Le 7 avril 2015 | Mis à jour le 8 avril 2015

Eugène Printz illumine le printemps

par Interencheres

[Lot du jour] Grand décorateur du début du XXe siècle, Eugène Printz (1879-1948) est l’un des piliers de l’Art Déco. Ébéniste de formation, il réalise des copies de meubles anciens dans l’atelier de son père, rue du Faubourg Saint-Antoine, avant de se lancer dans la création contemporaine. Le samedi 11 avril 2015 à Olivet et sur le Live d’Interencheres, Maître Semont proposera à la vente une pièce emblématique de sa production, un lampadaire estimé entre 40 000 et 50 000 euros.

.

C’est en 1925, à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs où il expose avec l’architecte et designer français Pierre Chareau, que Printz commence à dévoiler sa production personnelle. « À partir de l’année suivante, il expose dans de nombreux salons, à l’instar de celui des Artistes Décorateurs, celui des Tuileries, ou encore l’Exposition des arts et techniques appliqués à la Vie Moderne », confie le collaborateur de l’étude, Maxime Domercq. C’est d’ailleurs lors de ce salon en 1937 que Printz dévoile le modèle de notre lampadaire, à l’époque en sycomore avec réflecteur blanc. Celui présenté ici diffère de matériaux : gardé dans le salon d’un collectionneur du sud de la France depuis les années 50, il est en bois laqué noir, bronze oxydé à l’acide et possède un réflecteur en cuivre à diffuseur conique laqué crème à l’intérieur.

.
.

« D’ordinaire, le marché de l’artiste est davantage alimenté par ses tables basses et autre mobilier de salon que par sa production de luminaires, explique Maxime Domercq. Pourtant, le lampadaire est caractéristique de son œuvre : oxydé à l’éponge, il témoigne du souci du détail typique de Printz. Certaines de ses pièces atteignent parfois des prix mirobolants ». En 2011, un modèle presque identique avait été adjugé près de 100 000 euros par une maison de vente parisienne. Les amateurs d’arts décoratifs du début du XXe siècle se laisseront ainsi séduire par celui qui recevait des commandes publiques privées de toute l’Europe occidentale, à commencer par la grande couturière française Jeanne Lanvin.

.
.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

L’éternel Baiser de Brancusi, immeuble par nature

Le 23 septembre 2021 | Mis à jour le 23 septembre 2021

Amour, suicide, héritage, politique et jeu de pouvoir, l’affaire dite du Baiser de Brancusi rivalise avec les séries les plus haletantes et fait pétiller les papilles des juristes passionnés d’art… […]

Expertise : un coffret rustique du XVIIe siècle

Le 17 septembre 2021 | Mis à jour le 17 septembre 2021

Doté d’un assemblage hétérogène d’essences et d’un placage de bois précieux, le coffret étudié par le maître ébéniste Jacques Dubarry de Lassale n’en demeure pas moins rustique dans sa conception. […]