Le 9 novembre 2014 | Mis à jour le 12 novembre 2014

La symphonie des enchères résonne à Troyes

par Interencheres

[Le lot du jour] « Je les ai découvert tête-bêche dans une boîte datant du XXe siècle ». Au cours de l’inventaire d’une collection de porcelaines dans une demeure du département de l’Aube, Maître Thierry Pomez découvre une curieuse boîte, laissée à même le sol dans un des couloirs. Les deux instruments nichés à l’intérieur, dont le propriétaire, qui les tenait de son grand-père, ignorait la valeur, seront finalement mis aux enchères le samedi 15 novembre 2014 à Troyes par la maison de ventes Boisseau-Pomez pour une estimation oscillant entre 50 000 et 70 000 euros.
.
Ce rare ensemble d’instruments de musique est composé d’un alto de 1905/1906 et d’un violon de 1922 (illustration ci-contre), tous deux réalisés par le célèbre luthier italien Annibale Fagnola (1865-1939). Né à Montiglio Monferrato et supposé autodidacte, Fagnola décida d’établir son atelier en 1890 à Turin qui, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, était devenue l’un des centres luthiers les plus importants d’Italie du Nord.
.
Ces deux instruments, en bois d’épicéa et d’érable, sont de construction traditionnelle. L’élément exceptionnel, en revanche, selon les mots de l’expert Serge Boyer, réside tout d’abord dans la qualité du vernis du violon : d’un rouge intense et arborant une pâte épaisse et brillante, il est typique de la période d’apogée de Fagnola, située entre les années 1920 et 1930. La présence de sa signature au stylo-encre à l’intérieur du violon conforte également la valeur de celui-ci. La rareté de l’alto, quant à elle, renforce le caractère exceptionnel du lot : en effet, toujours selon Serge Boyer, aucun alto de la main de Fagnola ne serait passé en vente depuis le début des années 1990. 

.
Accompagnés d’un ensemble d’archets — exécutés par de célèbres archetiers (Lamy, Eury ou encore Thomassin) et apparaissant comme inédits sur le marché de l’art depuis cinquante ans — ce violon et cet alto sont respectivement proposés à des estimations comprises entre 50 000 et 60 000 euros, et 60 000 et 70 000 euros. Bénéficiant d’une publicité de qualité dans le prestigieux Strad Magazine, revue anglo-saxonne internationale centrée sur la lutherie du quatuor, les deux instruments ont déjà suscité l’intérêt de plusieurs acheteurs potentiels. Le violon remportera ainsi probablement le même succès qu’un instrument similaire de Fagnola proposé par Vichy Enchères en juin 2013 et adjugé pour 76 000 euros. Les amoureux du quatuor à cordes se presseront donc aux portes de la ville de Troyes le samedi 15 novembre à 14 heures pour le savoir !

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Michel Biot, la nature à l’épreuve de l’abstraction

Le 6 octobre 2021 | Mis à jour le 11 octobre 2021

Le 25 octobre à Lyon, la maison Artenchères dispersera une centaine de toiles et œuvres sur papier provenant de l’atelier de Michel Biot. Une vente hommage à ce peintre abstrait […]