Le 29 juin 2014 | Mis à jour le 4 juillet 2014

La belle « Verte » de Martial Raysse

par Interencheres

[Lot du jour] Visage blanc esquissé, moitié de lunettes, pompon à l’œil et lèvres vertes composent ce collage de l’artiste Martial Raysse, actuellement célébré au Centre Pompidou à travers une exposition rétrospective. Ce n’est pas dans un musée que se trouve cette oeuvre mais dans une salle des ventes à Versailles où elle sera proposée aux enchères par Maîtres Olivier Perrin, Philippe Royère et Antoine Lajeunesse le dimanche 6 juillet 2014.

 .

Intitulée « VERTE », cette composition datant de 1963 est l’une des plus caractéristiques du travail de l’artiste au début de sa carrière. Entre 1962 et 1966, il interroge en effet de manière récurrente la question du visage de la femme. C’est également la période où il commence à se lancer sur la scène internationale, il déménage à Los Angeles. Martial Raysse élabore une esthétique du mélange des genres et des techniques, de façon très ludique pour le spectateur. Ici, esquisse, collage, xérographie, lunette, houpette de maquillage se mêlent et donnent à voir une Vénus des temps modernes à la beauté standardisée véhiculée par la presse, la publicité et la télévision. Pour se différencier de la tradition de la surface plane, Raysse crée une œuvre en trois dimensions, l’une de ses marques de fabrique.

.

Par ce travail, l’artiste donne une grande importance à la puissance évocatrice des formes. Ici les lunettes de soleil rappellent forcément au spectateur la société de loisirs et notamment la plage, le soleil et les vacances estivales. Le but pour Martial Raysse est de supprimer toute relation sensible avec le spectateur et de lui imposer sa vision de la société de consommation, assez négative. Par ses couleurs flashy et l’association d’objets hétéroclites représentant la société capitaliste des années 1960, Martial Raysse, quelque peu oublié en France ces dernières années, peut être considéré comme artiste Pop au même titre qu’Andy Warhol ou David Hockney. Il s’en éloigne tout de même en utilisant des objets du quotidien comme pouvaient le faire les Nouveaux Réalistes en Europe. Aujourd’hui Raysse est présenté comme un artiste à part entière s’inspirant du Pop Art américain mais le déclinant avec sa propre esthétique.

 .

Ses œuvres des années 1960, autrement dit, de sa période la plus ludique apparaissent rarement sur le marché de l’art. « Cette œuvre correspond à tout ce que le public aime chez Martial Raysse, c’est un travail de grande qualité », déclare d’ailleurs Gilles Frassi, associé à l’étude de Versailles Enchères. L’œuvre titrée et datée au dos, a demeuré dans la collection Geert Jan Visser puis dans une collection particulière. Elle est aujourd’hui estimée entre 300 000 et 400 000 euros.

.

Lien vers le lot de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]