs, ouvrez grands les yeux et replongez dans les joies enfantines des clowns et des acrobates. Un rare cirque américain miniature Humpty Dumpty des années 1910 est arrivé chez Maître André Meyzen à Narbonne.
.
Le fabriquant de ce jouet, Albert Schoenhut (1848 – 1912), est un jeune Allemand arrivé à l’âge de 17 ans à Philadelphie. Il s’y fait d’abord connaître grâce aux pianos miniatures qu’il confectionne avant que la firme qu’il fonde en 1872 ne s’élargisse aux poupées et autres figurines. L’engouement pour les nombreux cirques ambulants qui sillonnent les Etats-Unis lui inspire le Cirque Humpty Dumpty en 1903. Le jeu, qui n’a comme limite que l’imagination des enfants, devient vite populaire et sera vendu jusque dans les années 1930. L’experte Murielle Auffret a daté l’ensemble des années 1910 : « Les figures de notre cirque font une vingtaine de centimètres. Après 1928, elles ne mesuraient plus qu’une dizaine de centimètres. Autre indice, les nôtres ont aussi des yeux en verre et non peints ».
.
Le succès de ce jeu tient pour beaucoup aux nombreuses pièces disponibles à l’achat. Si l’ensemble de base se composait d’un clown, sa chaise et son échelle, il était possible de l’accompagner de toutes sortes d’animaux, forains et installations : l’éléphant, le crocodile, la funambule et son cheval, l’haltérophile, le chapiteau… Une pièce coûtait entre 50 centimes et 6 dollars de l’époque, l’équivalent aujourd’hui de 10 à 110 euros. « Mais en Europe, où il s’exportait sous le nom de « Cirque américain », le jeu n’était pas à la portée de toutes les bourses. Il s’adressait à des enfants d’une dizaine d’années, ou juste un peu plus jeunes », ajoute l’experte.
.
Les costumes sont finement cousus et les visages délicatement peints à l’huile. Mais le jouet, robuste, ne craint pas les mauvaises manipulations. Réalisées en bois et entièrement articulées par des élastiques, les figurines sont réputées incassables dans les publicités de l’époque. Un siècle après leur création, les pièces proposées par Maître Meyzen n’ont pas souffert. « La famille a juste fait repeindre quelques éléments », précise Murielle Auffret.
.
Aujourd’hui, les figurines qui ont enchanté des générations d’enfants sont recherchées par collectionneurs et sortent lors d’expositions thématiques. Il était ainsi possible de voir l’exemplaire du Musée des Arts décoratifs de Paris lors de sa récente exposition « Parade », tout juste terminée le 11 mai dernier. L’artiste Alexander Calder lui avait également rendu hommage dans un film réalisé avec son ami Jean Painlevé en 1955.
.
L’ensemble mis en vente par Maître André Meyzen est estimé entre 500 et 800 euros. Monsieur Loyal et sa troupe vous attendent sous le chapiteau des enchères le samedi 21 juin 2014 depuis Narbonne et sur le Live d’Interencheres !
.
Lien vers l’annonce de vente du lot

Extrait du film de Jean Painlevé

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : la garniture des sièges au XVIIe siècle

Le 6 juin 2024 | Mis à jour le 6 juin 2024

La garniture d’un siège comprend à la fois la garniture en tapisserie, soit l’ensemble des matériaux utilisés pour garnir un siège, et la couverture, soit le revêtement d’étoffe qui recouvre […]

Un rare fauteuil d’apparat aux enchères dans l’Aisne

Le 4 juin 2024 | Mis à jour le 4 juin 2024

Un rare fauteuil d’apparat daté autour de 1840 sera vendu aux enchères par la commissaire-priseur Sophie Renard le 20 juin à Brasles, dans l’Aisne. Il pourrait émaner des ateliers de […]

Rencontre avec un couple de collectionneurs voyageurs

Le 3 juin 2024 | Mis à jour le 3 juin 2024

Frédérique Astier a œuvré, par l’intermédiaire de la Société des Amis, à l’enrichissement des collections du musée du Louvre pendant plus de 20 ans, avant de rejoindre un établissement enseignant […]