Le 13 mars 2014 | Mis à jour le 14 mars 2014

Grands et petits noms de la photographie

par Interencheres

« Shot, shot, shot, flash… » Mardi 18 mars la maison de vente Chayette et Cheval retrace pour nous, l’évolution de la photographie de ses débuts à son état actuel. Cet art devenu très à la mode à la fin du XXe siècle, était, à l’époque, une question de temps, de chambre noire, de liquide révélateurs et de retouches manuelles…

.

L’artiste américaine Cindy Sherman est aujourd’hui mondialement connue pour ses autoportraits où elle reprend en photographie les clichés filmographiques de la blonde des années 1950 dans « Untitled Film Stills »,  pour ses confections de poupées assez déstabilisantes ou encore ses transformations en clowns effrayants. Issu de la série « Nurse and Doctor », c’est l’un de ses premiers diptyques qui est proposé à la vente aujourd’hui. Il provient de sa famille française à qui elle dédicace cette étrange carte de vœux. L’image du docteur n’apparaissant pas tout à fait de la même manière que sur les 25 autres œuvres de la série (tête penchée et l’air plus sévère), il est possible que ce diptyque soit unique et ne fasse pas tout à fait partie de la série. Alors que les œuvres « Nurse and Doctor » se vendent habituellement aux alentours de 4 000 à 12 000 euros à l’étranger, nos deux photos dédicacées par l’artiste sont estimées entre 9 000 et 10 000 euros. Cindy Sherman est encore très rare sur le marché français.

.

.Des photographes originaires des pays de l’Est s’invitent également à cette vente. Leurs œuvres, pour la plupart peu connues sur le marché, du fait de la rareté de leurs tirages, proviennent d’une collection particulière. Tantôt données, tantôt vendues à petit prix, elles ont en effet été réunies par un membre du « Club 30×40 » et organisateur des biennales de la Photographie internationale de Mantes-la-Jolie dans les années 1970.

.

.

.

Ces épreuves illustrent très bien la vision de la photographie à l’époque. « Portrait d’homme au fume-cigarette » de Tadeusz Kowalski, estimé de 100 à 150 euros, applique des contrastes forcés jusqu’à la dureté,  sur le visage d’une personne vieillissante, dont le grain et la souplesse de la peau présentent un grand esthétisme. « Portrait d’homme » de Istvan Toth, estimé de 100 à 150 euros, joue sur les mêmes éléments. L’artiste Andrzej Krynicki travaille, quant à lui, les nus féminins pris dans des paysages, comme dans « Vertical » estimé de 150 à 200 euros ou « GEA II » estimé de 150 à 200 euros. Ses compositions très graphiques utilisent le grand angle et toujours un contraste extrêmement poussé. L’artiste, très peu connu, a pourtant reçu de nombreux prix dont le trophée d’or de Hong Kong et a participé à des expositions dans le monde entier, notamment à Paris.

Gunar Binde,  lauréat du prix M.I.L.K de 2001 (concours qui récompense les photographies évoquant au mieux le thème de l’amour, de l’amitié et de la famille) est également représenté à cette vente avec notamment un très beau nu féminin aux forts contrastes estimé de 150 à 200 euros. D’autres artistes de l’Est sont à découvrir, tels que Frantisek Marsalek, Wieslaw Zielinski ou Jifi Horak. Avec leurs petites estimations allant de 100 à 200 euros, il est temps pour les amateurs de photographie contemporaine de découvrir ces travaux et de, peut-être, démarrer une nouvelle collection.

.

Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]