Le 3 mars 2015 | Mis à jour le 28 mai 2015

La période bretonne de Bernard Buffet

par Interencheres

[Le lot du jour] Si le nom de Bernard Buffet retenti souvent dans les salles des ventes, il est souvent associé aux représentations de clowns, de nus et de fleurs aux traits sombres, droits et appuyés dont le peintre était coutumier. Mais samedi 7 mars 2015, Maîtres Pierre Champion et Françoise Kusel mettront aux enchères à Nîmes et sur le Live d’Interencheres un tableau inhabituel du peintre expressionniste (1928-1999). Cette toile de grand format (89 par 130 centimètres) qui s’intitule « Les Environs de Quimperlé, le Vieux moulin et le pont de la roche du Diable » figure un paysage breton, une région chère au cœur de Buffet. « L’artiste a toujours été attiré par la Bretagne. Il acquiert en 1964 une propriété à Saint-Cast, dans les Côtes-d’Armor, dans laquelle il séjournera en alternance. Notre tableau est daté de 1975 », précise Maître Champion.

.

Lorsque le commissaire-priseur nîmois découvre cette huile sur toile, appartenant à un collectionneur de la région, il se met à enquêter sur cette période artistique plus tardive de Buffet. « Le paysage est un des sujets de prédilection de Bernard Buffet comme en témoignent les nombreuses expositions sur ce thème organisées par Maurice Garnier, son galeriste parisien, notamment en 1974, 1975, 1976 et 1983 et une exposition consacrée à la Bretagne en 1990 », précise Maître Champion. En 2007, suite à l’importante donation de Maurice Garnier au musée de Quimper, une soixantaine d’œuvres bretonnes de l’artiste ont été présentées au public.

.

Même si ce tableau ne reprend pas les lignes caractéristiques de Buffet tant plébiscitées par le marché – les adjudications de ses œuvres majeures dépassant largement la barre des 500 000 euros –, le commissaire-priseur sait qu’il intéressera les acheteurs. « Toutes les périodes du peintre ont une cote soutenue. De plus, son style reste reconnaissable dans certains détails : de la rectitude des traits aux ombres portées par les arbres sur l’eau en passant par les teintes choisies », poursuit Maître Champion, avant de préciser que cette huile sur toile acquise par le vendeur directement auprès de la galerie Garnier est estimée de 60 000 et 80 000 euros.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Tout connaître sur les cuirs de Cordoue

Le 23 juillet 2021 | Mis à jour le 23 juillet 2021

Utilisé pour confectionner des tentures murales ou recouvrir des sièges, meubles ou paravents, le cuir doré ou cuir de Cordoue parait les plus belles demeures européennes jusqu’à la fin du […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]

5 choses à savoir sur le designer danois Hans Wegner

Le 20 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Surnommé le Master of chairs, Hans J. Wegner est l’un des pères du design scandinave. Cet artisan-designer danois a révolutionné l’histoire du mobilier avec ses meubles modernes et élégants, alliant […]

Les œuvres d’art numérique à l’aune du droit

Le 15 juillet 2021 | Mis à jour le 15 juillet 2021

Si l’art numérique s’est développé dès les années 1960, c’est au cours des années 1990 que les artistes se sont véritablement emparés des nouvelles technologies informatiques pour créer. Aujourd’hui, les […]