Le 5 décembre 2012 | Mis à jour le 4 janvier 2013

Enchères et cours particuliers…

par Interencheres

Un cours d'écriture avec Picabia, une leçon d'histoire de l'art avec Diderot, un éclairage sur le marché asiatique avec le promoteur d'artistes contemporains chinois comme Zao Wu-ki et Lin Feng-Mian, quelques conseils pour aménager sa « Period room » Art nouveau et une visite en avant-première du futur tramway du Havre

 Vien et Lagrenée se répondent en peinture

Le 8 décembre à Pau, Maîtres Carrère et Gestas organisent une prestigieuse vente de tableaux anciens dans laquelle figure deux oeuvres étonnantes. Datant toutes deux du XVIIIe siècle, de même format et de même dimensions, ces deux toiles ont pourtant été attribuées à deux artistes différents : Louis-Jean Lagrenée et Joseph-Marie Vien. Selon l'expert de la vacation, Patrice Dubois, ces deux tableaux sont les répliques autographes de deux oeuvres-phares du salon de 1763, dont Diderot avait fait l'écho dans ses critiques. Estimation de chacune de ces oeuvres : de 3000 à 4000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  Un cours d'écriture avec Picabia  

Le 13 décembre 2012 à Paris, la maison de ventes Ader dispersera la collection d'un passionné de Francis Picabia. Outre les photos de sa jeunesse, de ses amis comme Blaise Cendrars et de ses amours, la vacation rassemble également plusieurs manuscrits inédits de l'auteur dadaïste provenant de son épouse Gabrielle Buffet. 

Pour Thierry Bodin, expert de la vacation, cet ensemble permet de découvrir la méthode de travail de Picabia et les nombreuses corrections qu'il effectuait sur ses manuscrits. Pour le receuil de poèmes Ennazus, anagramme du nom de Suzanne, l'une de ses maîtresses, l'écrivain a travaillé à partir de trois différents cahiers d'écoliers. Après avoir noirci chacun d'eux, ils les a ensuite compilé pour en extraire un seul et même texte. Ce manuscrit nous permet également de découvrir les recherches de pseudonymes auxquelles s'adonnait Picabia, passant de J. Caspar Schidt à Schmidt en quelques ratures. Estimation : de 30 000 à 35 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente

 

 L'occidental et les artistes contemporains chinois

Au tout début du XXe siècle, Raoul Baude s'installe en Chine comme administrateur des douanes puis des postes, avant de devenir en 1934 inspecteur général de la gabelle chinoise. En parallèle de ses activités officielles, Baude se passionne pour l'art de son pays d'adoption. Il sera l'un des premiers occidentaux à s'intéresser au travail des artistes contemporains chinois, et notamment Lin Feng-Mian dont il assurera la promotion en France. Le 9 décembre 2012 à Laval, Maîtres Hiret et Nugues mettront aux enchères quatre tableaux de ce peintre provenant de la collection de Raoul Baude, dont les estimations oscilleront de 20 000 à 40 000 euros. La photo ci-dessus représente l'une de ses oeuvres réalisée à l'encre et à l'aquarelle sur papier et figurant deux danseurs d'opéra, un thème relativement rare dans sa production. Estimation : 30 000/40 000 euros. L'histoire de l'art, quant à lui, retiendra le nom de Baude comme celui de l'instigateur en 1947 de la toute première exposition personnelle de Zao Wu-Ki à l'Alliance française de Shanghaï.

> Lien vers l'annonce de vente

 

  « Period Room » de l'Art nouveau


A la manière d'une « Period room », un amoureux de la période Art nouveau a décidé de meubler et de décorer intégralement son appartement dans ce style. Louis Majorelle, Emile Müller, Emile Gallé et bien d'autres créateurs de cette période se retrouvent ainsi représentés dans sa chambre à coucher, dans sa salle à manger, sur ses étagères, dans son entrée… Autant de meubles, de vases, de tableaux que vous pourrez acquérir le 8 décembre 2012 à Marseille, à l'étude de Maîtres Bonnaz, Lecomte et Mazzella.

Vous pourrez notamment acquérir cette lampe de Raoul Larche en bronze doré et ciselé à l'effigie de Loïe Fuller, le modèle fétiche du sculpteur. L'extravagante danseuse est ici représentée drapée et en plein mouvement, dans l'exécution d'une des danses serpentines qui ont fait sa renommée. Le support de la lampe rend hommage aux travaux d'éclairage entrepris par Loïe Fuller pendant ses spectacles aux tous débuts de l'avènement de l'électricité. Estimation : 20 000/25 000 euros.

 > Lien vers l'annonce de vente

 

 

 Les aventures d'Asterix en salle des ventes

Albert Uderzo a la cote ! Après avoir récemment donné 120 planches de trois albums d'Astérix à la Bibilothèque nationale de France (BnF), et juste avant l'exposition rétrospective qui lui sera consacrée en janvier 2013 au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, le papa d'Asterix sera présent lors de la grande vacation dédiée à la bande dessinée organisée par la maison de ventes Millon et Associés le 9 décembre 2012 à Bruxelles. Une dizaine de lots consacrés au dessinateur du plus célèbre des Gaulois sera en effet mis aux enchères. 

Le lot-phare de cette vente est une planche de l'album La grande traversée dessinée à l'encre, et sur laquelle Astérix, Obélix et le fidèle Idéfix sont largement représentés. « On y retrouve tout ce qui a fait le succès de cette série : un dialogue ciselé de Goscinny, des clins d'oeil historiques et, naturellement, ce dessin merveilleux par son dynamisme et sa clarté. Des personnages aux expressions et aux "bouilles" inoubliables », s'enthousiasme l'expert de la vacation Alain Huberty. Cette planche est dédicacée à Frédéric Mébarki, proche collaborateur d'Uderzo, qui s'occupait de l'encrage et des mises en couleurs des aventures d'Astérix, ainsi que de tous les produits dérivés. Estimation : 80 000/90 000 euros.

> Lien vers l'annonce de vente 

  

  Une cabine de tramway aux enchères !

4 mètres de haut et 3,5 mètres de large pour 500 kilos… Le lot mis en vente ce vendredi par Maîtres Philippe Revol et François-Xavier Allix au Havre ne risque pas de passer inaperçu. Et pour cause, il s'agit de la cabine du futur tramway havrais ! Si le nouveau transport en commun ne sera inauguré que le 12/12/12 à 12h12, les commissaires-priseurs vous proposent d'acquérir dès le 7 décembre sa toute première rame, provenant du prototype officiel du tramway. Ce « morceau » d'art moderne sera l'unique lot de la vente aux enchères qui se tiendra dans les salons de l'Hôtel de Ville du Havre et dont les fonds seront reversés au Téléthon

> Lien vers l'annonce de vente

 

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]