Le 19 décembre 2012 | Mis à jour le 4 janvier 2013

Enchères et belles histoires de Noël

par Interencheres

Découvrir à l'Hôtel Martinez de Cannes l'histoire d'un peintre orientaliste, dont le destin a été scellé par Winston Churchill. Constater tout l'amour que Iacovleff porte à « son petit vichnou » et l'influence de Chaïm Soutine sur le travail de son ami Kikoïne. Et enfin, se demander pourquoi l'un des meilleurs peintres de la montagne enneigée s'avère être normand... Le festival des enchères de Noël peut commencer !

 Chevauchée vers l'Hôtel Martinez

Tous en selle ! Le 30 décembre 2012 à l'intérieur du prestigieux Hôtel Martinez de Cannes, et en direct sur le Live d'Interencheres, Maître Jean-Pierre Besch organise sa traditionnelle vente de fin d'année. Les amateurs de peinture orientaliste devraient apprécier les deux oeuvres de Hassan El Glaoui qui seront mises aux enchères. Comme en atteste le nom de ces deux gouaches « Fantasia sur fond bleu » et « Fantasia sur fond orangé » (estimées toutes deux de 120 000 à 150 000 euros), elles sont issues de la célèbre série « Fantasia » du peintre marocain dans laquelle la relation fusionnelle entre le cavalier et sa monture s'avère totalement sublimée. Pour l'anecdote, sachez que Hassan El Glaoui doit une fière chandelle à Winston Churchill : c'est en effet le Premier ministre britannique qui conseilla au père de l'artiste de laisser son fils poursuivre sa vocation !

Au programme de la vente figure également une montre offerte par le roi Joseph Napoléon, le frère de Bonaparte à l'un des généraux de l'Empire, comme en témoigne l'inscription gravée dans le boitier. Il s'agit d'une création de la maison Breguet, l'une des plus ancienne société horlogère française, dont la prestigieuse clientèle se composait notamment du Duc d'Orléans, de la reine Marie-Antoinette et donc également de la famille Napoléon… Ce modèle dit de souscription, puisqu'il devait être reglé en deux fois (une partie lors de sa commande, puis le reste à la réception) selon l’ordre des souscriptions. L'heureux destinaire de la montre, Louis Partouneaux (dont le nom est inscrit sur l’Arc de triomphe) était ainsi remercié pour sa vaillante carrière militaire au service de l'Empire. Estimation : de 10 000 à 15 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  « Au petit vichnou, de la part de son peintre »

Le 1er janvier 2013 à Saint-Valéry-en-Caux, Maître Bruno Roquigny vous propose d'acquérir un tableau de très grand format d'Alexandre Iacovleff (137 x 91,5 cm). Si le peintre d'origine russe s'avère d'ordinaire connu pour ses portraits d'Africains et d'Asiatiques, il représente ici une célébrité des années 1920 : Nyota Inyoka. Danseuse aux Folies Bergères, chorégraphe de talent qui su revisiter la tradition des danses indiennes (son père qu'elle n'a jamais connu était originaire d'Inde), Nyota Inyoka était aussi une proche amie du peintre. Iacovleff lui dédicace d'ailleurs cette oeuvre en inscrivant en bas à droite de la toile : « Au petit vichnou de la part de son peintre. » Réalisé à l'aide de différents médiums (pastelle et crayon gras notamment) comme le peintre en avait l'habitude, ce tableau a été confié à la vente par la petite cousine de Nyota. Estimation : de 20 000 à 30 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

 De Saint-Delis, le Normand qui aimait la Suisse…

Le 1er janvier 2013 à Honfleur, Maître Francis Dupuy vous propose de découvrir le travail de Henri de Saint-Delis. Le commissaire-priseur présentera notamment « Le Marché Suisse à Vevey », un tableau de sa période suisse, la plus recherchée par les amateurs. Lors de son séjour helvète, l'artiste normand se mit à peindre les montagnes comme la mer… Ces monts moutonneux et vaporeux rapellent en effet la façon dont il a l'habitude de représenter l'écume et le flot des eaux de sa Normandie natale. Estimation : de 45 000 à 50 000 euros.

Le commissaire-priseur spécialisé dans l'école des « peintres de l'Estuaire » mettra également aux enchères « Deauville en octobre », une huile sur toile d'André Hambourg. Avec son ciel tourmenté et ses petits chevaux élancés sur la plage, ce tableau est caractéristique de l'oeuvre du peintre. Estimation : 10 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  Kikoïne, l'ami de Soutine

Avis à tous ceux qui ont aimé l'actuelle exposition parisienne dédiée à Chaïm Soutine (jusqu'au 21 janvier 2013 au musée de l'Orangerie) ! Maître Aurèle Biraben vous invite le 30 décembre 2012 à Périgueux pour découvrir le travail d'un ami proche du peintre : Michel Kikoïne. Egalement membre de l'Ecole de Paris, Kikoïne jette sur la toile des couleurs vives, presque à la manière d'un artiste fauve. Sa « Nature morte aux fruits » (estimation : de 4 000 à 5 000 euros) et son « Portrait d'Elisabeth » (estimé de 2 000 à 3 000 euros) ont toujours été conservés par sa famille.

Le commissaire-priseur mettra également aux enchères un écran de foyer d'époque Louis XVI de très grande qualité. Réalisé en bois scupté et doré, il est rehaussé d'une tapisserie de soie au petit point d'après Berghem. Estimation : 1 000 à 1 200 euros

 > Lien vers l'annonce de vente

 

 

 
 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les enchères en mode shopping

Le 11 août 2020 | Mis à jour le 12 août 2020

Des bijoux en vitrine, des portants chargés de vêtements, des sacs à main élégants harmonieusement disposés… Certaines ventes aux enchères n’ont rien à envier aux boutiques de luxe ! Décryptage […]

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]