Le 8 avril 2016 | Mis à jour le 13 avril 2016

George Sand : l’image à l’origine du mythe

par Interencheres

190625_aca1afec01848f75dd0703826da0f163

[Lot du jour] Avec ses cheveux courts et ses vêtements masculins, George Sand (1804-1876) est méconnaissable et peut aisément passer pour un homme. Cette allure garçonne, scandaleuse pour l’époque, est à l’origine de sa réputation de femme révoltée. Pourtant, les yeux perdus dans le vide, la romancière française semble atone, l’esprit ailleurs. Ce portrait mélancolique sera proposé aux enchères dimanche 17 avril 2016, au cœur d’une vente intitulée « L’Esprit du XIXe siècle », par l’étude Osenat à Fontainebleau.

.

Sobrement intitulée George Sand habillée en homme, cette huile sur panneau de bois a été peinte par Eugène Delacroix (1798-1863) en 1834, année où il fit sensation au Salon avec ses célèbres Femmes d’Alger dans leur appartement. Ce portrait inédit de George Sand, qui mesure 26 par 21,5 centimètres, résulte d’une commande tout à fait singulière. C’est François Bulloz, l’éditeur de George Sand et rédacteur en chef de La Revue des Deux Mondes (à laquelle l’auteure collaborait), qui a demandé à Eugène Delacroix de la représenter afin d’en tirer une gravure pour ses lecteurs. « Depuis sa réalisation, il y a près de deux siècles, le portrait est resté dans la famille de l’éditeur jusqu’à aujourd’hui », indique le commissaire-priseur.

.

Cette représentation en habits d’homme avec les cheveux courts est fidèle à une certaine image de George Sand, celle d’une femme insoumise n’hésitant pas à se travestir pour s’affranchir des limites inhérentes à son sexe. Mais si elle porte ici les cheveux courts, c’est surtout parce qu’elle venait de les couper pour les envoyer à Alfred de Musset, juste après leur séparation. Une anecdote qui explique le regard maussade de l’écrivaine et la tristesse qui se dégage du tableau, accentuée par ses couleurs, un camaïeu de marrons.

.

Estimé entre 40 000 et 70 000 euros, ce portrait inédit qui réunit deux figures majeures de l’histoire des arts du XIXe siècle devrait certainement faire frémir les collectionneurs tout comme les musées.

.

 Lien vers l’annonce de vente du lot

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]